Le Naufrageur Avignon NEIPA au Thé du Labrador 5.2%

naEst-ce que le thé du Labrador va se goûter ici?  Ça ne serait pas la première fois qu’il passe un peu inaperçu.

La cote OO : B+

La cuisine boréale en version sucrée et brassicole.  Qui colle.

Sans le savoir, cette NEIPA semble vouloir répondre immédiatement à mon défi, car le pif présente dès l’ouverture le thé du Labrador, salé, cendré et boréal à la fois.  Plus raisonnable, la bouche envoie un peu d’orange, de poire jaune et l’astrigence du thé, dans de brèves volutes avant que le thé colle aux parois de la gorge.  C’est certainement la bière au thé du Labrador la plus évidente que je connaisse, mais c’est à se demander pourquoi les autres n’y vont pas à fond, car elle est vraiment digeste.  Est-ce que la NEIPA est le meilleur style pour lui coller?  S’il ne l’est pas, j’aimerais gouter les autres.

La Souche Tourbière Bière de blé sûre à la chicouté et au thé du Labrador 4.5%

stLa cote OO : B+

Parce que c’est ce que ça goûte la chicouté?  J’adore ça alors!

Certes sûre, si on aime les bières sûres « straight », le nez nous rassasie avec qu’une pointe de groseille qui semble se cacher derrière des lactobacilles, et un brin un peu bizarre de gomme balloune.  Encore plus acide en bouche, le fruit migre vers le bleuet pas très mûre, et le thé – pour le moment – est absent.  Pour conclure, c’est fruité au pas possible et à défaut d’être puriste de la bière (lire ici « de la bière sûre c’est pas d’la bière! »), c’est une bonne sûre, certes très teintée mais pas excessive.  Et si le thé du Labrador est plus que subtile, en autant qu’il amène un aussi bel équilibre, on est content de sa présence.

Oshlag Blanche Thé Labrador 5% (bue chez La Shed Microbrasserie)

SHED_AUG2019La cote OO : A-

Parce qu’une bière à ingrédient n’est pas obligé de goûter cet ingrédient pour être excellente.

Bien que le thé du labrador figure dans le nom, on peut facilement se tromper et y aller avec l’impression « blé du labrador ».  Du grain sucré en bonne quantité, facile et à peine fruité.  On se doute donc que l’amertume du thé fera une contrebalance certaine et c’est plus ou moins le cas à l’arrivée, où les oranges prendront 30 secondes avec le liquide en bouche avec de laisser de la place au thé et aux houblons.  La finale est encore plus fruité mais teinté d’une pointe de thé aromatisé de chez David’s tea.  Très bonne mais surtout bien brassée, une bière de chaleur mais province.

Korrigane Amaruk Hefeweizen Thé du labrador 5.3%

korrig1On commence par l’œil, sûrement pas une kristallweizen ça!  Pour le nez, bien que distant le thé contrôle l’olfactive en dissimulant le blé, pour se poursuivre de manière bien fruité (et pas seulement de la banane, de la fraise aussi).  Pour la finale, c’est tout aussi fruité mais plus sèche, le thé faisant encore son œuvre.  Une bonne idée de s’être servi du thé pour contrôler le blé plutôt que d’apporter un goût de thé proprement.

La cote OO : B

Parce que c’est une bière à goûter et regoûter, ou ce qui brise la renheitsgebot ne dénature pas trop cette bière allemande.

La Chasse Pinte Brassin Special Gruit avec myrique, armoise, poivre des dunes, achillée et thé du Labrador 5.1%

cpbsgB  Ça le fait sans le houblon.

Content du nez parce que ça reste une bière bizarre, mais une bière avant tout, forestière et acidulée.  Suite du bois (d’épinette sucrée) et de bran de scie en bouche avec un poivre absent, contrairement au thé du Labrador qui fait preuve de grande franchise.  Côté finale, l’armoise et la gomme de sapin se mêle dans une cohérence remarquable qui s’éteint de manière un peu trop tranquille à mon goût, mais certes très confortable.  Les gruits sont souvent trop mouvementés mais ici la retenue lui fait très bien.