Mikkeller Limbo Yuzu 0.3% (sans alcool… disons)

Cote OO : B-

Question de choix de perspective.

Avec les autres sorties de Mikkeller dans le territoire des sans alcool (bien que celles-ci affichent tous un taux supérieur à 0.25%), le nez de yogourt au citron inspire assez confiance.  Le citron pourrait être moins sucré en bouche, mais c’est de bonne guerre et on se contentera seulement d’attendre la finale un peu lactobacillaire pour arrondir la bière en calmant le sucre sans pour autant l’alourdir.  Là où elle fait un peu plus mal, c’est à la seconde gorgée où on se rapproche un peu trop près du Sprite Zero; c’est donc une question de choix à savoir si l’on préfère la rondeur de la bière ou le pétillant de la boisson gazeuse.

Mikkeller Limbo Riesling 0.3%

Cote OO : B-

S’il s’agissait d’une évaluation d’un mocktail bière-vin, la note serait forte, mais comme bière seule, ça manque de bière.

La première chose que l’on fait en sentant cette bière, c’est de regarder le contenant si le mot bière y figure (oui, mais dans la plus petite police de tout le contenant).  Le nez est donc étrange, et au-delà du raisin surpuissant, les levures semblent avoir pris un mauvais tournant du côté rance du jardin de rhubarbe le printemps après avoir laissé une partie de la récolte pourrir au champs.  Comme c’est Mikkeller toutefois qui ne tombe jamais (ou presque) dans l’erreur, il n’y a peut-être pas à avoir peur, donc on y plonge les lèvres et on y découvre un jus hyper fruité et passablement sucré, qui n’a plus rien à voir avec la bière outre l’impact assèchant des levures.  Agréable oui, mais certainement pas le succédané sans alcool à quelqu’un qui a soif d’une bière.

Mikkeller Henry and his science Ale microbiologiquement tropicale Sans Alcool (0.3%)

mikbwLa cote OO : A-

Alcool, pas d’alcool, potâto, potato.

Microbiologiquement, au niveau du nez Mikkeller semble viser à la bonne place avec une bonne ration de lactobaciles , où à tout le moins de levures rondes qui vont bien avec le blé, pour donner un espèce de Berliner Weisse vanillé bien sympathique.  L’orange est encore plus évidente (mais pas plus forte) en bouche et le liquide est bien vivant, quoiqu’un peu trop léger, et c’est un échelon de plus en finale.  Moins ronde qu’une Berliner Sonne du Bockale mais bien goûteuse, c’est ma meilleure bière sans alcool et de loin.

Mikkeller Série Limbo Primitive Flamande avec Framboises Sans Alcool (0.3%)

mikfraLa cote OO : D+

Pas dans le bon rayon.

Très portée sur le fruit, mais celui-ci est indéterminé entre la framboise et la cerise.  Ouch en bouche, pas une surprise de voir qu’elle est 4 fois plus haute en calorie versus leur bière sûre normale.  Fruitus maximus, trop en fait, et c’est peut-être le manque d’alcool mais à l’aveugle mais on serai facilement convaincu qu’il s’agit d’une liqueur au fraise.  La bière sans alcool flirte parfois de ce côté lorsqu’elles contiennent du fruit et c’est sans contredit le cas ici.

Mikkeller 1000 IBUs 9.6%

1000ibuUne des IPAs mythiques de l’industrie, aperçu à l’ardoise de la microbrasserie Tête d’Allumette, il fallait y goûter.

À l’olfactive, on est immédiatement surpris par une bière beaucoup plus cuivrée et caramélisée d’inspiration vin d’orge ou de seigle qu’IPA à IBUs boostés.  Beaucoup moins effrontée d’espérer, on en est presque déçu avant de découvrir une bouche de caramel amer, plus amer en seconde gorgée et définitivement amer pour les gorgées subséquentes.  Une expérience surprenante à vivre malgré le risque d’avoir l’estomac à l’envers tellement elle se révèle un choc pour le système (mais pas pour le goût).

La cote : B-

Parce que c’est la preuve que les IBUs ne sont pas logarythmiques en sensation.  Controlé certes, amusante oui mais tout sauf une bière de tous les jours.

Mikkeller (Belgique) Yeasts Series Saison 6.4%

myss

Plutôt rouge et automnale comme saison

C  Quand on fait une série de bières avec des levures différentes, on devrait choisir une bonne base.

Funky, avec le caramel on est loin de la saison rafraîchissante; c’est plutôt rouge et automnale comme saison.  Très ambrée même, enfin elle est très fraîche, pétillante et juste bien dosée en bouche.  La finale est d’abord agrumée de beaux houblons, puis funky, pis laiteuse.  La finale contient toujours le caramel lourd, à se demander sur quelle base on a construit le tout qui donne un feeling entre l’ambrée, la bière brett et la bière de blé.

Mikkeller Yeast Series 2.0 Brettanomyces Lambicus 6.1%

mblB Un no-mans-land dégustationnel, certes pas mauvaise mais on y vise qui au juste?

Plus brett que lambic, c’est un mélange de bretts et de bière rousse pâle. Douce, même très douce en bouche, pour ma première Mikkeller je suis agréablement surpris de voir que c’est très belge, spécialement en finale avant que le funk des bretts prennent le dessus pour l’aftertaste. Ce sont donc des levures moins standard pour une bière plutôt conservatrice.