2 Crows (Halifax NS) Jamboree Bière sûre goyave et fraises 4.8%

Cote OO : B-

Pour ceux qui préférent leurs jus secs.

Une bière à 2 fruits : idéalement, on aimerait y trouver les fruits bien répartis, disons un tiers fruit 1, un tiers fruit 2 et un tiers mélange grain et levures.  Dans ce Jamboree, exit les céréales ou les levures, le mélange de fruits est bon mais c’est tout ce qu’on y trouve au nez.  En bouche la fraise semble prendre de l’avance, mais c’est la désopilante gazéification qui trône et qui pique beaucoup.  La langue est ensuite mieux préparée pour les prochaines gorgées, mais toute aussi sèche, alors que les fruits sont plus posés et demanderaient peut-être la rondeur des lactos qui manquent un peu.  

Emporium Battaglia Sûre aux abricots et à la mangue 6.4%

Cote OO : B-

Simplement ça.

Bien pâle à l’olfactive, mais principalement pour le côté bière et mangue; j’ai l’impression d’avoir un bon vieux Ju-Tel à l’abricot sous les narines.  Le liquide est particulièrement pétillant et frais, exit l’aspect laiteux qu’on aurait pû détecter au nez alors que la finale est en gras mangue.  Défaut à noter principal : le manque de longueur.  Pour une édition un peu plus spécial de l’Emporium, on pouvait s’attendre à mieux.  Ça reste heureusement une bière de fruits agréable, mais simplement ça.

Multi-Brasses Zombie Bière sûre aux canneberges 5.5%

mbz

Moderne comme étiquette pour Multi-Brasses qui n’a jamais dépensé une fortune en marketing et design…

La cote OO : B

Passe-Partout, facile mais pour tous les jeunes aussi.

Est-ce qu’on a plus de malt foncé pour donner une teinte orangée aux canneberges? Le nez donne presque l’impression qu’on y a mis des oranges et le blé semble très sucré.  La canneberge n’a aucune subtilité en bouche mais le blé et le côté orange revienne compensé; certes hyper fruité et un peu lourde, en la gardant longtemps en bouche nous avons droit à beaucoup de saveurs aussi.  Davantage dessert que bière de soif, je la marierais avec un gateau aux fruits de noël, en n’ayant aucune peur qu’elle ne soit pas aimer.

Ruisseau Noir Milkshake IPA Sûre aux framboises 7% 30 IBUs

rnmiUne pornbeer aux fruits?  La couleur se dirige trop facilement vers la liqueur aux fraises…

La cote OO : C-

Le gout sans la texture.

L’avantage de la Milkshake IPA sur la Berliner Weisse quand elle contient des fruits, c’est d’avoir des houblons pour contrebalancer le fruit.  Ici, la framboise se voit rencontrer l’orange sanguine et le trèfle.  C’est par contre la fin (ou la pause) du houblon en bouche : un peu amer mais surtout acide par son fruit vraiment pas sucré.  L’aftertaste est calme mais il manque le côté rond de la Milkshake, ce qui brise un peu le but de l’exercice.  D’accord, le houblon y est ce qui n’en fait pas une bière totalement trop fruitée, simplement une déception pour l’amateur de la milkshake IPA dans ce qu’elle a de plus rond.

L’Octant Rocket Bière Sûre aux fruits 5.2% 3 IBUs

ORLa couleur parfaite pour une « porn beer ».

La cote OO : B

Eyes Wide Shut.

Ça va goûter le pas intelligent ça!  Du bonbon rouge (supposément au cerise, avec un dessin de cerise sur son emballage) et c’est tout, pour le meilleur (de ceux qui veulent du jus de fruits) et le pire (pour ceux qui veulent une bière).  Elle est toutefois pas mal plus posée en bouche, calcaire et pas très sucré; ça fait du bien et ça se dirige mieux que le nez exhubérant.  La finale est juteuse évidemment, mais bien sèche, comme si l’on avait trafiqué l’eau un peu.  On parierait aussi que le citron et le basilic qui ne se goûte à peine y sont pour quelque chose aussi.  Peu importe justement, d’une bière éhontément fruité on a droit à quelque chose de franchement frais.  Bravo à l’Octant de transformer la pornographie brassicole en bière (oui, bière) qui dépasse sa couleur.

Le Naufrageur Doppelbock Sure Forte aux bretts 10.5%

ndsQuand on arrive dans une micro et qu’il y a une douzaine de nouveautés jamais goûtées, il y en a toujours une qu’on « spotte » immédiatement.  Au Naufrageur en été 2020, c’était celle-là.

La cote OO : B+

Parce que « du gros jus » ça s’applique aussi à la bière.

C’est juste moi ou elle a une jolie teinte rouge?  Ça lui va bien car le nez est justement en brune et rouge des Flandres, particulièrement porté sur le cola.  Aux cerises je dirais.  Les bretts sont aussi présentes, mais subtilement : on est loin de penser qu’on est derrière la ferme.  En bouche, elle décape un peu, puis l’orge de la doppelbock jusqu’alors tranquille se déchaîné; de la Belgique on passe à l’Allemagne.  Puis on avale et on retourne en Belgique, davantage sûre que brettée.  Pour conclure, le grain revient contrebalancé par les levures, triomphant ici d’une doppelbock qui cache très bien ses 10% et plus d’alcool.  Dangereuse donc, quand on parle de bière multidimensionnelle, on y est totalement.

À la Fût Double Kapi Double IPA sûre Prunes jaunes 6.8%

alfdkpjLa cote OO :  A-

À moins de ne pas aimer les fruits, comme dirait le beauceron en moi… « garrochez-vous ».

La prune jaune c’est le bout d’arbres à fruits chez mon père et À la Fût c’est leur levure passablement funky – cowboy pourrait-on dire – servie à toutes les sauces comme dans cette IPA bien ronde bien ronde, surement par le houblon.  Ce qu’on remarquera de la bouche, c’est la transition entre les levures pas très loin de la vanille du fût, ainsi que des prunes jaunes qui sont près du chêne bien mouillé, mais encore plus du verger.  IPA plus ou moins, mais bière de fruit barriqué très bien placée… l’une des meilleures aux fruits des titois, pas au point d’accoter leur Rouge de Mékinac, mais dans la même veine de « déliciosité ».  À ne pas manquer, ce qui désole le plus sur l’étiquette est les mots « Quantité limitée ».

La Pécheresse M. Yahoo NEIPA sûre 4.5%

pmyLa cote OO : B

Parce que le gingembre n’a jamais fait dans le subtil.

À la recette poire-gingembre mais au nez, NEIPA à houblons tropicaux et peut-être, peut-être du gingembre, mais je dirais qu’au moins à 75% le message vient des yeux qui l’ont lu sur le contenant plutôt que de la tache olfactive.  Gingembre qui déboule en bouche de manière presqu’excessive, demandant aux papilles d’avaler, afin d’y retrouver la recette, à peine ralenti par la poire dont le sucre n’est pas suffisant pour qualifier cette bière de balancée.  L’acidité est bonne toutefois et bue comme bière sûre, quoique trop poussée elle peut s’apprécier malgré tout.  Malgré qu’on y préférera leur Miss Ghost Lime-Poivre, c’est une bière que l’on peut adopter facilement.

Bièrerie Shelton Milkshake IPA sûre aux abricots 6.5%

smiLa cote OO : C

Dans le champs de ne pas être dans le champs.

Heureusement pour l’olfactive, les houblons à tendance fortement agrume font une bonne opposition à tout ce fruit d’abricot trop sucré.  Or, on ne peut que tomber dans le négatif avec cette bouche beaucoup trop jus pas vraiment bière, spécialement par ce qui semble être beaucoup trop de lactose à la recette, ce qui booste encore plus l’abricot, l’orange et même le raisin.  Pour la finale, c’est de la vanillée, trop poussée encore dans cette bière « trip d’ingrédient » trop rectiligne.  Agréable, estivale mais pas très brassicole… ou agricole.  Où est l’orge?

La Souche Catharina Bière de blé sûre aux fruits de la passion 6.4%

scathLa cote OO : C+

Trop de passion qui été la passion.

Ma définition de « nez approchable » pour une sour avec fruit : Oui du fruit mais le blé bien vert s’y trouve aussi, spécialement dès qu’on la verse.  Exit la céréale en bouche tandis que le jus de fruit de passion enligne le tout vers une bière rectilignement trop simple.  Plus ronde en finale et spécialement sèche en aftertaste (comme si l’on avait croqué des pépins de kiwi séchés), après un début plus posé, on ne peut conclure qu’à un jus de fruit à la bière et non le reste; elle plaira à certains (ceux qui n’aiment pas la bière normale) mais quant à l’auteur de ces lignes, il juge qu’il se fait mieux.  Mieux contrôlé.