Austin Street Brewery (Portland ME) Gradation Raspberry Wild Ale 5.6%

asgrPlus d’un an en cellier, est-ce que l’aspect sauvage particulier d’Austin aura profité?  Les souliers sont grands à remplir après leur merveilleuse Gradation Peach.

La cote OO : A

À  3 centaine de mètres ou 4 du coolship d’Allagash, Austin Street sait bien répondre par la bouche de ses chais.

Si la confiture de fraise avait un enfant avec la bière belge sauvage de Bruxelles (je sais, une drôle d’allégorie), c’est à cette bière qu’elle ressemblerait : de la fraise (pour l’instant, la framboise ressortira peut-être plus tard) hyper sucrée, presque caramélisée, ainsi que des levures qui gentiment picote le bout du nez.  Contre-intutitivement, la bouche est très astringente puis acide, plaquée finement de cuivre, avant de se jeter dans le mélange framboise (finalement!) et levures fines.  C’est délicat et délirant à la fois : de la folie contrôlé pour une wild ale du Maine qui semble toute droite sortir du vieux Continent.  Coiffée de surcroit d’orge sucré, c’est un bonbon (pour adulte) de bière.

Allagash (Portland ME) Coolship Pêche Aged in Oak Barrels with peaches 6.8%

acpLorsqu’on visite la salle du coolship au beau milieu des installations d’Allagash, on comprend.  Une fresque d’église brassicole quoi.  Bref, dire que mes attentes sont élevées sont un « understatement ».

La cote OO : A-

On s’en fout du taux de change.

D’emblée, le nez vient réconforter celui qui craindrait une bière trop dominée par la pêche :  celui-ci est funky à souhait, mais pas par l’étable d’une brett;  la souche plus sèche de bord Atlantique de l’état du Maine claque au nez, de manière positive évidemment.  La bouche aussi est sèche (et très pétillante), c’est donc une pêche gouteuse mais raisonnablement sucrée qui frotte les papilles plus qu’elle ne les flatte.  Conclue par de l’orge tranquille, des houblons assez présents pour le style et une levure salée et vanillée, c’est un exercice beaucoup gratuite que les exercices trop fruitées de Lindemans, spécialement sa lambic pêche. À 17$ américains, certes pas donné mais vaut chaque centime.

Allagash (Portland ME) River Trip Belgian-style session ale 4.8%

artUn style pas souvent rencontré… comment réconcilier le style habituellement lourd de la belge avec la légèreté de la session?

La cote OO : B

Voluptuosité et simplicité.

Régulière au visuel, tout comme au nez citronné et à odeur de blé non subtile.  En bouche, c’est une blanche de blé un peu plus éthérée que la moyenne mais aussi plus houblonnée sans être amère.  La finale est à saveur de coriandre, de plus en plus profonde, autant l’épice que la fine herbe.  Simple certes – et c’est probablement le but – c’est un tour de ponton sur une rivière plutôt tranquille qui se prend sans grandes tergiversations.  Le terme de session est souvent exploité dans le mondes des india pale ales mais ça ne veut pas dire qu’Allagash ne peut pas le prendre pour ses bières belges.

Allagash (Portland ME) Ganache Dark Ale fermented with Brettanomyces and Aged on Raspberries 7.5%

agLa cote OO : B

Parce qu’un dessert délicieux, ça peut aussi être un muffin avec de la crème Duncan Hines achetée au départ.

“Noire comme eul poéle » mais même si à travers la lumière du foyer on ne peut voir le moindre reflet de rouge, le nez est ce que l’on hue d’un gâteau forêt-noire quand on en atteint le cœur.  Pour la bouche, toujours le fruit mais cette fois-ci la cerise au lieu de la framboise.  Les levures arrivent enfin lorsqu’avalée, et elle se veut aussi sèche longue.  Toutefois elle a le défaut  que d’autres Allagash ont; celle de venir d’Allagash, avec les attentes trop grandes qu’on peut lui imposer un peu injustement.  Reste juste à se souvenir que ça peut servir de superbe stout d’après-midi froid et son cet angle, difficile de ne pas être satisfait d’un plus grand conservatisme de la plus vénérée de Portland.

Allagash (Portland ME) Trollekelder Dark Wheat Ale aged in peated Scotch barrels 9.8%

at1Très profonde mais pas très complexe, contrairement par exemple à la scotch de Brasserie Générale vieillie en fût d’Islay ici la tourbe semble absente.  Heureusement, la cerise est autant intense au nez qu’en bouche mais c’est surtout lorsqu’on l’avale qu’on mets finalement le pied sur Islay, j’avancerais même plus spécifiquement à Bowmore.  Bien que pour le blé ce n’est pas autant dominant qu’on pourrait l’attendre, c’est une bière qui demanderait plusieurs visiter alors ne reste qu’à espérer qu’Allagash l’embouteille au lieu de simplement la servir à leur pub.

La cote OO : B+

Parce que c’est une bière 100% au niveau du bon goût.

at2

Austin Street (Portland ME) Cosmo Belgian Strong 9.5%

ascMon genre de nez: un peu sauvage, un peu funky, un peu sucré et un point de grain chauffé qui donne une superbe profondeur olfactive.  En bouche, c’est du sucre candi hyper intense, varié, fruité, herbeux et teinté de belles levures, levures qui se poursuivent en finale qui rappellent qu’Allagash n’est pas très loin d’Austin Street.  Intensément bonne, on pourrait écrire tout un roman mais c’est aussi le genre de bière que les mots ne peuvent pas décrire l’expérience à sa juste valeur.

La cote OO : A

Parce que c’est une autre bière qui prouve encore qu’Allagash n’est pas la seule place de génie à Portland Maine.

Definitive Brewing (Portland ME) Bushwa Milk Stout With Maple Syrup, Cinammon & Vanilla 8.2%

db3Pour une liste d’ingrédients aussi longue, on y renifle pas grand-chose autre que le grain; en peu de mots, comme dirait mon voisin « pas assommé ».  L’attaque est par contre vanillée, puis le grain de café à peine touché par la flamme se joint au sirop d’érable pour donner un ensemble encore doux à ce point.  La finale détonne donc avec son puissant café qui est heureusement lui aussi bien contrebalancé par le sirop d’érable.  Très loin de la grosse stout, c’est une bière facile mais qui avec autant d’additifs risque de ne pas rencontrer les attentes.

La cote OO : C+
Parce que
c’est comme une recette pour enfants où l’on se fie sur le ketchup; au lieu de travailler sur les ingrédients on aurait dû travailler sur la recette de base.

Definitive Brewing (Portland ME) Forever Heavy Barleywine with Coconut & Vanilla 10%

db4Un bière qui s’affiche comme lourde/intense à jamais, mais qui au niveau de ses ingrédients elle semble assez neutre.  Toutefois, au côté orge, le travail est très bien fait et cache déjà bien son 10% d’alcool.  La bouche est tout autre avec l’amertume très américaine et trop excessive, même si elle doit faire face à de l’alcool très chaud.  Suite des montagnes russes en finale alors qu’on redescend dans un léger aftertaste qui conclut une bière où le coconut et la vanille ne figure qu’au nom et non au goût.

La cote OO : C+

Parce que si le but visé est la chaleur, ça manque en finale et que si c’est d’apporter du coconut et de la vanille ça manque en totale.

Definitive Brewing (Portland ME) Vanilla Dome Milkshake IPA with berries 8%

À mi-chemin entre l’agrume et les fraises, la couleur est assez représentative de l’ensemble et augure d’une bouche un peu débridée.  Celle-ci est bien ronde comme le lactose le veut, avec l’amertume qui semble pas très loin en finale.  Encore une fois entre les deux, les fraises finissent par l’emporter sur les agrumes mais ce que l’on retiendra le plus est l’équilibre.

La cote OO : B-

Parce qu’elle est loin de choquer, mais qu’elle profiterait peut-être de parler un peu plus fort (surtout au niveau de la vanille) pour mieux se faire comprendre.

db2

Definitive Brewing (Portland ME) Contee Kölsch 4.4%

db1Pas très forte au nez; d’emblée ça ressemble à la bière que tant de microbrasseries font pour aller chercher l’amateur de bières grand marché (un geste difficile à condamner).  Vraiment trop molle en bouche, où est le grain?  Fruitée et surtout gênée, pour ceux qui aiment les blondes fruitées sans avoir à tomber dans les blanches, pourquoi pas.  D’accord, la kölsch se doit presque d’être un peu austère mais ici on a une belle variation sur un thème.

La cote OO : B

Parce que vive le conservatisme éclaté.