Multi-Brasses Zombie Bière sûre aux canneberges 5.5%

mbz

Moderne comme étiquette pour Multi-Brasses qui n’a jamais dépensé une fortune en marketing et design…

La cote OO : B

Passe-Partout, facile mais pour tous les jeunes aussi.

Est-ce qu’on a plus de malt foncé pour donner une teinte orangée aux canneberges? Le nez donne presque l’impression qu’on y a mis des oranges et le blé semble très sucré.  La canneberge n’a aucune subtilité en bouche mais le blé et le côté orange revienne compensé; certes hyper fruité et un peu lourde, en la gardant longtemps en bouche nous avons droit à beaucoup de saveurs aussi.  Davantage dessert que bière de soif, je la marierais avec un gateau aux fruits de noël, en n’ayant aucune peur qu’elle ne soit pas aimer.

Multi-Brasses IPA Monohoublon 7%

Une verticale de houblon à bas prix comme Multi-Brasses peut souvent l’offrir à petit prix, pourquoi pas?

mbi

Bravo 79 IBUs

Assez caramélisée et raffinée côté houblon, malgré qu’on a laissé le grain vivre de manière convenable.  Tiède et subtile en bouche avec une amertume moyenne, c’est davantage la finale de caramel de vin d’orge que l’on remarque avant l’aftertaste ou l’amertume monte bien.  Correcte et sans plus, on donne une cote de C+.

Calypso 88 IBUs

Difficile de dire pourquoi la mousse est plus résistante que ses consoeurs, mais surtout aussi par son nez plus doux que ces dernières alors que l’IBU est plus élévé.  En bouche là où le Bravo est à l’image du citron, tandis que le Calypso est sous le signe de l’Orange.  Côté finale, l’amertume est plus présente que la Bravo mais de manière moins aggressive, alors que la finale est encore plus douce.  Difficile à classer mais très intéressant, on conclue donc à une belle cote de B.

Merkur 82 IBUs

Moins sucrée que ses comparses, le houblonnage est à quelque part entre l’orange du Calypso et les houblons plus feuillus.  Discret, ce houblon moins marqué donne un boost à l’alcool qui semble plus fort en bouche, mais heureusement le grain demeure le roi de la finale.  Le plus végétal de trois, c’est une IPA facile qui se mérite une cote de B-.

Somme toute, c’est une belle preuve qu’IBU doit être pris dans le sens général du terme car le 79 IBUs du Bravo surpasse le 88 du Calypso en matière de sensation buccale.  Quant à savoir si la différence est marquée, pas vraiment, ou plutôt oui si on s’y attend et qu’on les boit en les comparer.  Sinon, il s’agit de 3 IPAs parmis lesquels je mettrais la Calypso en avant-plan.

Multi-Brasses Délicieuse Bière aux baies de sureau 6%

mbdDu yogourt grec à saveur de bleuets : comme déjeuner oui mais comme bière?  C’est autrement certainement très velouté mais pas dans le même sens que le café; l’orge semblant même aussi lointaine que le houblon à peu près absent.  Toujours aussi fruitée en finale, sous le sureau s’il y a bière à goûter ça peut s’apparenter à une Laurentide.  Rafraîchissante oui, délicieuse bon disons mais qu’à l’image de beaucoup d’autres bières de la même brasserie, c’en est une qu’on oublie vite, surtout que le sureau est mieux exploré dans d’autres bières.

La cote : C+

Parce que c’est une autoroute : passagère, mais rien qui ne s’arrête.

Multi-Brasses Brassin d’hiver La Caribou cuivrée de type abbaye 10.5

mbbhc

Est-ce qu’il y a quelqu’un pour faire le graphisme de Multi-Brasses de manière professionnelle?

De la bonne bouffe fusion.

« Entre » comme dans belle couleur entre blonde et cuivrée ainsi que nez entre sucre/caramel belge et houblonnage plutôt anglais.  Le tout dans une bonne intro assez profonde.  Très présente en bouche le houblon sort bien et c’est crémeux et froid à la fois, avant une finale de caramel funky et d’orge qui se prolonge pour bien compenser l’aspect cuivré.  Pas trop fort mais long, l’aftertaste est celle d’une bière d’abbaye qui devient de plus en plus typique au fil des gorgées.  Bien sise dans son style et parfait pour l’hiver, malgré que je préfère la Renne de Neige de la même Multi-Brasses.

Multi-Brasses Moka d’Or Bière aux framboises 5%

mbmoB Bien c’est très bien quand la moyenne est moins bien.

« Tingwick m’impressionait pas jusqu’à date mais vraiment, essaie la » m’avait-on conseillé.  Ça commence bof bof, sans surprise avec de la framboise omniprésente et surpuissante, plus crémeuse que d’autres et un peu vanillée.  L’onctuosité se mêle avec la carbonation en bouche et le grain est légèrement disponible sur les côtés de la langue.  On conclut le tout avec du grain (blé), du miel, de la framboise et même un peu de canneberge, où l’ensemble par son onctuosité est supérieure à la moyenne de ses consoeurs de fruits.  Selon l’étiquette, « une vraie bière aux framboises »; je n’en doute pas, mais j’aurais laissé plus de place au côté bière.

Multi-brasses Quadruple Belge 11.9%

mbqb

En matière d’étiquette laide… une chance qu’on peut se fier sur le  superbe contenu.

B  L’habit ne fait pas le moine une fois de plus.  Alors ne pas s’attendre à une bière aussi anodine que son étiquette.

Avec une quadruple à 12%, à quoi s’attendre d’autre qu’à un vin d’orge avec du sucre belge?  Au nez c’est un peu ça même si c’est davantage belge que vin d’orge, avec du grain et du miel très puissant.  Au goût le grain est un peu plus chauffé sans être torréfié et le miel devient bruyère.  Pour la finale c’est hyper sucré et liquoreux (ce que la bouche me laissait présager), le tout avec une bonne élongation en gorge.  Avec une bière qui me fait penser à la Blanche de Honfleur de la micro de Bellechasse (en version plus alcoolisée), c’est loin d’être une bière de tous les jours même si les gorgées se suivent allégrement.

Multi-Brasses Renne des neiges bière blanche forte 8.7%

mbrdn

Peut-être la meilleure de la microbrasserie à cette date, même chose pour l’étiquette qui n’a rien de stellaire mais qui n’est pas horrible non plus.

B+  Une douce chute de neige sans bruit, avec le soleil en prime.

Très conservatrice au nez, le grain laisse la place à la coriandre et un peu d’orange, le tout très en douceur et avec des épices franchement modéré.  Avec sa carbonation piquante comme de la neige en crystaux, la cannelle triomphe du liquide avant le retour de la douceur assuré de la finale.  Avec de la cannelle un peu atténuée, ça serait une bière qui pourrait facilement vivre en dehors de l’édition spéciale, à savoir à longue d’année.

Multi-brasses Gladamori bière brune 9%

mblB  Douce virilité.  Bizarre pour une bière brune d’avoir un nez aussi fruité de mûres, mais normal d’y retrouver un peu de caramel, qui se densifie intensément en bouche.  Pour ce qui est de la finale, on retrouve des fruits.  Beaucoup de fruits.  Traître pour ce qui est du taux d’alcool et à l’instar des whiskies fruités comme le Ben Nevis, c’est une bière parfait après avoir cueillit des pommes une journée de pluie.

Multi-brasses Stout Impériale 8.5%

mbsB  La réconfortante couverture chaude toujours sortie dans le salon.  Autant au nez qu’en bouche,  c’est le chocolat noir avec une touche de fruit, me rappelant le chocolat noir à la framboîse Lindt.  La finale prend une autre tangente avec du café, de la vanille et un peu de noisette, juste assez sucrée.  Bien affirmée, stable et chaude, un peu lourde alors on se la réserve pour les journées plus froide.  Ou lorsqu’on a besoin d’un petit réconfort.

Multi-brasses St Pierre Noire 5%

spnB-  Remonter à la source: certes davantage un mouvement de confort que de courage, mais c’est bon pour le moral.  Moins torréfié que « cacao-ifié », le nez est le chocolate malt poussé à son paroxysme.  En bouche, c’est d’abord du café africain puis une longue glissade vers le chocolat et l’orge, qui est un peu plus acide en seconde gorgée.  Gagnant le choix de laisser autant s’exprimer la céréale à l’origine.