Malbord La Divorcée Blanche IPA 5.5%

mdLa cote OO : B-

Toujours à quelque part sur la cible.

Pas mal plus blanche qu’IPA avec son nez floral de lys blanc.  C’est toutefois en bouche qu’elle se sépare de la douceur avec une amertume affranchie mais ce n’est que le temps du passage en bouche : une fois avalée le côté lys revient tranquillement et le houblon n’est que doux baiser sous la langue.  Encore un beau cylindre d’alu du Malbord qui ne brille pas de pleins feux (encore) mais qui semble pas mal toujours plaire.

Malbord L’Avalanche Session Houblonnée 4.5% 15 IBUs

mavalLa cote OO : B

De la neige verte déferle.

Belle mousse semi-tenace un peu anormale pour une session, mais le nez très west coast est parfaitement dans les règles : un peu d’herbe de joie, de la grosse résine et du pin, exit les fruits tropicaux on est dans le gros vert.  Gustativement, le côté session revient, c’est tranquille et léger, l’amertume est gardé en échec jusqu’à ce que l’on avale et encore là, on parle de doux houblons qui font changement des flaveurs d’orange et de pamplemousse.  Merci au Malbord d’explorer de ce côté un tantinet négligé par la micro québécoise qui ose plus ou moins poussé le coté vert et résineux du houblon.

 

Malbord Le Voile de la Mariée Blanche au chanvre 5.5%

mvmLa cote OO : B

Le voile a plusieurs couches, toutes intéressantes à lever.

Si le chanvre pouvait vous refroidir, ce n’est pas à l’olfactive que vous allez avoir peur : une blanche orange et beaucoup de coriandre vous accueillera de manière très détendue.  On remarquera une petite pointe d’amertume un peu inhabituel à son entrée en bouche, mais la coriandre – où ce qui semble l’être – revient rapidement sur les papilles.  Une fois avalée, c’est au blé dans toute sa gloire, puis un peu d’épice funky, surement le chanvre.   Au fil des gorgées on y rajoutera même un fil de popcorn au beurre. Un peu « différent pour le trip d’être différent » mais en demeurant conservateur sur le reste, on a droit à une blanche que la majorité des amateurs aimeront.

Malbord La Tripeuse des Bois Blonde Belge au miel et au thym 7% 26 IBUs

mtdbLa cote OO : B

Boucle d’Or : la légèreté parmi les ours.

Foncée comme une blonde d’abbaye (donc belge), ainsi il n’est pas très surprenant d’y renifler un côté de boulangerie et de sucre candi assez fidèle à l’Europe.  Plus de fraîcheur en bouche avec la rondeur du miel qui ne se veut pas trop pesant, le tout conclut dans une finale où le thym donne une touche de vert que le houblon n’amène peut-être pas.  On est pas au niveau de la blanche thym-citron de leur « voisine » de Carleton-Sur-Mer, mais pour y avoir ajouter du miel, l’exercice se veut assez joviale et amusant.  Un exercice jovial (mais encore à 7% il ne faut pas trop abuser) de Malbord qui opte d’une belle recette sensée.

Malbord La Capitaine Roots British Special Extra Bitter 4%

mcrLa cote OO : B-

Ça peut être tempéramental un anglais?

Qui dit ESB – ou plutôt dans le cas ici présent SEB – dit du malt biscuit et on a d’ailleurs droit à du biscuit sucré, qui n’est pas extra bitter, pas du tout.  L’arrivée en bouche déçoit un peu car ne subsite que de l’amertume sur le bout de la langue (c’est correct après tout, il en fallait) mais ça manque un peu de corps à mon goût.  La finale recentre et recadre, on se rappelle l’orge et l’amertume, tous en même temps.  Une bière « en moments » où on y va avec le confort avec la nouveauté.

Malbord La Gueule de Requin Eisbock 10%

mgdrLa cote OO : B

Fish on, ca mord!

L’odeur de malt intensément léché par la flamme ne surprend pas après une telle couleur dans le verre, mais l’aspect liquoreux et de raisin sec a de quoi étonner un tant soit peu.  C’est velouté et ça attire la papille pas juste que passablement.  Laissez faire le velouté et l’amabilité en bouche, le plus simple que je pourrais dire c’est que ça donne la volée à la langue et ça devient encore plus spiritueux, certes plus qu’à 10%.  La finale est plus gentille toutefois et fait le pont entre le coté de blé de la bock et le stout impériale russe.  La bouche est grande et affiche de nombreuses dents, sans surprise donc qu’elle a énormément de mordant.

La Pointe Sec (Brassée par Le Malbord) Kölsch Gaspésienne 4.8%

mpsLa cote OO : C-

Si au moins ça les encourage…

Neutre – même pour une kölsch – car même le côté céréale semble lointain – pour emprunter du titre, sec.  Heureusement en bouche l’orge se joint bien au petit côté citronné qui semble arrivé du houblon, et la finale est toute aussi simple, sans arrière-gout, sec et rapide quoi.  Être un peu méchant, on pourrait en dire qu’on visait trop large et pas assez précis, ce qui fait qu’elle frôle mais on n’en gardera certainement pas beaucoup de souvenir.  Pourtant, Mont-Louis est un si beau petit village.

Le Malbord La Collin Rousse Irlandaise 5%

mcriB  Bien cousu du fil de malt.

Aimant mais rousses… rousses, visuellement c’est à la hauteur tout autant qu’au nez tout malt, assez sucré et doté d’un houblonnage plus que modéré.  De toute manière l’orge est trop fort pour le reste.  Moelleux, le grain fait toujours le travail sur les papilles et à défaut d’être variée la progression est douce au possible… mais le grain redouble d’ardeur en finale avant l’avancé de l’amertume tiré d’un judicieux choix de houblons s’harmonisant parfaitement avec le malt.  Enfin, l’aftertaste est presque cuivré et légèrement torréfié.  Comme première bière d’une nouvelle micro, on a voulu probablement voulu démontrer qu’on savait les bases (mission accomplie).