La Fosse Coco Velours Sûre pêche abricots et noix de coco 6%

Cote OO : B-

Simple, mais fitte bien sur le bords de la table de nuit, et/ou en-dessous des couvartes.

N’était-ce de voir « sûre » sur la cannette, on se fierait sur le visuel d’une milkshake IPA qui cacherait énormément son amertume derrière un mur autant de pêche qued’abricot, pas autant sucré que velouté par la noix de coco.  Le sûrette se mélange bien au sucre à la manière d’un bonbon sûre, présentant l’abricot plus sec derrière la langue, tandis qu’en l’avaler on y découvrir des fruits tropicaux à noyau.  Un peu aqueuse et à mi-chemin entre les sûres et les bières aux fruits, le coco s’occupe bien de la sorite de velours pour une bière suave, sans tomber dans la grosse stout dessert lourde.

Brasseurs sur Demande Sour Fuzz Pêche Framboise 4.5%

Cote OO : B-

C’est la bière qui est fuzzy, pas le fruit.

Cannette éclatée, bière éclatée?  Ou bien jus éclaté?   Pas de doute qu’on se dirige directement dans le fruit avec la pêche et la framboise qui font très, très bon ménage mais qui éclipsent aussi toute trace de bière potentielle.  Malheureusement, la framboise s’empare de l’expérience gustative et ne laisse que la pêche flotter sur le dessus, et en emportant même l’aspect sûr de la bière.  Certes, pour une bière « jus de fruits » on peut être satisfait mais pour une bière bière, on va demander la prochaine s’il-vous-plait.

Roquemont Bouquet Pêcher Gose à la pêche 4.5%

rbpLa cote OO : B

SI le Roquemont est un populaire relais de skidoo, il sert de rassemblement pour les aventuriers de la nature en période estivale aussi.

Pour de la pêche, c’est de la belle pêche; le fruit étant généralement plus rare frais et directement goûté dans le champs, l’odeur un peu Delmonte satisfait.  Belle dualité des levures et du fruit en bouche, tandis que la pêche se veut passablement plus naturelle qu’au nez.  Parce qu’il faut se rappeler que c’est une gose, le sel est tout juste saupoudré en gros grain sur le fruit ouvert en finale, qui est davantage du côté de la bière aux fruits que de la gose.  C’est malgré tout très bien réussit et à ce jour, la meilleure du Roquemont en territoire estival.

Les Trois Mousquetaires Hors Série Saison Brett Pêche 7%

ltmsbpLorsqu’on a une bonne bière comme la Saison Brett des Trois Mousquetaires, pourquoi l’affublé de fruits?  D’accord, d’accord, pour aller chercher un plus grand public – féminin particulièrement (et c’est souvent le cas des Berliner Weisse).

La cote OO : B

Comment ne pas scrapper.

Ça donne quoi une tarte bien fruité sur le bord d’une fenêtre dans une mansarde campagnarde belge?  Ça ou bien une fusion Georgia-Bruxelles.  De la pêche donc, assez épaisse (venant probablement d’un sirop) et de la belle brett bien franche.  La bouche est presque cheval, tandis que le fruit vivote, virevolte et finit par se poser sur la langue.   Une fois avalée, c’est la ferme à grosse gorgée mais encore là, la pêche, toujours sirupeuse mais avec plus de noyau (les pêches y sont mises au complet), compense bien jusqu’à l’aftertaste où la langue picote d’excitation – et peut-être du poivre de la levure saison qui arrive enfin à se faire goûter.  Posée à la suite de plusieurs gorgées, elle souffre peut-être finalement de l’ajout de la pêche qui enlève une certaine magie à la recette originale.  Less is More, but more can be good too.

Allagash (Portland ME) Coolship Pêche Aged in Oak Barrels with peaches 6.8%

acpLorsqu’on visite la salle du coolship au beau milieu des installations d’Allagash, on comprend.  Une fresque d’église brassicole quoi.  Bref, dire que mes attentes sont élevées sont un « understatement ».

La cote OO : A-

On s’en fout du taux de change.

D’emblée, le nez vient réconforter celui qui craindrait une bière trop dominée par la pêche :  celui-ci est funky à souhait, mais pas par l’étable d’une brett;  la souche plus sèche de bord Atlantique de l’état du Maine claque au nez, de manière positive évidemment.  La bouche aussi est sèche (et très pétillante), c’est donc une pêche gouteuse mais raisonnablement sucrée qui frotte les papilles plus qu’elle ne les flatte.  Conclue par de l’orge tranquille, des houblons assez présents pour le style et une levure salée et vanillée, c’est un exercice beaucoup gratuite que les exercices trop fruitées de Lindemans, spécialement sa lambic pêche. À 17$ américains, certes pas donné mais vaut chaque centime.

À la Fût Double Kapi Double IPA sûre pêche & cerise de terre 8%

alfdkpComme sa sœur au sureau, ce n’est pas le fruit qui laisse l’orge parler : la pêche est lourde et semble provenir de sirop épais (à moins que ce soit la vanille du baril qui l’arrondisse) et la cerise de terre est assez présente pour amener un peu d’exotisme bien placé.  Pour le goût, c’est la pêche d’abord puis l’aspect végétal, presque légume de la cerise de terre encore un peu verte qui vient se mêler au jus de chêne, le tout dans l’absence de houblon.  La finale est enfin plus amère et je dirais constitué des mêmes cultivars de houblons que la Double Kapi au sûreau.  Contrairement à celle-ci par contre, l’aftertaste est assez long et comme le mélange pêche/cerise de terre est loin d’être un naturel, le mystère plane (et fonctionne) plus longtemps.  De là à dire qu’elle plaira aux amateurs de double IPA, je crains que non.

La cote OO : B-

Parce que c’est la nouveauté qui peut d’abord l’emporter, mais qu’elle ne sera probablement pas dans la rotation régulière.

Unibroue Autre Chose IPA à la pêche houblonnée à froid 6% 50 IBUs

uacipC’est quoi la bonne dose de fruits dans une bière?  Cette autre chose répond bien à la question avec le parfait mi-chemin olfactif entre la pêche assez sucrée et le houblon (probablement américain) qui laisse bien voir une IPA qui peut à la limite se rapprocher de la 60 Minutes IPA de Dogfish Head.  C’est encore mieux de voir qu’en bouche on respecte le même standard, même si l’on sent sur les côtés de la langue que l’amertume de 50 IBUs est au rendez-vous… mais non, en bouche c’est d’abord la pêche, puis le grain qui n’est pas sans rappeler certaines autres d’Unibroue.  Avec un aftertaste plus amère, on se retrouve avec une bière du mid-west (ni NEIPA ni west coast IPA) toute à fait buvable.  Avec sa « A Tout le Monde » et maintenant son autre chose, Unibroue démontre bien qu’à défaut d’être au-devant de la mode, quand ils décident de s’habiller « moderne » ils le font plus que bien.

La cote: A-

Parce que lorsqu’on se dit « qui ne pourrait pas l’aimer outre les jaloux » c’est que c’est réussi.  Et en ce vendredi ensoleillé, pour tomber dans la facilité, on pourrait y aller avec « la Scarlett Johansson des IPAs ».

Pit Caribou La Gose IPA pêche 4.5%

pcgipB-  Bon concept, bon ingrédient, bon développement… manquerait juste la cohésion.  Juste.

Mi-pêche mi-gose, la dualité sel/fruit s’installe bien dès l’ouverture, même si la pêche semble plus ou moins naturelle (difficile de penser que le fruit pousse en Gaspésie alors on pardonne un peu).  Beaucoup plus fraîche en bouche et pas trop sucrée, c’est un passage rapide mais efficace avant de voir le sel se libérer avec véhémence, question peut-être de rappeler le style à la base de cette bière.  Toutefois, il y a asséchant & ASSÉCHANT, à un point où l’on pourrait se demander si le sucre candi pourrait être un bon allié potentiel.  Préférant de loin leur Gose IPA du Barrachois, simplement pour l’expérience (de houblons surannées en prime) le jeu en vaut la chandelle, même si la somme semble moins grande que ses parties.

Brouwerij Lindemans (Vlezenbeek Belgium) Pêche Lambic

lpl

Au moins c’est meilleur que du jus de pêche McDonald’s.

C  La nostalgie n’est pas toujours une bonne chose.

Tout comme leur Kriek, c’est très (ou plutôt uniquement) axé sur le fruit, celui du sirop de pêche que l’on obtient lorsque l’on prépare un peach melba.  Normal de ne retrouvait à peu près aucune carbonation donc.    En bouche le sirop est lourd et ne laisse pas passer suffisamment la bière qui n’est que lointaine arrière pensée derrière le goût de jus de fruits.  Même chose en bouche; pour les autres lambic de fruits de Lindemans j’ai toujours concédé mais cette fois-ci je suis catégorie, il ne s’agit pas d’une bière.