Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Ol’ School Pale Ale 5.3%

rb_march20La cote OO : B-

C’est d’même.

Tel qu’on le suggère sur le menu de bières, pin et fleurs en effet, alors que la bouche est bien amère et mouilleuse, ce qui est très frais voire froid en bouche.  Sans contredit old school, rien d’hors norme (ce n’est pas le but non plus) pour en arriver à une bière basique mais correcte sans plus.  En palette et en comparaison des autres bières de Ray Brook, c’est du old school ol’ school.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Art Gar-Dunkle Dark German Lager 5.6%

rb_march20La cote OO : B

Apprivoiser avec effort.

Grain roti à la mode allemande, tandis qu’au goût elle est singulièremen tranquille et vraiment pas crasseuse, avant une pointe de caramel en fin de bouche.  La finale est toujours caramélisé mais pas trop d’esthers souvent rencontrées dans les allemandes, avec des gorgées subséquentes qui me rappelle le malt de la UBU du village voisin.  Un bière qui gagne à être bue en pinte afin d’en capter les subtilités au fil des gorgées.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Pre-Prohibition Porter 5.7%

rb_march20La cote OO : A-

Dans le bon vieux temps ça se passait de même (simplement), ça se passait de même (simplement) dans le bon vieux.

Du gros grain grille, de la douce torréfection et une  touche de BBQ difficile à expliquer d’abord, pas du tout attendue mais certes très intriguante.  Elle est ensuite facilement gustativement, confortablement assise sur la langue, mais autant qu’en finale on le blé est parfaitement dosé.  Après leur Dead Forst on sent que Ray Brook maitrise bien les foncees, et comme cette dernière aussi, il s’agit une porter pas très épicée mais superbement simple.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Slab of Granite IPA 7.5%

rb_march20La cote OO : B

Parce qu’une IPA peut être solide, et on a ici la preuve.

Une grosse plaque de houblon solidement fixée dans l’orange et les feuilles vertes; à défaut de surprise on a une IPA très ancrée dans ses principes (olfactifs du moins).  Pas très longue en bouche mais très crémeuse, elle se veut moins orangée qu’au nez, avec une finale de sucre d’orge.  Solide et bien montée, une IPA en haut de la moyenne de par son houblonnage qui ne fera pas de mécontents.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Purple Drank Blackberry Wheat beer 4%

rb_march20La cote OO : B-

Moyenne en tout.

Très mûres (le fruit) sans être éhontement sirop de fruit, le nez est mince mas la bouche, portée sur les houblons puis le blé, permettent d’espérer.  Vraiment pas trop sucré dans cette finale, mais malheureusement trop courte en et sans la profondeur d’une bière de blé avec des levures ou des épices qui ajoutent en complexité.    Pas vraiment là pour donner un buzz, ni médicament ni remède, sauf peut-être contre la soif.

Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY)

rayb1À mi-chemin entre Saranac Lake et Lake Placid mais surtout en face de l’énigmatique et infâme Tail O’ the Pup BBQ Pit, la toute nouvelle Ray Brook Brewing ouvrait ses portes il y a moins de 2 semaines.  À l’intérieur, bois, bois et bois, jusqu’à la tête d’orignal de 1000 livres… comment faire plus Adirondack que cela?  Le tout avec un grand bar central et des vitres qui donnent sur les équipements de brasserie.  Ça sent la place parfaite pour les partys de ptits bands du samedi soir (dans le bon sens du terme).  La musique année 80 dans le P.A. crie d’ailleurs « cover band »!

rayb2Mais au-delà du look, c’est la carte qui est particulièrement intéressante : bière sûre à la goyave et à levure brett qui a fermenté du yogout, wild ale, saison brettée, blanche à la citronnelle… ça fait tout sauf recettes de brasserie de débutants.  Pour ce qui est du menu de la cuisine, on a vu mieux mais plus souvent pire; on s’en contentera pour ce midi mais Ray Brook reste avant tout un arrêt bière.  Et tout une expérience avec un brasseur qui semble réellement savoir ce qu’il fait… qui me dit-on aurait de l’expérience en brassage.  Et au défaut du critique d’être justement critique envers une microbrasserie, je dirais qu’à moins de 10 km l’un de l’autre, Ray Brook démontre déjà des miles d’avance sur la Blue Line Brewery de Saranac.

Alors on visite?  Certainement.  Presqu’obligatoire.  En visite dans les Adirondacks, à mettre sur sa liste avec Big Slide.  Une bombe pour qui le défi consiste à maintenir la qualité et l’originalité.

À ne pas manquer : Wild Guava et Dead Forest Stout.

Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY) Wild Guava Sour Ale 4.7%

rayb3La cote OO : A-

Parce que c’est le genre de bière qui peut faire qu’un brasseur de weekend décide de se lancer en affaires.

Oui, c’est celle-ci qui m’a fait dire “faut que j’ailles là »… et ô que j’aime cette odeur de bière aux fruits qui ne fait pas trop fruit.  En fait, il suffirait de crinqué le yogourt et je me croirais à Olvishölt en Islande.  Avec empressement, j’arrête de consulter le nez de goyave subtile pour y goûter un liquide hyper sec et qui n’a pas passer 5 secondes en bouche pour que je me dises que j’aimerais bien la rapporter à la maison.  La finale est assez funky merci – le mélange brett et bière sûre est définitivement pour les pas-doux.  Il faut aussi l’essayer avec la bouffe bien poivrée; elle devient alors docile mais toujours aussi sèche.  Et wow, c’est tout.

Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY) Dead Forest Stout 5.8%

rayb3La bonne vieille Stout, ce bon vieux standard d’étalonnage pour toute bonne microbrasserie.

La cote OO : A-

Parce qu’il s’agit du troisième album prévisible d’un groupe qu’on affectionne mais qui ne déçoit vraiment pas, tout au contraire.  Je suggère Pyromania de Def Leppard.

Encore une fois… wow!  Le grain, il se situe où entre café et orge?  Quand c’est difficile à dire, c’est peut-être bon signe.  J’y vais donc pour un beau café vanillé mais non sucré avec juste la bonne profondeur.  La bouche reconduit l’expérience olfactive mais la fait grandir au cours des secondes alors qu’on y trouve la torréfaction particulièrement intéressante.  La finale est plus douce… un peu… mais se sépare du café un tantinet pour refaire le focus sur l’orge.  Pour une microbrasserie autant hétéroclite on aurait pû croire qu’ils attaqueraient le stout de manière plus… bizarre… mais vive la régularité parfois.

Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY) Paradis sur Terre Trappist Ale 7.6%

rayb4La cote OO : B+

Parce que le paradis il faut le gagner, et malgré une vie olfactive ordinaire, la transition dans la vie adulte de grain bien rangé fait de cette bière un succès.

Si le paradis est sur terre il est peut-être invisible, tandis que cette bière à tendance trappiste est surprenante par l’absence de sucre candi et la présence d’un malt assez sec.  Ça se corse ensuite pour les papilles alors que la prune pas trop sucrée mais bien bleue éclate, pour précéder le sucre qui une fois avaler est très perceptible.  Suffirait d’ajouter de la fraise, elle me ferait penser à la Belgian Waffle de Big Slide Brewery à quelques kilomètres d’ici… pas besoin de descendre à Ommegang ou Allagash pour avoir de la bonne bière belge semble-t-il.

Ray Brook Brewing Co (Ray Brook NY) Été Vert Saison Farmhouse 6.1%

rayb4Comme Ray Brook ne semble rien faire à la légère, le verre est encore sur la palette qu’on a hâte d’y goûter. 

La cote OO : B

Parce que même si elle est mêlée, elle est efficace.

Aussi limpide qu’une NEIPA, on ne sait pas trop quoi espérer de cette saison fermière, alors on y plonge rapidement le nez pour y trouver une bière qui fait assez belge, sucrée mais pâle pour l’odeur qu’elle livre. Côté goût, elle est autant indéterminée mais le citron des levures saison se fait bien sentir.  La finale voit quant à elle les bretts prendre presque sauvagement le contraire; si jusqu’alors on avait droit à une bière d’équilibre ce n’est plus le cas à ce moment.  Le constat reste donc difficile à établir : Saison, fermière ou brett?  Brett fermière, et bien qu’un excellent départ j’aurais tendance à appuyer encore plus les bretts pour la transformer en été jaune.