Albion L’Ancêtre Porter Moderne 5% (revisite 16 octobre 2020)

Cote OO : A

Vive la nudité.

Comment réussir son porter?  Faut que ça sente.  Comme celui-ci de l’Albion, peut-être donc des maîtres des bières anglaises au Québec.  On est donc accueillit par le grain, le grain et le grain, un peu de raisin sur le bord de l’impériale russe qui aurait emprunté le côté épicé du porter.  La finale est encore plus dans le grain, avoisinant la cacahuète par moment.  Un merveilleux porter quoi, hyper simple, mais qui ne cache rien.  Ou en montre beaucoup.  Ou les deux.  Merci Albion, tout un show.

Pit Caribou La Gaspésienne no 13 Robust Porter 6.2%

pcrbC’est juste moi ou avec toutes les vagues récentes de Double IPA ou Triple NEIPA, le terme Robust pour une bière à seulement 6.2% n’est pas représentatif?

La cote OO : B-

Sans risque.

Une porter, ça devrait toujours être un voyage d’orge moins chocolaté mais plus épicée que le stout.  Dans cette version célèbre de Pit Caribou, c’est de l’orge plus simple qui est livré, un peu vanillé, moins épicé que d’autres stouts mais pas trop de chocolat, on reste donc dans le territoire de la baie des employés de quai.  Pas de surprise de la voir aussi facile à accueillir en bouche, avec du cacao simple là aussi, bien que la mélasse, la fibre de coco, la cassonade et la cannelle viennent apporter suffisamment de variance à l’ensemble.  Sans flafla, un porter peu trop simple qui a peut-être le seul défaut d’être trop conservateur.

Swannay Brewery (Orkney Écosse) Orkney Porter 9%

orkneyLa cote OO : C+

Je l’aurais deviner : « une touche de fumée » lut sur l’étiquette, pour une bière qui n’est pas rauchbier.  Rien de particulier, fois 3 ou 4.

Porter porter porter… orge orge orge et c’est probablement parce qu’elle vient d’Écosse mais peut-être un peu de bruyère.  Le goût livré par la suite est peu original mais colle bien aux joues, sans toutefois amener rien de plus.  On concluera celle-ci par l’une de ces bières qui passera inaperçu et pour laquelle on peut se demander pourquoi la SAQ continue d’importer de telles bières versus des bières canadiennes comme l’Imperial Stout de Waller Street d’Ottawa.  Même s’il est évident que ça demande plus de travail et il n’y a pas de représentants pour graisser les rouages de la SAQ.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Pre-Prohibition Porter 5.7%

rb_march20La cote OO : A-

Dans le bon vieux temps ça se passait de même (simplement), ça se passait de même (simplement) dans le bon vieux.

Du gros grain grille, de la douce torréfection et une  touche de BBQ difficile à expliquer d’abord, pas du tout attendue mais certes très intriguante.  Elle est ensuite facilement gustativement, confortablement assise sur la langue, mais autant qu’en finale on le blé est parfaitement dosé.  Après leur Dead Forst on sent que Ray Brook maitrise bien les foncees, et comme cette dernière aussi, il s’agit une porter pas très épicée mais superbement simple.

Pohjala (Estonie) ÖÖ Imperial Baltic Porter 10.5%

pooibpLa cote OO : B

Parce qu’à force de les voir passer, les estoniens ont bien appris la recette.

Si l’Estonie pourrait difficilement être plus entre l’Angleterre et la Russie, au nez aussi on est sur les bords de la Baltique avec cette orge sucrée et touchée par le raisin rouge et sec.  C’est le moka qui frappe immédiatement la langue, doucement chocolaté et assez lourd merci.  La finale aussi est lourde – comment faire autrement pour une bière à 10.5%?  Bon, d’accord, elle est estonienne mais on aurait souhaité la voir plus originale, mais plus goûteuse non.

Brasserie Générale À Vol d’Oiseau (collab La Souche) Robust Porter américain 6.1%

bg_juin2019La cote OO : B-

Parce que trop « niche market » pour les amateurs de torréfaction et de porter sec pas trop épicé.

Crémeuse au visuel, et semblablement riche au nez avec de la prune et de la nectarine, soutenues par du grain vanillé.  Toutefois, en bouche c’est presqu’uniquement que de l’amertume, heureusement compensé par le retour du fruit sur le derrière de la langue.  Super intense en orge bien torréfiée, les concepts « marquée » et « appuyée » par le grain sont ceux que je retiens principalement.

Albion L’Ancêtre Porter Moderne 5%

albion2La cote OO :  A

Parce que vive les growlers quand on peut avoir une porter comme si on l’avait mélangée à un spiritueux collant tout en restant sous la barre des 5%.

Super crémeuse à l’olfactive, on s’approchera probablement de la Guinness mais en version plus vineuse/ liquoreuse, ce qui pique certainement la curiosité.  Plus tranquille en bouche, elle s’installe et s’étend, mais n’est pas trop pesante malgré une finale toujours aussi liquoreuse et raisin bleu.  Wow.  Moderne dans le sens que ce n’est plus un assemblage de bière comme ça l’était autrefois dans les pubs pas très loin du port, mais si ça veut dire qu’on a droit à une telle recette, soit.  Quelque chose de mystérieux et très puissant, vaut à elle seule le détour de la 40 et le prix du stationnement quasi obligatoire au centre-ville de Joliette.  Re-wow.

Zywiec (Pologne) 1881 Porter Beer 9.5%

zywpQuand on pense porter, la Pologne n’est certes pas le premier pays à venir en tête.

La cote OO : B

Parce que si la porter peut imiter la stout, c’est une bonne imitation.

Noire et chocolatée, si les polonais s’y connaissent en porter c’est plus ou moins avec ce nez qu’ils le démontrent; il faut la respirer très profondément avant de distinguer un peu de cacao épicé.  Gustativement par contre, on est emporté par une vague de canelle, de muscade, de café et d’écorce de chêne alors que le liquide se réchauffe… on est dans la bonne direction.  Peut-être un peu trop crémeuse pour l’amateur de porter plus sèche, mais bien chaude (à la hauteur de ses 9.5%), elle convient parfaitement à la fin de soirée.

On y sent la chaleur polonaise à son meilleur.  Après la vodka évidemment.

Sebago (Gorham ME) Hopyard Porter 2018 Estate 4.3%

seb1Avec du grain et des houblons poussés aux abords de la brasserie, s’il y une bière à goûter chez Sebago c’est probablement celle-ci.  Au nez, elle est super douce mais chocolatée, très maltée mais simple et facile.  Craquante en bouche, à ce point elle se veut fraîche, piquante et sucré d’une pointe de raisin rouge.  La finale est ensuite crémeuse sans être trop sucrée, avoisinant le stout à forte teneur en cacao, tout en restant dans le style porter malgré une couleur assez pâle.    Une très bonne porter pour néophytes qui demanderait peut-être un peu plus d’épices, mais pas de confort.

La cote OO : B

Parce qu’elle fait regretter de seulement l’avoir pris en galopin.

Lake City Brewing (Plattsburgh NY) Portside Porter 5.3% 35 IBUs

lcb5Bien que les deux genres sont acceptés pour le terme “porter” ici c’est sûrement UNE porter avec du malt doux mais très bien travaillé et du café mais encore là très doux.  La bouche est ample, présente un peu de noisette et bien goûteuse, comme la finale de cacao et de gousse de vanille du Madagascar, très bien compensé par le grain rôti.

La cote OO : B+

Parce que c’est l’opposé de ce que la bâtisse à l’air; une bière très féminine qui contraste avec son environnement.