Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY) Wild Guava Sour Ale 4.7%

rayb3La cote OO : A-

Parce que c’est le genre de bière qui peut faire qu’un brasseur de weekend décide de se lancer en affaires.

Oui, c’est celle-ci qui m’a fait dire “faut que j’ailles là »… et ô que j’aime cette odeur de bière aux fruits qui ne fait pas trop fruit.  En fait, il suffirait de crinqué le yogourt et je me croirais à Olvishölt en Islande.  Avec empressement, j’arrête de consulter le nez de goyave subtile pour y goûter un liquide hyper sec et qui n’a pas passer 5 secondes en bouche pour que je me dises que j’aimerais bien la rapporter à la maison.  La finale est assez funky merci – le mélange brett et bière sûre est définitivement pour les pas-doux.  Il faut aussi l’essayer avec la bouffe bien poivrée; elle devient alors docile mais toujours aussi sèche.  Et wow, c’est tout.

Weyerbacher (Easton PA) Rico Guave Sour Ale brewed with Guava & Pineapple purees 9%

weyerrsParce que même dans une sour il faut que Weyerbacher la titre à 9%.

La cote OO : C+

Parce que le style de la maison n’est peut-être pas celui qui colle le plus avec les sours.  Quand on est habitué à de la haute qualité, la moyenne est une déception.

Puisque Weyerbacher ne fait pas dans la légèreté, on peut se douter un peu que l’exercice sera intense.  Le nez crie d’ailleurs « jus de fruits » et on semble assez loin de la bière merci.  Le goût est par contre assez houblonnée et goûte presque l’écorce d’ananas, même si les goûts ne sont pas très variés.  La gorgée suivante confirme le houblonnage qui contrebalance bien les deux purées,  et la finale est peut-être trop loin d’une bière sûre (certainement de la berliner weisse) pour être vraiment aimée par le puriste.

Une bière davantage intéressante au niveau du concept que de la réalisation.

Elora Brewing Co. (Elora ON) Lodestar Sour Ale with passion fruit 5.1%

eblLa cote OO : C+

Parce qu’on atteint généralement la cible des généralistes, mais incontestablement pas celle des puristes.

Après ma première bière de blé aux fruits de la passion où l’on parlait davantage de jus que de bière, facile de craindre…

Et craindre il faudra si l’on en juge le nez où c’est le fruit que l’on a ajouté avec un peu trop de passion.  Il aurait été désastreux de retrouver la même chose en bouche; on a toutefois su bien jouer de la fermentation lactique pour présenter une bière sûre, un jus oui mais qui ne serait pas très apprécié des enfants par son manque de sucre.  Dans le cas de cette sour ale, en se fiant sur son fruit qui devient presque salé au fil des gorgées, on a droit à une bière qu’on n’appréciera que s’il fait soleil.

Halcyon Barrel House (Beau’s) Gravity Well Sour Ale 9%

hbhgwAutre scène vécue de tout aficionado d’orge et de sports: vous entrez chez le détaillants et vous voulez vous gâter après une belle performance sportive.  Le prix?  Disons que raisonnable peut avoir une définition extensible.  Pourquoi ce puits de gravité alors?  Deux raisons.  Une sour ale à 9%, ça ne court pas nécessairement les rues.  Enfin, une bière sûre de Beau’s non plus… surtout que j’attends toujours le moment d’être ébloui par cette ontarienne très présente en sol québécois.

Le nez?  Ça empeste (dans le bon sens) la oud bruin ayant longtemps vieilli dans le fût de chêne qui lui amène une bonne quantité de vanille.  Autrement c’est du cola… sûr, évidemment.  Pour le goût, c’est aigre, un peu, puis passionnément… puis c’est la folie.  À ce chapitre rien à montrer aux belges au niveau de faire « rentrer les lèvres par en dedans ».  La finale est davantage posée, puis une fois le choc de l’acide passé, on se retrouve avec un hybride d’oud bruin et de stout où la gravité finale de l’orge semble en effet avoir été l’un des buts visés.  Puis on prend une seconde gorgée et c’est le baril qui est encore plus évident, amenant vanille fraîche teintée de chêne.  Pour ce qui est de l’alcool, c’est dans l’aftertaste qu’on la sent davantage mais sans que celle soit ne soit trop agressive.  En résumé?  Dans le style, de ce côté ouest de la grande mare, c’est peut-être la meilleur à ce jour.

La cote OO : A

Parce que c’est celle qu’on attendait depuis longtemps de Beau’s.  Ou plutôt d’Halcyon Barrel House qu’on recommande fortement d’ajouter au tableau de chasse, parce qu’à l’arc, on est droit dans le mille.

Second District (Philadelphia PA) Red AF Strong Flemish Sour Ale 8.6%

2d4A  Une rouge sûre c’est bien, une rouge aux cerises sûres, c’est mieux.

Hyper classique avec son fond de peau de cerise sûre, on ne peut s’empêcher de passer rapidement le nez pour goûter le liquide où les levures prennent un pied de reculons pour laisser toute la place au vinaigre de malt et la cerise.  Se buvant à gros verre de manière goulue, rapide et tout sauf en étant subtile, c’est une rouge traditionnelle mais avec son ajout de cerise on passe la gratte sur la satisfaction gustative.  LA bière à essayer à la microbrasserie Second District, si ce n’est pas à essayer dans toute la ville de Philadelphie.

Great Adirondack Brewing CO (Lake Placid NY) Ro. 237 American Red Sour Ale 5.8%

gaarsaA-  Une géniale arnachiste.

Après une dizaine de bières de cet établissement déjà gouté sans avoir connu le succès, quand on voit un style aussi travaillé que la rouge des Flandres il y a de quoi s’inquiéter.  Toutefois le nez s’élance sur de belles notes, pas trop fruitées ni trop sûres ni trop orgées, respectant pour le moment ses cousines belges.  La bouche, acerbe et bien marquée, définit très bien la bière sûre qui prend à certains égards des notes de bonbon Nerds.  Sour et fruitée donc, la meilleure de Great Adirondack et une bière qui vaut à elle seule l’arrêt sur l’établissement de la main street (qui ressemble un peu trop à un simple resto mais bon, tant qu’ils continuent de brasser ce succès on pardonnera!).

Crooked Stave Artisan Beer Project Origins Burgundy Sour Ale Aged in Oak Barrels 6.5%

CSO Le bois de la difference.

“Rouge flamande” vient immédiatement à l’esprit dès que les effluves investissent les narines; âpre, bien ronde, un peu piquante mais surtout, exactement ce qu’il faut pour charmer.  Encore plus sûrette en bouche, elle semble rentrer sous les dents et dans les joues.   On l’avale donc pour y trouver des cerises et les tannins du fût de chêne qui font vraiment sentir leur présence, jusqu’en gorge où doucement, elle gratte et s’incruste. Ce côté de baril vient vraiment faire passer cette bière sûre bourgogne à une sphère supérieure et une fois de plus Crooked Stave démontre tout leur savoir car aisément, on pourrait même y tromper un belge.  Mais quelle superbe apport du baril, à essayer que pour cette particularité.  Et tout le reste aussi.

Southern Tier Brew Co (Lakewood NY) Cherry Gose Imperial Sour Ale Brewed with tart cherry juice 8.3%

stcg

Next time, please don’t forget the « sour » in « sour ale ».

  Quand on se sent davantage jus de fruits que bière.

Pas sûr, pas cerise, pas kirek, on pourrait croie à une ambrée un peu caramélisée et avec de l’orge assez faible recouvert de la peau d’une cerise noire.  Côté goût le fruit s’intensifie mais toujours de manière modéré sur l’amertume et l’aspect sûrette, pour terminer dans le mur de jus de fruits.  Ma 2e de Southern Tier et la 2e où le fruit est trop fort, on trouve –assez facilement – bien meilleure bière de fruit au Québec.  Simplement dès que le fruit arrive on oublie tout le reste.

Rodenbach Limited Edition 2011 Vintage Oak aged ale (sour ale Flemish red-brown) 7%

r2011B  La renommée dépasse le goût.

Votre bonne vieille bière sûre flamande, mais où le fond de caramel est plus discret qu’à l’habitude. Pas vraiment de surprise en bouche, avec le caramel qui devient aussi pesante que l’aprêté du liquide sur l’intérieur des joues, avec une pointe de sel sur le bout de la langue.  Toujours dans les règles, on se retrouve avec une dualité sel/caramel sur un fond sûre qui monte à chaque gorgée.  Pas meilleure qu’une Gueuze Spontanée de Schoune, si ce n’était du prix un peu trop onéreux.

Microbrasserie du Lac Saint-Jean Sur la Route des Kakouchaks Sour Ale 6%

lsjrk

Grows on you.  Super grows on you.

B+  L’originalité compense parfois les petits défauts.

À l’initial sûre mais pas trop, on semble jouer avec des lactobaciles, en voguant sur les fruit et la vanille, avec une douce amertume.  Ronde, très ronde, gustativement les reflets de rouge du liquide se dévoilent comme du papina en bouche, avec une amertume qui s’amenuise en finale.  Bonne longueur pour une sour ale, c’est une bière que l’on commence à petites, puis moyennes, puis grosses gorgées.  De plus, très froide elle est encore meilleure.  Pas la meilleure des balances mais son originalité achète les fausses notes.