Saint-Arnould Blanche des Anges 4% (revisite)

sabarLa cote OO : B-

Parce que si vous trouvez les blanches trop lourdes, voici peut-être votre solution.

L’étiquette mentionne « blanche » et non « blanche de blé » et c’est le feeling qu’on a olfactivement : de l’orange, du sucre mais aucun grain.  Le liquide est pour sa part bien pétillant en bouche et à la limite du « sec », pas vraiment de sucre ce qui n’est pas un défaut nécessairement.  C’est enfin la coriandre qui vient clore, en faisant oublier l’orange et en camouflant toujours le grain.  Une bonne bière oui, mais ne pas s’attendre à la blanche typique, simplement quelque chose de plus sec.

Saint-Arnould P’tit Train du Nord Bière Blonde American Pale Ale 5.5% (revisite)

saptdnrC’est juste moi ou bière blonde c’est beaucoup trop générique versus American Pale Ale?

La cote OO : B-

Parce qu’on ne se rappellera pas du numéro de wagon, mais probablement de la gare.

Pour une bière amère qui supposément vieilli mal et qui a séjourné environ 2 ans en cellier, on ne peut pas dire que le nez a pris un mauvais tournant : autant de grain que de houblon paisiblement orangé.  La bouche est assez ronde – spécialement pour une american pale ale – mais l’amertume semble se cacher, pas très loin d’ailleurs.  Pourtant, une fois avalée, au-delà d’un houblonnage plus herbe qu’agrume rien pour ne faire peur aux néophytes… ou pour plaire aux hopheads toutefois.  Pas mauvais, facile à dire mais p’tit train va loin, livre sa marchandise mais c’est un peu tout.

Saint-Arnould Rivière Rouge Bière Rousse Grillée 5.5%

sarrRevisite d’une bière qui a ses débuts avait surpris (à la hauteur d’une note de A).  Qu’advient-il de ce cours d’eau 3 ans plus tard?

Au visuel, certes pas beaucoup de différence : elle est toujours aussi foncée pour une rousse.  Par contre, dès le nez on détonne un peu de la version originale alors que la fumée de feuilles sèches peut immédiatement faire penser à la Phénix de la mcirobrasserie du Lièvre, en version plus domestiquée.  La bouche présente la même fumée mais dans une amertume assez élevée pour le style (et pour seulement 30 IBUs), alors qu’elle pourrait faire penser à ce moment à une Red IPA de Clown Shoes .  La finale présente quant à elle un malt qui fait beaucoup de sens donné la fumée qu’on lui a conféré.  C’est une bière que l’on gardera pour l’amateur de rauchbier à la recherche d’un pause pas trop morne.

La cote OO : B+

Parce que c’est un pas de géant par rapport à l’original, pas nécessairement vers le haut, mais où l’oblique arrière n’est pas déplaisant.

Saint-Arnould Triple du XXIème 9.5%

satxxiConforme du côté couleur et mousse, les houblons qui montent aux narines le sont tous autant, ça fleur la Belgique ecclésiastique à plein nez, pain de la communion et sucre candi compris.  Pour la bouche, c’est de la marmelade d’orange pas trop sucrée qui se maintient très longuement en bouche; avant même de l’avoir avalé, je suis conquis.  En gorge aussi elle ne déçoit pas, passant du grain au sucre au houblon de feuilles sucrées pour se terminer par la marmelade, encore moins sucrée après la vague houblonnière.  En résumé une très belle belge un peu américanisée.

La cote : B+

Parce qu’elle a beau avoir quelques expressions anglaises, son accent belge est encore le plus sexy.

Saint-Arnould Saison Tremblant Style Farmhouse 4.5% IBU 40

sastC  C’est long entre la Belgique et la côte ouest américaine.

Au nez, cette blonde tranquille est empreinte d’houblons herbacés qui ne semblent pas trop amer; un peu citronnée, elle fait plus blonde que saison.  En bouche, on perd du houblon mais gagne en amertume mais surtout en levure, ce qui sauve l’appelation saison en amenant un peu d’épcies aux papilles.  Originale, pas mauvaise, masi un échec assurée si cherchait plus dans la saison belge (celle de Dupont par exemple) au lieu d’un produit qui aurait peut-être plus sa place dans le rayon des IPAs.

Saint-Arnould L’Évêque Dubbel belge 8.5%

saeB+  Bruges ou Londres, anglaise ou belge?  Le goût dépasse toutefois la confusion.

Entre belge et stout, la couleur presque rouge est un bon indicateur d’une stout sans torréfaction presque sour en fait.  Plus stout en bouche, on croirait que de la cerise y a été ajoutée, et par sa finale un peu amère, je me demande toujours si cette bière est une stout ou une belge.  Et malgré du miel subtil, la finale est plus stout; l’évêque est plus noir que brun.  Toutefois, si on se détache d’avoir à le classer dans un style, pour l’ensemble de l’œuvre elle se mérite une très belle note.

Saint-Arnould Doppelbock Lager 8.2%

saintarnould

A  Baker au marbre.  Le lancer.  Elle est loin, est haute… elle est partie!

Beau petit parfum ça : pas de pain habituel super intense mais de la finesse dans de l’orge rôtie et du pain au sésame bien croûté.  L’arrivée en bouche est une explosion de couches de pain, de grain, de muscade, de vanille et de noix de grenoble qui amène un ensemble aussi variant que varié.  Le tout se termine ensuite sur la vanille qui s’intensifie en sucre pendant un très long bout de chemin.  Si on aime les doppelbock (ou tripel) on est plus que bien servis avec cette bière performance.

Saint-Arnould Intriguante IPA 8%

saintarnould

C+  Le jeu de l’alcool: d’accord on s’amuse mais si on ne s’arrête pas au goût, ça demeure qu’un jeu d’alcoolique.

Bien relevée en houblons estivaux (orange, citron), l’amertume de nez se transporte à l’attaque en bouche où les plantes un peu trop gratuite se calment, presque totalement.  En finale c’est le retour des houblons avec un peu moins de personnalité, et où l’alcool joue un puéril jeu avec les IPAs.  En résumé, plus enfantine qu’intriguante.

Saint-Arnould Marée Noire IPA Noire 8.5%

saintarnouldB- La mer de la fosse de Mariana’s Trench est profonde et noire.

Une nez de vanille qui me laisse supposer un vieillissement en fût de bourbon, mais plus le céréalier de Jim Beam que Buffalo Trace.  Au goût la texture est bonne, pas tellement oatmeal stout mais tout de même très douce : de l’orge chauffée mais pas brûlée.  Enfin, l’amertume est imposante mais élégante et l’aftertaste : quelle belle éternité, houblonnée à souhait mais bien conçue.  Bizarre, moins mon style et surtout élégante.

Saint-Arnould Ange Cornue 7.1%

saintarnouldA-  La Manche doit être douce entre Bruges et Londres.

Peu d’odeur pour une bière de cette couleur, l’orge est lointain et probablement accompagné de blé.  Sur les parois des joues, la texture est presque celle du café, mais pas le goût qui sait être frais sans être amer, et même un peu fruité (framboise).  La finale est toutefois à peine amère, mais s’installe très bien à mi-chemin entre une bière stout et une bière d’abbaye.  Noire et sucrée sans tomber dans de l’exubérant moka, c’est une bière qui veut très certainement le détour.