Mill St. Brewery (Anheuser-Busch InBev Toronto) Cobblestone Nitro Stout 4.2%

msc

Je comprends l’idée de mettre la botte d’orge sur la cannette, mais au-delà de la voir et la sentir, j’aurais aimé la gouter plus.

En étant un peu obligé d’avouer que je n’ai jamais que partiellement compris le “trip” des stout au nitro, la mousse est belle et serrée mais laisse bien passer l’odeur de grain d’orge grillé et pas trop édulcoré comme certaines autres Mill Street bues à ce jour.  La texture en bouche quant à elle est veloutée sur les lèvres mais trop légère sur la langue.  Le goût de son café est celui du grain une fois de plus mais sans les subtilités que le nez apportait, se retrouvant avec de la torréfaction et pas grand-chose autre digne de mention.  La finale moyennement amère et longue, mais ne présentant que la même monotone torréfaction.

La cote OO : C+

Parce qu’elle représente pourquoi on peut trouver le style de bière Stout un peu trop austère.

Mill Street Brewery (Toronto ON) Flemish Farmhouse Red Brett Sour 6.2%

Achetée par Labatt en 2015 et maintenant en distribution dans la quasi-totalité des épiceries québécoises, c’est une bière qu’il est assez facile de classer dans la catégorie « sera trop généraliste pour ne pas déplaire, tel que demander par le gros conglomérat » (immédiatement, Granville Island me vient à l’esprit).  Mais bon, même parmi les « vraies » microbrasseries canadiennes le style est rarement rencontré, alors pourquoi l’essayer.

mffrbs

« Mettez plein de buzzwords comme brett et sour dans le nom, et faites quelque chose qui a de l’allure, mais pas trop compliqué. »

C-  De la ferme flamande au centre-ville de Toronto, il y a des miles et des miles.  Et un gros sponsor peut-être un peu trop gourmand.

Au coup d’œil, la couleur est brune, mais foncée.  Très foncée.  La partie « Red » du nom n’est donc pas au rendez-vous.  Pour ce qui est du nez, c’est un peu mieux même si c’est on-ne-peut-plus timide mis à part le caramel sauvage.  On passe donc à la bouche où la gazéification est trop forte ce qui fait que le goût, celui d’un hypothétique coca aux bretts, ne se présente que trop tard.  Puis malheureusement et définitivement, on conclut sur un élan de bretts qui semble tout sauf naturel (on pourrait même croire que de la muscade et de la cannelle a été mis à la recette) et qui ne présente que de l’aspect le terme « sour » dans le nom.  Au-dela d’un goût ok, sans plus, le pari était-il trop risqué et on est vraiment à des années lumières d’une Rodenbach ou même d’une Rouge des Appalaches de Frampton Brasse.  Sans dire que ça goûte la commande d’une multinationale, ça a tout de l’âme d’une plus ou moins bonne imitation.

Black Oak Brewing Co (Toronto ON) Nut Brown Ale 5%

bobnba

Peut-être ma meilleure Ontarienne à vie.

A-  Comme quoi une excellente balance triomphe sur l’ennui.

Dans une faible carbonation autrement bien torréfié, sous le grain il y a de la prune qui fait immédiatement penser à une impériale stout.  En fait, un mélange de Newcastle et de Shakespeare Oatmeal Stout de Rogue.  La vague de houblons par contre surprend mais le passage est rapide avant de retourner à un grain plus léger.  On garde le côté noix pour la finale ou le fruit de l’arbre vogue sur un aftertaste interminable.  Un peu fourbe, avec un fruit qui s’amplifie à chaque gorgée, c’est une grande bière magnifiquement montée.