Plan Bee Farm Brewery (Poughkeepsie NY) Barn Beer NY Wild Ale aged in oak 5.5%

pbbb

Lu sur l’étiquette:  Pair with best friends & belly laughs.  I like.

A  I (heart) NY.

Avec une couleur qui me rappelle certaines saisons, l’odeur est 100% brett et sauvage; impossible de s’attendre à autre chose que du funk, du funk et funk en bouche.  En bouche ça tourne à la bière sûre et au jus de pommes pour les papilles mais avant même de l’avoir avalé, la rétro-olfaction amène une barge de champignons sauvages, juste bien arrondie par le baril de chêne de vieillissement.  Même chose en finale, si on cherche une définition gustative de « bière sauvage » j’en ai rarement goûté de meilleurs (ou aussi francs) exemples.  Pour une bière conçue uniquement avec des ingrédients de l’état de New York,c’est un succès et surprise sur toute la ligne dans le style trop peu explorer « American Wild Ale ».

Honest Weight Artisan Beer Overly Dedicated Saison aged in oak barrels 4.8%

hwod

Honnêtement très variée.

Quand on a rien à envier aux favorites…

Belle saison à la perspective du nez de poivre accompagné d’une rondeur de brett (on ne serait pas surpris d’en voir à la recette), le tout à mi-chemin entre la Floridienne Grren Bench et Allagash du Maine.  En bouche les fruits tropicaux du houblonnage – crû disons – sont les bienvenus et amènent une grande fraicheur, alors qu’on prend un croche à la limite de la bière sûre.  La finale est légèrement plus funky et amère, s’éloignant un instant de la saison pour y revenir en aftertaste, totalement en balance.  Hyper métissée, partageant à plusieurs genres ses saveurs, quand on recherche le funk en légèrement, c’est un choix très judicieux.

Rodenbach Limited Edition 2011 Vintage Oak aged ale (sour ale Flemish red-brown) 7%

r2011B  La renommée dépasse le goût.

Votre bonne vieille bière sûre flamande, mais où le fond de caramel est plus discret qu’à l’habitude. Pas vraiment de surprise en bouche, avec le caramel qui devient aussi pesante que l’aprêté du liquide sur l’intérieur des joues, avec une pointe de sel sur le bout de la langue.  Toujours dans les règles, on se retrouve avec une dualité sel/caramel sur un fond sûre qui monte à chaque gorgée.  Pas meilleure qu’une Gueuze Spontanée de Schoune, si ce n’était du prix un peu trop onéreux.

Crooked Stave (Denver CO) Serenata Notturna Belgium Style Golden Ale Aged in oak casks 12%

cssn

Un peu fonçée pour une golden non?

B+  La tour de Babel brassée : belge, blonde, sour, vieillie, oud bruin.

Certes, le nez est puissant et déjà à 30 cm du verre ça sent le caramel un peu funky.  Le nez directement au-dessus du verre on reconnait le combat entre la sour et la belge sous la pointe de funk.  Sûrette pour les papilles, la vanille du fût qui attaque me fait penser à une gueuze plutôt que d’une belge d’abbaye, spécialement en finale très funky, où l’alcool ne se goûte pas vraiment.  Serenata Notturna; à en perdre son latin.

Innis & Gunn Original Original Oak Aged Beer 6.6%

igoB-  Ce qui aurait pû servir de modèle à La Phénix de la microbrasserie du Liève, en version beaucoup moins franche et peaufinée.

Très pâle pour une scotch ale, me fait plutôt penser à une lager ambrée.  Toutefois l’odeur est plus réglo avec son grain bien grillé (pas de caramel par contre).  En bouche c’est plus proche d’une lager fumée cette fois, un peu plus brûlé (des feuilles sèches d’automne par exemple).  Une belle facilité à boire mais trop aqueuse, et quand on parle de « hints of toffee, vanilla and oak » le mot à retenir est « indices ».  C’est bien mais autant pour la quantité que la qualité, il faut être à la recherche de quelque chose de léger.

À 330ml (moins qu’une cannette de Coke Zero) on ne parle pas de la plus généreuse bière côté quantité.

Dogfish Head Burton Baton Oak Aged IIPA 10%

burtonB Le feu de camps commence dans un gros boom mais les histoires sont bonnes et bien racontées.

Élégamment parfumée, rafraîchissante et imposante, oui du houblon agrumé et herbeux mais aussi aggrémenté d’une épine dorsale de la vanille du baril. Amère en bouche, les lèvres rentrent par en-dedans; on oublie le baril à ce stade, mais on le retrouve en finale avec du chêne, de la citrouille, de la muscade et un aftertaste de gâteau de noel. Et alors que la première gorgée peut sembler un peu disparate, la seconde rassemble bien les morceaux du casse-tête.

Weyerbacher Brewing Co (Easton PA) Insanity Ale Aged in oak barrels 11.1%

insaneC+  Des cabanes à sucre au Kentucky, est-ce que ça se peut?  Très caramel avec un petit côté lustré en arrière-nez, on pourrait croire à une tarte sirop-d’érable/raisin avec trop de cassonade.  Alléchant donc malgré un sucre… très sucré.  Incroyablement lourde et visqueuse en bouche, avec un lent développement.  Finale très caramel et sucré, une bière brune qui de fait pas dans la subtilité et si folie il y a, c’est dans le caramel; en aftertaste j’en oublie tout le reste et ne pense qu’au pot carré rouge et jaune de caramel Grenache, quoiqu’avec les gorgées les tannins du bois se présente, très timidement.  Probablement à déconseiller aux diabétiques.