Ruisseau Noir Milkshake IPA Sûre aux framboises 7% 30 IBUs

rnmiUne pornbeer aux fruits?  La couleur se dirige trop facilement vers la liqueur aux fraises…

La cote OO : C-

Le gout sans la texture.

L’avantage de la Milkshake IPA sur la Berliner Weisse quand elle contient des fruits, c’est d’avoir des houblons pour contrebalancer le fruit.  Ici, la framboise se voit rencontrer l’orange sanguine et le trèfle.  C’est par contre la fin (ou la pause) du houblon en bouche : un peu amer mais surtout acide par son fruit vraiment pas sucré.  L’aftertaste est calme mais il manque le côté rond de la Milkshake, ce qui brise un peu le but de l’exercice.  D’accord, le houblon y est ce qui n’en fait pas une bière totalement trop fruitée, simplement une déception pour l’amateur de la milkshake IPA dans ce qu’elle a de plus rond.

Ruisseau Noir Scotch Ale à l’érable 7.5% 20 IBUs

rnseLa cote OO : B

« Notre scotch ale est une bière dominée par le malt ».  Tout est dit…

Ayant crû y détecter une odeur inhabituelle de malt très cuivrée à la Vienna Lager, on l’a ensuite servi dans une coupe ballon à cognac (notre classique pour la scotch) mais le verdict est identique : du sucre oui de l’érable aussi mais surtout du malt qui semble très fort.  En bouche elle se veut molle, voir trop peu vivante, et l’érable se retient, ou plutôt semble se battre avec le grain tonitruant.  La finale est plus près de l’arbre mais surtout de la cabane alors que le sucre dur d’érable vit de belle manière jusqu’à l’aftertaste ou le malt cuivré revient.  C’est justement un retour aux sources, et bien qu’en ajoutant un ingrédient c’est celui principal de la bière (outre l’eau) sur lequel on compte ici.