Le Prospecteur (bue à la Brasserie Générale) Alliage #12 (50% Roggenbier 11 mois en fût 50% Shaft-Galerie 9 mois en fût) 7.6%

bg_dec2019_2La cote OO : B-

Un peu dans le flou.

Mon dieu que c’est mélangé ce nez là!  De la Rouge des Flandres, un fond de nut brown aussi, un peu d’acidité mais de la lourdeur aussi.  On peut donc se demander si une bière aussi hétéroclite peut tenir la route au niveau gustative et en bouche, c’est comme si on avait un mélange entre rouge des flandres et l’orge plus torréfié des stouts.  Encore une fois on reportera le jugement finale… pour la finale, où l’on a droit à une rouge des Flandres peu acide mais bien supporté par sa base d’orge.  L’aftertaste est encore plus crasseux en orge, on doit donc conclure en une bière peut-être trop éclatée pour son propre bien.  L’exercice est bon donc, mais mériterait possiblement une plus longue étude, à grand coup de 6 packs.

Bellechasse Roggenbier des Abénakis 5% 13 IBUs

brLa cote OO : B-

Parce qu’elle manque un peu de couple (torque) pour bien affronter les courbes.

Entre belge et bière de seigle, de cette manière aussi peu sucré elle peut facilement faire penser à la Roggenbier de la micro des Grands Bois.  Elle est toutefois plus marquée (spécialement de cuivre) en bouche avant de finir sa course dans un mur de grain pas très solide, qui laisse peu d’aftertaste.  Malgré son 13 IBUs, c’est une brune qui a de plus une amertume rémanente, et de franchise supérieure.

Boïte à malt L’Aulneuse Roggenbier 5.6% 37 IBU

bamrangeB-  Variété limitée foutrement bien roulée.

Dès l’olfactive, on sent que la céréale a un je-ne-sais-quoi de différent, plus sucré, plus mélasse, plus sauvage.  En bouche c’est le caramel qui prend le micro (malgré que le développement gustative est un peu limité).  On passe donc à la finale qui éclate de goût, du grain au caramel à l’orange, le tout dans une succession au combien supérieur en gorge qu’en bouche.  Pour moi, une roggenbier c’est avant tout une rousse et celle-ci s’inscrit très bien dans ce créneau.

Microbrasserie des Beaux Prés Roggenbier Réserve Martin G. Lapointe J-F Michaud 4.7%

mbpr

Je ne serais pas surpris de savoir que ce serait du seigle malté séché à la fumée de hêtre.

B+  Bière d’équinoxe, pas trop chaude pas trop froide.

Ambrée avec sa robe très foncée sans être opaque, le côté seigle lui donne presque des tendances de rauchbier, le bacon en moins.  Douceur en bouche, c’est comme si on s’enfonçait dans la bière avec une touche de caramel et une finale toujours avec le seigle et les feuilles, alors qu’on frôle encore la rauchbier tout en restant dans l’ambrée.  Avec son houblonnage subtil, elle me fait penser à la Barbe Rousse de Ras le Bock; je l’aime donc beaucoup.