La Baleine Endiablée Orloge Simard Race de Soif Saison Impériale Norvégienne aux mûres et basilic sacré 10%

Cote OO : B

Pour le côté totalement débridé.

Lisez le nom ici-haut : mon dieu que ça n’a pas l’air intelligent, il faut donc essayer si une saion avec levures norgéviennes poussée à 10% est un bon choix.  À l’olfactive, c’est déjà un combat entre la levure sèche norvégienne, le poivre noir et le sucré de la mûre.  Pourtant, avec une belle onctuosité au niveau de la tenue en bouche on garde encore espoir, toutefois une fois avalée c’est comme si tous les ingrédients entraient un capharnaüm indescriptible.  La seule chose facile à établir du moins c’est que le taux d’alcool est totalement imperceptible.  Selon mon beau-père, les shows d’Orloge-Simard sont fuckés à souhait.  Leurs bières aussi semble-t-il.

Lagabière La St-Jean à St-Jean Saison aux bleuets et aux mûres 5.5%

lsjasjB+  Parce que la bière a toujours fait partie du cœur de la Saint-Jean.

Toujours un bon point d’humer une bière assaisonnée et que celle-ci ne « pue » pas trop le fruit; cette saison est certes empreinte de fruit mais le poivre de la levure très typée est aussi bien présent ce qui balance très bien l’expérience olfactive.  Pour les papilles, ce sont les bleuets qui s’installent en premier, dans une amertume prononcée pour le style, mais rien à voir avec une amertume trop poussée d’IPA sans scrupule.  La finale voit la mûre renouer ses vœux avec les levures, et le constat final ne peut être qu’équilibré.  Avec chaque saison estivale vient ses bières aux fruits, et au-delà des nombreux échecs (et par échec lire ici principalement une bière qui ne goûte plus la bière), il y a quelques petits joyaux comme cette édition de Lagabière qui malgré sa couleur se rappelle que les fruits ne sont que complément.