Menaud Poivre Bière de seigle au poivre d’aulne de Charlevoix 5.8%

Cote OO : B

Parce qu’un bon plat doit réconforter aussi.

Couleur régulière.  Nez assez régulier (et un peu faible).  Si l’olfactive aide souvent, pas ici dans cette bière rondelette et à peine touchée par les épices du seigle.  La bouche est très, très mielleuse et sucrée mais encore là assez courte, on passera donc en finale pour y trouver du poivre (m’enfin, le poivre d’aulne) qui vient contrebalancer le miel.  La force de cette bière, c’est sans contredit la balance entre ses différents éléments, ce qui en fait une bière mouvementée mais qu’on pourrait boire en bonne quantité sans se lasser.

Menaud Amarillo (Dry Hop) 6%

Pour une microbrasserie qui ne semble pas capable de faire dans le normal (aucun « tite blonde simple » au menu, ce qui est loin d’être un reproche), le choix de ce qui semble être une american pale ale surprend un peu. 

Cote OO : B+

Monohoublon (enfin, avec un tel nom on peut se permettre de le penser), pas loin d’être monotonie.

Alors qu’on parle de mangue et de fruit de la passion sur l’étiquette, c’est le melon vert qu’on retrouve principalement au nez.  La bouche est encore plus fruitée (mangue peu mûre, melon et melon d’eau), unidimensionnelle mais bien fignolée.  On s’enfonce encore plus profondément dans le houblon une fois qu’on l’a avalé avec du vert de green de golf et un peu d’aiguilles de pain.  Menaud en version facile, mais qui démontre que même dans le simple ils savent bien démontrer leur talent en apportant autant de facettes différentes de l’houblonnage à froid.

Menaud Espresso 5.5%

Cote OO : B

Montagne colombienne en format brassicole.  Sur laquelle pousse des sapins.

Ouch.  Si l’espresso est un café concentré, cet Espresso de Menaud est une bière à la café concentré, très joyeusement torréfié et avec un grain de café qui l’emporte facilement sur celui d’orge.  Si le cola au café existait, c’est la forme à peine sucré qu’il prendrait, avant le retour du café pour ceux qui ne l’ajoute ni à leur lait ni à leur sucre; ainsi qu’un brin de sapin (ou autrement sylvicole pouvant rappeler leur gin).  Hyper typée, elle plaira surement à l’amateur de boisson chaude de déjeuner mais il s’agit sans contredit d’un stout qui ne laissera personne de glace; reste à savoir quel genre de chaleur elle vous procurera.

Menaud Persil 5.5%

Cote OO : B+

Verte, mais pas celle de la Ste-Pat (lire ici délicieuse).

Fraîche vient facilement à l’esprit dès qu’on la hume, spécialement les notes de romarins frais et bien salé.    Sans même y goûté ça sent la bière festive.  Elle ne se veut toutefois pas si légère en bouche, pleinement houblonnée et un tantinet marin.  Une fois avalée, c’est l’amertume qui se charge du reste, toutefois en conservant un côté herbeux et marinier.  Si vous aimez les bières herbacées, vous serez très satisfait avec ce biberon de persil de mer et de basilic que j’agencerais très volontiers avec une pizza, margerita pour sûr.

Menaud Poivre Bière de Seigle 5.8%

Cote OO : B-

Pièce de théâtre trop tranquille.

Quand un poivre ne mérite plus vraiment de s’appeler poivre?  Celui d’aulne (ou des dunes) est très floral, mais que très plus ou moins épicé.  Le nez de cette bière est donc très parfumée par le seigle et le poivre des dunes et légèrement teinté par l’orange qui arrive de nulle part.  Les papilles sont passablement surprises par l’orge liquide assez pure et le goût finalement bien poivrée de noir en bout de langue.  Clôturée par la douceur, elle surprend d’abord et calme ensuite, mais pour une bière « à ingrédients » elle est peut-être trop timidement typée.