L’Octant Double Flamant Double IPA 8%

odfLa cote OO : B-

Une grosse claque de douceur.

Double IPA ou double vanille? Gentille comme des flamants?  Certes  pas du tout aggressive, mais lourde, surtout en bouche ou le liquide tombe sur la langue, tout en gardant un houblonnage honnête et modéré.  La finale voit le bout de vanille revenir, tandis que la fin s’étiole toute doucement mais tout de même assez rapidement.  L’Octant joue de prudence avec cette double IPA plus coloré de contenant que de goût, mais repréesente une belle intro au monde des doubles.

L’Octant Nébuleuse Witbier 5%

onLa cote OO : B

Avec des œufs ou en mimosa.

Simplement par sa couleur, on peut se douter qu’au-delà de l’appelation witbier, elle contient de l’écorce d’orange.  Beaucoup d’écorce d’orange.  Pourtant au nez c’est davantage le blé que l’on hume, ce qui est loin d’être un défaut.  On goûte donc avec appétit et on y trouve une witbier assez sèche, à la limite du calcaire, très pimpante, puis en gorge c’est peut-être qu’un brin de coriandre ou d’herbe verte qui colle sur le palais.  Pour l’aftertaste, c’est le pamplemousse; ça fait beaucoup de sens et changement à la fois.   Une witbier assez déjantée donc, où la camomille aussi à la liste d’ingrédients semble nécessaire pour garder une aussi belle balance.

L’Octant Rocket Bière Sûre aux fruits 5.2% 3 IBUs

ORLa couleur parfaite pour une « porn beer ».

La cote OO : B

Eyes Wide Shut.

Ça va goûter le pas intelligent ça!  Du bonbon rouge (supposément au cerise, avec un dessin de cerise sur son emballage) et c’est tout, pour le meilleur (de ceux qui veulent du jus de fruits) et le pire (pour ceux qui veulent une bière).  Elle est toutefois pas mal plus posée en bouche, calcaire et pas très sucré; ça fait du bien et ça se dirige mieux que le nez exhubérant.  La finale est juteuse évidemment, mais bien sèche, comme si l’on avait trafiqué l’eau un peu.  On parierait aussi que le citron et le basilic qui ne se goûte à peine y sont pour quelque chose aussi.  Peu importe justement, d’une bière éhontément fruité on a droit à quelque chose de franchement frais.  Bravo à l’Octant de transformer la pornographie brassicole en bière (oui, bière) qui dépasse sa couleur.

L’Octant Géante Rouge Best Bitter Rousse 4% 33 IBUs

ogrLa cote OO : B+

Un bon test.

La bonne vieille bitter, pleinement orgifiée à l’olfactive, comme il se doit, peu caramélisée ni sucrée.   À l’olfactive du moins ça démarre de manière très bien sentie.  Le houblon ouvre la bouche mais le grain sec livre bien la promesse de la best bitter.  Côté finale aucune surprise, mais encore une fois on ne peut pas dire que l’octant ne livre pas la marchandise en matière de vieux classique.  Bitter bien évidemment, sans dire que c’est ma best bitter, c’est une rousse à l’orge assez solide qui permet assez facilement de déterminer si l’on aime le style ou non.

 

L’Octant Galilée Ale Blonde 5% 17 IBUs

ogbImpressionné par l’Octant jusqu’à maintenant mais ale blonde?  Disons que c’était plus pour terminer la gamme dispo.  Belle illustration par contre.

La cote OO : C

On s’en tient au mot.

Blonde oui mais très citronnée avec un fond de grain mielleux édulcoré.  Exit le citron en bouche, et le grain lui aussi s’est éloigné.  Ne subsiste qu’un filet d’amertume, avec très peu et très peu de grain pour les papilles.  Heureusement le gout s’intensifie en finale, mais difficile de conclure à autre chose que ce qu’on en dit, « bière blonde ».  Disons que le plaisir n’y est pas, n’attendez pas une description d’un mille de long mais on la terminera malgré tout.

L’Octant L’Apesanteur Session IPA V2 30 IBUs 4%

oasiLa cote OO : B-

L’apesanteur, c’est léger.

Laiteuse et très orangée – celle fraîchement départie de son écorce – ça sent le dry hop et ça donne un feeling d’Orangina assez franc.  Passé en bouche, on remarque facilement sa légèreté mais aussi un brin de poivre noir qui complète bien le profil aromatique introduit par l’olfactive.  Côté bouche, on parierait davantage sur une NEIPA sauf en finale, où l’amertume certes modérée est des plus confortables.  Ça remplit bien la mission, car la mission est légère.

L’Octant Géocoucou IPA Brut 5.8%

ogLa cote OO :  B+

Super sèche, super bonne.

Hyper trouble, ça s’annonce bien!  On ne pourra toutefois pas dire qu’elle est imprévisible, plutôt facile en fait même si déjà au nez elle semble bien crémeuse.  Sèche, très sèche même en bouche (comme il se doit) le grain claque et frappe, tandis qu’en finale le miel se joint à l’expérience.  Rien, absolument rien de mauvais et à l’instar des autres Octants (octantes?) goutées à ce jour, une belle maîtrise du genre, hyper bien conçue pour ceux qui craignent l’IPA trop amère.  Ici, avec à peine 10 IBUs, on profite des houblosn citronnés sans que les lèvres rentrent par en-dedans.

L’Octant L’Étoile Noire Porter Américain 6%

oenLa cote OO : B

Universelle.

Américain de style mais certain pas pour les narines : c’est un porter assez chocolaté et un peu épicé et boisé… une vieille souche maints fois délavés par  d’innombrables pluie.  Ça reste plutôt tranquille, et pour l’instant, ce n’est pas celle de Star Wars.  La bouche s’enfonce encore plus profondément dans le chocolat, c’est une étoile chocolaté d’abord mais grâce au côté épicé e légèrement boisé, on ne peut pas dire qu’on est en territoire stout non plus.  Puis on relis le contenant et on se rappelle porter « américain » : s’il y a eû forte dose de houblons, elle est assez difficile à détecter et tout de même assez limité, titrant à 37 IBUs.  On reste donc avec un « simple » porter, mais bien profond et bien gentil, avec du café gentil et propre.  Parfaite pour le déjeuner!

oen2

L’Octant Ursa Major Double Stout 8%

oumUne première en matière de note de dégustation lue sur une bouteille : « pattes d’ours ».  Ce qui explique le nom.

La cote OO : B

Elle laisse une très bonne marque.

Double ou simple, c’est chocolaté à souhait assez boisé et plein de bel orge bien grillé.  Le fût (sans l’avoir lu, on dirait facilement de bourbon) est assez évident, plus qu’en bouche ou c’est le cacao qui semble double.  Loin d’être indigeste, elle est très intense en finale et pour tout la gravité finale qu’elle semble avoir, n’est pas excessivement sucré ce qui fait qu’on en prendrait plusieurs comme ça.  Une autre belle démonstration de la maîtrise de l’Octant, pas très connue.  Pour l’instant.

L’Octant Pélican Gose IPA 4.5%

opgiEn matière de gose IPA, Pit Caribou le fait et le fait extrêmement bien.  On entre donc plus profondément dans le golfe du Saint-Laurent pour voir ce dont Rimouski est capable.

La cote OO : B

Plus peut être bien pour faire moins.

Énormément fruitée, au premier respir on a l’impression qu’elle contien des fruits.  Beuacoup de fruist.  Ou du jus de pêche.  Même chose en bouche, mais avec du sel qui vient préciser la pêche et l’amener vers la finale où l’amertume est présente et le goût de jus plus persistant.  Encore une fois, à la limite entre bière et jeu, il faudra donc la boire très froide et elle fittera aussi bien avec le feeling que les papilles. Une bière-jus où l’on sera surpris d’apprendre qu’elle contient coriandre, thé vert, poivre blanc et lavande en plus de houblon Lemondrop en dry hop, mais qui garde une simplicité déconcertante.  Excellente première bière dans une dégustation.