Von Trapp Brewery (Stowe VT) Oktoberfest 5.6% 35 IBUs

vt2La cote OO : B-

Les feuilles des montagnes avoisinantes sont plus jolies.

Si pour vous qui dit oktoberfestbier dit métal, vous serez content d’y trouver bien du cuivre.  Elle n’est toutefois pas très marquée par le grain mais à ce niveau il faut dire qu’elle est bue au vent – faible vent.  Enfin, la bouche amène de la fraise, qui s’étend longuement avant de conclure par de la levure fleurie.  Son défaut?  Finalement j’aurais aimé plus de cuivre… ou enfin du cuivre plus persistant.  D’accord pour l’effort mais pas leur meilleure.

Mill River (St.Albans VT) Oktoberfest Bavarian Ale 5.4%

mroLa cote OO : B+

Parce que simple comme la campagne du Vermont, belle et sans artifice.

Maltée, simplement maltée.  Rien dans mais c’est suffisant et bien correct ainsi.  En bouche, le grain colle sur les dents et l’amertume est juste comme il le faut encore, ce qui donne une belle contrebalance à la finale mielleuse où le sucre semble directement provenir du grain, de manière très naturelle.  L’amateur d’orge allemande sera très bien servi parce que c’est pas loin d’une bière d’exception qui ne fait pas exception à la recette.

Paulaner (München DE) Oktoberfest Bier 6%

20180709_170443Peut-être pas en draft comme lors du célèbre festival de septembre, mais est-ce que cette offrande disponible à la SAQ permet d’avoir un peu de l’atmosphère du festival bavarois à la maison?  Le nez est assez typique au style, comme si la pilsener tchèque avait eu un enfant illégitime avec la vienna lager.  On y retrouve donc une bonne (et belle) part de malt mielleux au nez, le tout soutenu par un houblonnage mais alors là tout à fait au milieu de la renheitsgebot.  La bouche n’est peut-être pas des plus animés mais présente bien son malt malgré tout, quant à la finale c’est le retour du houblon à peine cuivré.  Gustativement, on est loin des stouts impériaux russes et des bretts belges, mais ça ne veut pas dire que c’est désagréable pour autant.  Est-ce qu’on se croirait à Munich en septembre alors?  Me reste à y aller pour le savoir.

La cote : B

Parce qu’à un oktoberfest, la quantité est aussi important que la qualité, ce qui est démontré dans sa buvabilité.

L’Esprit de Clocher La Mauvais Sort Oktoberfest 2018 5.7%

ecms2018Si un afficionado de bières de microbrasseries et son petit frère amateur de bière grand marché doivent trouver un terrain d’entente pour une caisse, l’oktoberfestbier est à considérer.  C’est donc avec un plaisir renouvelé qu’on essaie la version 2018 de la bière automnale cuivrée de l’Esprit de Clocher.

Bien orangée en couleur et avec un nez des plus maltés, on s’éloigne déjà certaines offrandes de la bière des festivités de septembre en Allemagne qui se voudraient trop « grand public ».  Attirante par sa simplicité donc, c’est à grandes gorgées qu’on goûte au liquide assez doux mais bien gazéifié, avec un malt plutôt lent à chatouiller les papilles.  Pour ce qui est du passage en bouche, le mot Équilibre et en tête de liste, suivi de peu par Confort.  Et bien que l’amertume soit plus tranchante en aftertaste, celle-ci ne fait pas déplacée du tout.  Pour reconfirmer, la deuxième gorgée est oui légèrement plus marquée par le malt mais aussi par l’orange, mais tout autant digeste.

Célébrant sa 4e année, cette oktoberfest est différente des 3 dernières éditions mais fait aussi un bon amalgame du côté sec et tranchant du liquide à ses 2 premières années et du côté plus malté et houblonnée de la dernière.  Et en unissant les deux force pour donner 500ml presque toutes bues pour faire l’analyse à coup de grandes et délicieuses gorgées, pas de surprise à voir une note supérieure aux 3 années passées.

La cote OO donc : B+

Parce que ce n’est pas seulement une des trop rares dans le style, mais une des trop bonnes.  Jusqu’à la preuve du contraire, la meilleure oktoberfestbier au Québec.

Victory (Philadelphia PA) Festbier Oktoberfest Amber Lager 5.6%

vmD  Quand on a perdu toute trace de « brasserie artisanale ».

Rien d’impressionnant pour cette petite ambrée les deux pieds sur le frein, avec du petit grain et du houblon feuillu, sans plus.  Toujours molle en bouche, c’est principalement une expérience de houblon toujours aussi feuillu mais rien de rachetable dans ce mélange un peu trop aqueux.  Quand il faut se dire « une bière on ne jette pas ça quand même » pour se convaincre, ça en reste pas mal qu’une bière médiocre et paresseuse.

L’Esprit de Clocher La Mauvais Sort Oktoberfest Édition 2017 5.7% 30 IBUs

ecms2017

« L’ombre grandit, chaque jour perd une minute.  Baah!  Les veillées s’allongent.  C’est pour ça que tu me vois dans le bar!  Cauchemar! ».  Charlebois n’est pas loin , mais y aurait-il une petite pointe d’Hugo aussi?

B   L’Allemagne neuvilloise en septembre, autant excessive que traditionnelle.

Avec sa chevelure blanche courte et très compacte, on pourrait s’attendre à des effluves discrètes; tout le contraire avec du malt, du malt et encore du malt pour débuter de manière aussi succincte que représentative, quoique tout de même affublée d’un petit côté houblon fleuri.  Pour l’arrivée en bouche, les fleuris s’assoient tranquillement sur le bord du champs d’orge, mais une fois avalée… des fleurs?  Quelles fleurs?  Des fleurs d’orge alors, quand c’est le grain, un peu métallique parce qu’après tout c’est bien une oktoberfestbier.  Et après les longues secondes d’aftertaste, on en est encore plus convaincu.
Est-ce que c’est de l’excès analyser une bière à chaque année lorsqu’elle se mets le nez dehors?  Peut-être.  Bel excès alors.  Et dans ce cas précis, c’est la découverte d’un grain qui l’emporte peut-être sur l’eau, plus qu’auparavant.  Les goûts évoluent, les palais se raffinent par contre.  Toutefois, lorsqu’on garde la même note d’appréciation générale, on sait qu’il y a bien pire que ce mauvais sort.

Rickard’s Red Lederhosen 6.5%

lederhosenC+  Si les serveuses sont en grandes jupes à lulus, c’est sur une table de pic-nic dans un pré bucolique qu’elles amènent les grosses choppes, pas dans le fond d’un pub traditionnel.  Beau mélange entre le grain et les fruits(baies sauvages et fraises) le nez est trompeur, car en bouche le houblon est assez fort, et un peu trop réglo.  La finale est toutefois un vrai carnaval de pain et de fruit précédé par une vague de houblon.  Un peut trop rock and roll que le houblon, mais ça fait du bien une bière plus risquée de la part d’une macrobrasserie conservatrice.