L’Esprit de Clocher Le Grand-Duc Édition Spéciale vieilli 6 mois en barrique de whisky 9.6% 61 IBUs

ecgdvLa cote OO : B+

La part des anges du monde du whisky, cette fois-ci côté brassicole.

Si le récit du séjour en barrique était conté, on pourrait être certain qu’il contiendrait une grande incursion en forêt, d’abord de chêne vanillé se reposant au Kentucky, suivi d’une migration dans de la plaine de sucrerie québécoise (l’arbre, non l’étendue de pays plat).  C’est de la pornographie olfactive quoi mais passablement plus artistique que certaines bières à l’érable par exemple.  On carriole de plus en plus vers la cabane (à sucre) une fois le liquide en bouche, en détectant assez facilement le côté suave des flocons d’avoine à la recette, puis on avale en découvrant la pointe de moka beaucoup plus palpable dans l’édition non vieillie.  Quant aux gorgées subséquentes, elles livrent davantage la vanille et le je-ne-sais-quoi du fût de spiritueux, et énormément de volupté.  Définitivement une autre édition que l’Esprit de Clocher se devrait d’offrir en plus grande quantité, dont on pourrait mettre au défi n’importe quel amateur de bière à l’érable de troquer l’arbre pour la ruche.

La Chouape L’Égaré Fût de Chêne Triple vieillie en fût de whisky 9.5%

cefcÀ l’instar de cette nouvelle étiquette, les bières de la Chouape sont véritablement pas celles qui s’illustrent le plus dans le paysage brassicole québécois.  Ils ont toutefois des produits très bien construits, et comme leur noire à l’avoine l’Égaré version régulière est l’une des meilleurs dans son style au Québec.  Qu’en est-il de la version vieillie maintenant?

Au nez, le pain et le bré (froment) tout belge qu’on retrouvait dans l’édition se retrouve opposés à la vanille du fût de vieillissement.  Et à l’image du monstre égaré, elle semble aussi très profonde.  On retrouve ensuite la même orange que la version originale, encore une fois plus texturée qu’à la normale par le baril.  Débutant sur une note de whisky (les vieux Ben Nevis par exemple), on ne revient pas totalement en territoire belge en gardant un fruit plus prononcé et attendri par la vanille, qui cache totalement un taux d’alcool assez festif.  Quand une bière fait demander quelque chose du genre « pourquoi les belges vieillies en fût sont si rares? » c’est qu’on est certainement sur un bon filon et en plein G7, on peut se demander pourquoi la microbrasserie de Charlevoix n’a jamais essayé de faire ainsi avec ses Dominus Vobiscum.

Mais pour en revenir à la Chouape, en étant loin d’être la plus volubile des micros au Québec on voit par cette somptueuse belge qu’ils sont très certainement capables du génie, du nez aguichant jusqu’au chaleureux aftertaste qui colle sous la langue.  Une bière qui s’inscrivera facilement dans les meilleures du Québec en 2018, qui a sû jouer d’un baril pour transformer le déjà confortable en ultraconfortable .

La cote :

Parce que si en 2018 les bières en fût de chêne sont supposément dépassées de mode, vive le kitsch.

Kavalan Wine Oak Finish 54%

kavalan92.5%  Peut-être pas le meilleur whisky du monde mais côté finition (autant le baril que le rendu) j’ai peine à trouver mieux.

Très boisé légèrement vineux, j’y trouve du vieux sherry et de la cerise qui prend beaucoup de place.  Avec l’alcool tout de même assez puissant sur la langue, la finale plus tranquille de raisins secs enrobés de yogourt est la bienvenue.  Avec quelque chose des meilleurs Glenfarclas, on se croirait plus à quelque part entre les forêts du Portugal et le Speyside d’Écosse qu’à Taïwan.  Et lorsqu’on parle de finition en barrique bien travaillé, c’est aussi toute une réussite chaleureuse.

La Boîte à malt L’an 1 Stout au chêne de whisky

bam

A  Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire madame stout, joyeux anniversaire!

Une belle stout pas trop sucrée et plutôt café, la vanille est hyper contrôlée et laisse s’échapper un léger fruit de baie rouge.  En bouche la carbonation est impressionnante et le chêne est mordant, mais aussi évolutif : on ne reste pas sur un seul goût.  La finale est très café, légèrement amère avec la planche de chêne et le panier de fruits.  Plus traditionnelle en aftertaste avec la légère amertume d’une stout habituelle.  Pour amateur de stout pour qui la balance n’est pas un must, ça goûte c’est toute et cela est juste et bon.

Unibroue Raftman bière au malt de whisky. 5.5%

raftmanB  Pourquoi la bière peut rebuter certains amateurs de whisky?  L’odeur impressionne avec une odeur de grain littéral, l’orge malté que l’on fait respirer au néophyte de whisky.  Toutefois au goût le houblon se présente d’abord timidement en un léger citron, mais le travail acharné fini par payer en finale avec de l’orange et de la vanille.  Le mélange de l’ensemble n’est certes pas déplaisant, mais du nez je m’attendais à mieux pour le reste de l’expérience.  Le genre de bière que j’aimerais vraiment goûter en version gruit (sans houblon).  Néanmoins, une belle curiosité à essayer.

Microbrasserie Le Grimoire La Mise à Prix Édition limitée ambrée au whisky 8%

grimC-  Une méchante feuille de route.  Très vanillé, un peu boisé, le nez me fait revenir au concentré de cerises que je sentais dans mes premiers bourbons.  Très sucrée en arrivée, suivi d’un croche amer avant un goût de whiskey encore plus sucré.  Un peu bizarre et éparpillé, l’attaque de vanille est très insistante même si l’ensemble est un peu trop hétéroclite.