Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Purple Drank Blackberry Wheat beer 4%

rb_march20La cote OO : B-

Moyenne en tout.

Très mûres (le fruit) sans être éhontement sirop de fruit, le nez est mince mas la bouche, portée sur les houblons puis le blé, permettent d’espérer.  Vraiment pas trop sucré dans cette finale, mais malheureusement trop courte en et sans la profondeur d’une bière de blé avec des levures ou des épices qui ajoutent en complexité.    Pas vraiment là pour donner un buzz, ni médicament ni remède, sauf peut-être contre la soif.

Artisanal Brew Works (Saratoga Springs NY) Blackberry in the Glasses Wheat 4.6%

abw2Lu sur l’étiquette: “you guessed it, blackberry”.  You don’t say.

La cote OO : B-

Parce que la bière colorée c’est pour l’été.

Pas subtil pour 2 cennes, le nez est l’affaire du fruit et non pas de l’orge, du houblon ou encore moins des levures.  Dans la même ordre d’idée, si c’était plus lourd en bouche on penserait avoir à faire avec de la confiture diluée.   Par chance, le blé se pointe le bout de l’épi en sortie, juste assez pour qu’on distingue la bière du jus.  Assez sèche pour un grain sucré, ça vise bien l’été mais c’est tout, pour le meilleur ou pour le pire.

Cerveceria Punta Sur (Cozumel Mexico) Jamaica Wheat Ibiscus 4 4%

puntasur2Un hommage au jus d’ibiscus commun au Mexique, le visuel n’est pas aussi rouge que le jus et l’odeur est plus atténuée que ce dernier.  À la fois pesante et rafraîchissante, la fleur d’hibiscus vire presqu’à la fraise, et le blé est bien monté en finale, d’une manière cette fois peu commune dans les pays chauds.  En résumé, une bière de blé où l’on explore la longueur et la complexité de cette céréale.

La cote OO : B

Parce que le fleuri ne se trouve pas seulement dans le houblon.  Dans les bonnes à l’hibiscus, une recette à retenir.

Twisted Rail Brewing (Geneva NY) Sunrise ale Cherry Wheat Ale 7.6%

tr5Sa petite teinte subtile de rose ouvrant la curiosité, en y plongeant le nez le blé est facilement perceptible, tandis que la cerise semble absente.  Elle est par contre lente et méthodique en bouche, alors qu’elle colle sur les dents pour préparer une belle toile de fond en finale où l’on revient sur le blé tout en ajoutant une légère touche d’amertume.  Bien calculée, le genre de bière qui se doit d’être bue en pinte et non en palette de dégustation.

La cote OO : B-

Parce qu’il y a une certaine grâce dans la retenue

Bottomless Brewing (Geneva NY) Raspberry Wheat 4.6% 25 IBUs

bb4Quand on parle du plus gros vendeur d’une microbrasserie, on ne parle probablement pas de la plus typique ou originale.  À Bottomless, il s’agit d’une bière de blé aux fraises, où le fruit ne semble pas trop artificiel malgré qu’il couvre un peu trop le blé au goût de certains.  En bouche, l’orge monte un peu plus, et la fraise se calme sur le sucre, même si elle paraît plus arrondie en finale.  Ne pas faire d’erreur, c’est bien, mais on la voit un peu trop partout cette bière de fruit de blé.

La cote OO : C+

Parce qu’elle a sûrement son public tout en restant pas trop artificiel, mais que ça demeure une recette trop éprouvée.

Middle Ages (Syracuse NY) Jester’s Nectar Imperial Wheat 8%

ma1Pour une bière impériale de grain, le ne est bien monté avec un savant et sexy mélange d’orge et de blé où le fruit est aussi au rendez-vous.  Assez sèche pour ce qui est de la bouche, l’abricot est mise à l’avant et se termine de manière étendue, confortable sur le sucre de son grain.  Très bonne, ne sachant à quoi s’attendre pour ma première bière de blé impériale, je ne suis pas décontenancé et sans dire que je suis maintenant un accro du style, j’ai déjà hâte à la prochaine du même genre.

La cote OO : B+

Parce qu’il n’y a pas que les houblons à tendance américains qui peuvent apporter une sexy touche de fruit.

Ommegang Brewery (Cooperstown NY) Fruitition Tropical Wheat 5.3%

omm2Concept intéressant: fusion de la bière de blé avec le fruité de la NEIPA en remplacement du curaçao habituel.  Le nez est donc pleinement juteux mais ne semble pas du tout amer; est-ce qu’il s’agirait d’houblonnage à cru?  Au-delà du fruit, les levures se font définitivement ressentir par les papilles et donne une belle dimension de plus à ce qui autrement serait une bonne NEIPA.  Le tout étant clôturé par une longue finale mi-houblon mi-levures, on y reviendrait souvent si elle était facile à trouver.

La cote OO : B+

Parce que c’est soit un beau refuge pour l’amateur d’IPA à la découverte de bières belges, ou pour le belge à la découverte des IPAs américaines

Southern Tier (Lakewood NY) 3 Citrus Peel Out Imperial Wheat Ale 8.5%

st3cpoUne imperial wheat à 8.5%?  Pourquoi pas!  Essayons.

Super fruitée et à 300% d’agrumes, olfactivement c’est du jus de pamplemousse trop sucré et un brin de douceur de vanille.  Un peu dommage que la bière et le blé sont si lointains.  Onctueuse et peu effervescente, ce n’est pas la plus rafraîchissante des bières au goût de popsicle à l’orange et au pamplemousse où l’on aurait dû booster les houblons.  Enfin, avec son 8.5%, (on lui en donnerait le tiers) elle est assez traître mais manque vraiment d’orge.

La cote : C-

Parce que ce n’est pas une bière aux agrumes, c’est du jus d’agrumes alcoolisé.

Second District (Philadelphia PA) Aphantasia IPA with wheat & rye 6.5%

2d3B-  On a toujours plus pitié avec les plus timides.

Votre IPA classique avec l’orange non sucrée à l’avant-plan, difficile de s’emballer pour une telle bière mais disons que « c’est correct ».  En bouche c’est du dry hopping arrondi par le blé – la couleur fait très blé blond d’ailleurs.  Enfin, la finale est sucrée et moins amère que prévue (spécialement dans les premières gorgées), pour se terminer doucement dans une bière assez, voire très arrondie.  Si l’on évaluait à la GABF (le plus grand concours de bières au monde) en mettant principalement le focus sur le respect du style, la note s’en ressentirait beaucoup, mais bon, on va être généreux avec cette petite qui ne veut pas de mal.

Raquette River (Tupper Lake NY) Brewing Mango Wheat Ale

rrmwaB-  Mango d’abord, Wheat beaucoup plus tard.  Le titre est bon.

Tellement crémeuse qu’on pense immédiatement à du yogourt (ou du lassi) à la mangue, à tout le moins au point de vue du nez c’est l’absence total de feeling de bière dans ce liquide.  Pour la bouche, c’est l’absence du grain qui se poursuit, où heureusement le houblon s’en sort après une dizaine de secondes, pour être coiffé par du blé en toute fin.  Mi-mangue mi-houblon, le concept est bon mais la réalisation un peu cahoteuse.  Profitant d’une distribution probablement supérieure à leur réputation, c’est une bière (disons) d’été pour grand public d’été pour cette microbrasserie de petit village.