Kex (Reykjavik Islande) Forbidden Fruits Gose 4%

kexEst-ce que la gose est un bon style pour l’eau islandaise?  Ici c’est une gose pas très sèche remplie d’ananas et de fruit de la passion qui est offert à l’olfactive.  En bouche, Il ne manque pas du tout de fruit malgré qu’on aimerait plus de mordant de cette bière un peu trop emportée par le fruit, et qui se conclue dans la même voie qui ne présente pas assez de sel.  À l’aveugle, on pourrait croire à un tropicana avec des bulles mais quand c’est bon, c’est.

La cote OO : B

Parce que c’est la note maximale que je peux donner pour une bière autant dénaturé qu’il fait bon boire.

RVK Brugghús (Reykjavik Islande)

rvk_outsideQue ce soit pour une visite éclair entre 2 vols ou bien une semaine ou deux d’exploration islandaise, un détour par la capitale est inévitable.  À une vingtaine de minutes du centre-ville, dissimulé dans le fond d’une cour de concessionnaire automobile, se cache RVK.  À l’intérieur, une petite salle de dégustation.

Dans mon cas c’était un vendredi soir et la place était remplie, alors qu’une visite de groupe occupait l’espace de microbrasserie, d’autres locaux faisaient le file devant le food truck à l’extérieur ou la file devant le bar à l’intérieur.  Dans le coin de la salle un DJ avec des tables tournantes, un peu vintage mais certainement le party semble « pogné » dans la place.  Mais qu’est-ce qui attire autant de gens dans ce fond de cours en dehors du circuit touristique?

On suggère la réponse : leur carte.  9 bières, des ptites blondes oui mais des sour bizarres, des classiques européens, de la gose fumée et même de la bière au skyr (le yogourt islandais).  Est-ce que ça vaut la visite alors?  On y goute et si on était pas charmé par la place, c’est le goût qui va finir par charmer.  D’accord, dans le port de la capitale Bryggjan est plus facile, mais avec quelques centaines de pas supplémentaires RVK est le must à visiter.

RVK (Reykjavik Islande) Biere de Mars Malty French Saison 7.5%

rvk5Avoué, la couleur est intriguante, une « saisons » ou une märzen?  Au nez c’est malté à l’extrême (d’accord, c’est une märzen), on est enfermé dans la poche de grain.  On sort la tête pour le goût alors que le houblon très confortable se joint au reste, et avec une finale qui joue dans des couleurs de sucre d’orge et de sucre candi.  Pas moins que superbe, on ne s’attendait pas nécessairement à ça et c’est une raison de plus pour célébrer en rajoutant des gorgées par-dessus la première.

La cote OO : A-

Parce qu’on est ramené directement en Europe si on ne la goûte pas à quelque part là-bas.

RVK (Reykjavik Islande) Sömmer Lövin Dry hopped Wit 4.7%

rvk4Ça donne quoi le houblonnage à crû?  Un petit « sniff » nous démontre la technique en fournissant à l’olfactive un côté américain d’agrumes et néo-zélandais de raisin.  Bien sûr, ça amène un côté pas 100% réglo mais on est en Islande dans une microbrasserie qui fait de la bière au yogourt, il fallait s’en douter.  On se rapproche toutefois de la tradition allemande malgré un houblon poussé mais pas trop amer, et on termine le tout sur la même vaque.  Bonne et facile, mais pas celle qui nous fait rentrer dans l’établissement.

La cote OO : B-

Parce que sömme töute, dans toute sa buvabilité ça manque de blé.

rvk_room

RVK (Reykjavik Islande) Avaxta – Léttfeti Fruity Skyr Sour 3.5%

rvk_rimJuste à inspecter le contour du verre, on peut se douter que cette boisson n’aura rien à voir avec de la bière proprement, spécialement après avoir goûté la version « virgin » de cette bière.  Le nez n’amène donc aucune surprise avec 1% de grain, 33% de mûre et 66% de framboise.  Le jus est toutefois plus profond en bouche et l’alcool pique malgré un très faible 3.5%, ce qui réchauffe la finale plus sûre où les fruits prennent un pas de recul pour y retrouver l’orge et les levures, accompagnée de graines de framboises qui vont coller entre les deux.

La cote OO : B-

Parce que trop fruité ça se peut, mais que ça reste une super bière de piscine ou de hot pot islandais.

rvk3

RVK (Reykjavik Islande) Lettfeti Skyr Sour 3.5%

rvk2Directement entre le yogourt et une bière sûre, avec son nez velouté elle donne un peu l’impression d’un jus de raisin blanc.  Au goût on est assez large : le même jus de raisin, puis l’acidité de la sour ale traditionnelle à base de lactobaciles et enfin un peu de bière belge pas très sucrée.  Pour conclure, on revient sur le raisin blanc et le yogourt nature, le tout dans une finale très courte qui clôture bien une expérience des plus traditionnellement islandaise.

La cote OO : B+

Parce qu’on réussit à unir authenticité, tradition et originalité.  Et rafraîchissement.  Et loisir.  Et caetera.  Beaucoup d’attributs quoi!

rvk_outside

RVK (Reykjavik Islande) Sperrileggur Smoked Gose 4.5% 10 IBUs

rvk1Si ce n’était du sel assez présent au nez, pour une bière fumée le nez est assez neutre et démontre du bon blé rond.  Toujours peu fumée en bouche, il va probablement devoir attendre en finale mais au moins le goût est bon.  Très bon.  Très très bon.  Les gorgées le confirme, il faut simplement la prendre comme une simple gose, hyper buvable, et embrassée du bout des lèvres par la fumée qui se laisse désiré.

La cote OO : A

Parce que sans livrer à 100% ce qu’elle promets, elle livre 100% de bon goût, de facilité et de « revenez-y! ».

rvk_menu

Bryggjan Brugghús (Reykjavik Islande) Sassy Sally Sour with blackcurrants and blackberries 4.5% 9 IBUs

Bière ou jus super opaque de mûres et de bleuets?  Heureusement, c’est un festival de fermentation olfactif avec du grain pas loin de la poche; une très belle surprise olfactive.  On oublie la bière traditionnelle pour ce qui concerne les papilles pour y retrouver du fruit pas trop acide, ni trop sucré.  La corne d’abondance répand encore son fruit en finale et enterre tout ce qu’il pouvait y avoir de levures et de grain.

La cote OO : B+

Parce que ne serait du fruit trop présent, on l’adopterait facilement pour toujours cette petite Sally avec son caractère franchement typée qui plaira aux amateurs de sour.

Bryggjan Brugghús (Reykjavik Islande) B-Normal English Bitter 4.2% 28 IBUs

Belle mousse au soleil qui précède un nez ultra standard – ou plutôt Normal, pas trop sucrée mais très bien « orgéifiée ».  On pouruist le feeling « légitime » en bouche où le grain est ample et généreux, et qui se conclut par une longue finale fruitée.  Pour une bière qui se veut un classique de pub, ça fait fancy et ça reste de très bon goût.  Parfois la normalité ça peut être une très belle qualité.

La cote OO : B

Parce que c’est celle qu’on siroterait pendant des heures sur le quai à Reyk.

Borg Brugghús (Reykjavik Islande) Úlfur IPA 5.9%

borg3Orange, mangue et pêche prennent place sur le trône de la côte ouest, précédant de manière un peu trompeuse la bouche qui heureusement ne présente pas ces fruits de manière éhontée ou trop amère.  Avec le grain qui ne travaille que sur le derrière de la langue, c’est une finale en IPA de la Nouvelle-Angleterre qui conclut une bière marquée par le houblon et l’alcool.  Simple certes mais sans faute notoire.

La cote OO : B-

Parce que les islandais n’atteignent pas souvent le triple 20 en matière d’amertume, mais ils semblent jamais rater la cible.