Shawbridge Rivière du Nord Pale Ale 5%

Cote OO : B

Ça coule très bien chez eux.

Avec certaines pale ales, on peut être surpris de voir à quel point elles peuvent être pas si pale, mais après leur Light Golden Ale difficile d’être surpris par le beau orange marmelade au visuel de cet elixir de Shawbridge.  Le nez est très dans les normes : imaginez une IPA, retirez le houblon (souvent trop agrume) et vous vous retrouverez avec de la belle orge juste assez soutenue par le grain.  À la gustativement par ailleurs on se fait rappeler que la pale ale est tout de même amère, ce dans une aisance cuivrée chez Shawbridge.  Est-ce qu’elle vous jettera à terre?  Pas du tout, mais quelque chose de simple, droit au but et sans prétention, qui finit par nous gagner au fil des gorgées.  On suggère de la prendre avec les charcuteries et je concède, avec leur jerky de porc elle est géniale.

Hermit Thrush (Brattleboro VT) 40 Mile Fun Zone Kettle Soured 100% Local Pale Ale 6%

ht40mfzLa cote OO : A

À fond ou rien.

L’étiquette sûrement mais il est facile de croire à de la pale ale agrémentée de pomme et très certainement le côté arrondi des lactobaciles.  Puis l’oiseau bien connu arrive en bouche, et on oublie immédiatement la pale ale : c’est une sour pleinement sour, à peine funky mais pleinement emportée par un maximum de levures surrissantes.  Même chose en finale, c’est une microbrasserie que l’on reconnait assez facilement et qui tant qu’à faire dans le sour, le fait pleinement.  Si j’avais à nommer 3 brasseries américaines qui réussissent la sour, Hermit Thrush volerait probablement au sommet, avec cette bière comme preuve, où les presque seuls points perdus sont dûs à l’appelation « pale ale » qui n’est que pour la recette avant toute la magie de la magnifique vermontoise.

Le Presbytère F2R Smash Pale Ale au Houblon Calypso 6.1%

pf2rLa cote OO : B                   

Trop souvent, smash devient sash.  Ici, c’est sMash, avec le Calypso simplement pas en majuscule.

Du profile habituel calypso normal, c’est le profil de lime et de goyave qui sort principalement, dans une smash très aromatique, pas très portée sur l’orge.  La bouche est pourtant très anglaise, bien installlée sur le pale malt, toujours aussi houblonnée mais pas très amère, tandis que la finale voit l’aspect mielleux du grain prendre une part importante.  Une bonne colonne vertébrale est important pour une pale ale et ici, le Presbytère semble avoir très bien compris (comme dans d’autres de leurs bières d’ailleurs.

Islamorada Beer Company (Fort Pierce FL) Coconut Keylime Ale Pale Ale 5%

iklLa cote OO : C+

La crème sur le dessus avant le dessous… pas le fort de tous.

Belle couleur régulière mais la main forte sur le coconut!  Ça ne fleure que la noix de coco, pas même la lime des keys ne parvient à la tache olfactive.  Pourtant elle commence de manière un tantinet amer, avant de retourner derrière la noix de coco et la lime en version totalement non sucrée (heureusement).  Toujours la noix, en version plus végétale et fibreuse, tandis que la lime disparait.  Définition d’une bière plus qu’emporté, elle fait du bien dans une journée froide de printemps en isolation, mais qui trop pousse tombe.

Ray Brook Brewing (Ray Brook NY) Ol’ School Pale Ale 5.3%

rb_march20La cote OO : B-

C’est d’même.

Tel qu’on le suggère sur le menu de bières, pin et fleurs en effet, alors que la bouche est bien amère et mouilleuse, ce qui est très frais voire froid en bouche.  Sans contredit old school, rien d’hors norme (ce n’est pas le but non plus) pour en arriver à une bière basique mais correcte sans plus.  En palette et en comparaison des autres bières de Ray Brook, c’est du old school ol’ school.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Bob Ross Pale Ale 5.3%

hh3La cote OO : B-

Pas dans les musées mais très approprié pour le sous-sol.

Un peu comme les tableaux du mythiques – et vraiment vraiment calmant – Bob Ross, tranquille à l’excès et on mets les espoirs du côté Pale Ale et non IPA.  Peu à sentir donc hormis de l’orge mielleux et du houblon un peu indéterminé mais probablement de tendance anglaise.  La bouche est mi-orge, mi-houblon et le houblon fait plus anglais, tandis que la finale est ronde et mielleuse, avec finalement un hopbill du côté tchèque.  Pas vraiment chef-d’œuvre mais une toile passe-partout.  Difficile de trouver un meilleur nom quoi.

Harricana 27 Rye Pale Ale 5%

h27La cote OO : B

Rustrement cultivée, finement.

Quel parfum!  Les bières de seigle tombent souvent dans le seigle poivré mais cette 27 est d’une finesse vanillée rarement rencontrée pour une céréale aussi exubérante.  Plus sèche, la bouche présente le houblon Azazca qui monte en amertume de manière méthodique.  Une fois avalée, on revient sur la finesse olfactive (par exemple, on y trouvera de la violette africaine).  Plus facilement approchable, mais pas une bière grand marché; je dirais plus marché fancy, qui plaira aussi hopheads.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Zag’s Pale Ale 5.5%

it1La cote OO : C+

Une recette dont la perte ne serait pas tragédie.

À l’opposé de leur Pink’N’Pale, une American pale ale zero surprise et très tranquille, bien portée sur les agrumes du houblons – en fait olfactivement elle présente plus de pamplemousse que leur APA qui en contient à la recette.  L’amertume finit par sortir en finale et bien que ce n’est pas une mauvaise interprétation, le plaisir repose presqu’uniquement sur le plaisir de la gouter en conjonction avec leur Pink’N’Pale.

Les Grands Bois Préparation Hache Pale ale à l’hibiscus 6% (revisite)

gbphY a-t-il moyen d’être plus « turn-off » que le nom préparation H?

La cote OO : C+

Parce que pour une rare fois, on a trop laissé parler la bière.

L’hibiscus est une plante tempéramentale qu’il convient peut-être mieux de servir en parcimonie – suffit de goûter à de l’eau d’hibiscus mexicaine – mais dans cette pale ale, le floral acerbe semble bien maitrisé par l’orge.  Le goût est d’ailleurs davantage celui d’une bière forte en houblon – pas vraiment à crû – et l’amertume attaque les papilles, spécialement en finale où elle triomphe de l’hibiscus bien présent mais domestiquée.  Certes moins bonne que leur Gros Tigre, c’est une pale ale trop maîtrisée qui mérite la même note qu’il y a 2 ans, un peu pour les mêmes raisons.

Les Grands Bois Hully Gully Sour Pale Ale 3.8%

gbhgLa cote OO : B

Parce que pas toujours besoin de brille rpour être remarqué.

Pour ceux qui dont leur préférence de sour se situe davantage du côté de la pale ale que de la berliner weisse, cette Hully Gully  a doit quoi attirer l’attention avec cette odeur de lime et de fougère.  Gustativement elle est bien acide, me fait penser à de la poudre en bonbon qu’on achetait au dépanneur et brin de la rhubarbe trempé dans le sucre chez grand-papa Paré.  Pas très  variée, on conclut avec les même élément qui à défaut d’être très originaux sont certes bien balancés.  Si les lactos se tiennent tranquilles, c’est pour mieux laisser parler le houblon.  Et pourquoi pas, se limiter à un style, c’est se limiter.