Brasserie Générale Quince de Mayo Lager Américaine-Maïs et riz basmati 4.3%

bg18qmMaïs et riz basmati dans une bière?  Difficile de demander de l’intensité mais on reste ouvert à la surprise…

La cote OO : B-

Parce qu’elle sera rencontrée à son évaluation annuelle, mais n’aura pas de dépassé.

Avec ce mashbill, on ne peut pas vraiment être surpris par la couleur pâle et la mousse limitée.  Manque d’excitation au nez où les céréales sont un peu trop tranquilles mais bien compensées par le houblon,et même chose en bouche où la bière grand marché n’est pas trop loin, mais suffisamment poussé par le houblonnage (l’américain dans la définition) assez marqué.  J’aime mes pilsners – ou bières apparentées à celle-ci.  La légèreté étant l’un des buts (lu sur la cannette « T’as l’doua de mettre une lime » – j’aime) elle remplit sa mission mais sans plus.

L’Esprit de Clocher La Première Nuit IPA au maïs (houblon Nelson Sauvin) 2015 6.1

ec1renuitPlus végétale que trop agrume, le maïs semble lui apporter une belle rondeur et l’approche un peu d’une blonde.  Très présente aux papilles, l’amertume se contrôle bien et laisse la place aux grains de maïs et d’orge qui dansent une belle valse mi-rafraîchissante mi-corsée.  La finale est encore plus près de la IPA quoiqu’en toute fin, on atteint encore un bel équilibre.  Est-ce qu’elle ferait partie d’une rotation régulière selon moi?  Non, mais l’exploration en vaut le jeu de maïs.

La cote : B

Parce que… pourquoi il n’y a pas plus de bière au maïs?

L’Esprit de Clocher La Première Nuit Édition 2018 IPA au maïs 6.1%

ecpn2018B  Le petit couple qu’on croyait pas nécessairement compatible mais qui dure depuis des années.

À force d’y revenir, la fusion IPA et maïs sonne de mieux en mieux.  Ici, malgré des houblons qui sentent plus vert que par les années précédentes, on a pas oublié les agrumes, ni de laisser une belle place à la céréale mythique de Neuville.  Moins tranchante en bouche, le maïs vient attendrir le cœur de cette bière avant que l’amertume ne monte pour s’arrêter à un beau et long plateau, entre l’IPA et la bière à céréale hybride.  Représentatif et en dehors des sentiers battus à la fois.

Oshlag (collab Les Coureurs des Boires) Chicha Quechua Bière de maïs jora 4%

ocq

Il y a du savant fou chez Oshlag et dans la tête de Martin Thibault.

Ce ne sont pas tous les trips d’acide qui sont des bad trips.

Très neutre comme odeur, on peut difficilement ne pas être en accord avec l’étiquette proposant un nez de yogourt nature – quoiqu’accompagné de papina aigre et de plant de maïs (et non son épi).  Très agricole, malgré une faible gazéification elle est bien piquante avec un feeling de bière mi-sucrée mi-sûre et un aftertaste passablement long.  Faire une bière bizarre c’est une chose; faire une excellente bière challengeante une toute autre chose.  C’est donc un second coup de circuit pour Oshlag avec une bière bucolique même si en dehors des sentiers battus.

Restaurant La Sagamité Kwé Bière au Maïs (brassée chez Archibald)

kweB-  Parce que le maïs c’est plus gouteux que le riz.

Avec un nez qui mérite de respirer, après quelques minutes au-delà une douceur remarquable il y a une mince amertume qui combat le grain agricole.  Piquante, le grain s’incruste entre les papilles mais ce n’est qu’un passage rapide avant de se retrouver avec une bière désinvolte qui saura attirer les palais curieux mais peu aventureux.  On prend donc une bière grand marché et on y remplace ce qui ne goûte rien par du maïs.

L’Esprit de Clocher La Première Nuit (2e anniversaire) IPA au maïs avec houblons Nelson Sauvin et Eldorado

ecmt3B  Simple ne veut pas dire pas original.

Olfactivement, la chaleur du maïs est bien mélangée à l’orange du houblon.  Du côté gustatif, c’est la même céréale qui contrebalance bien l’amertume (tout de même modérée) avec une finale très bien aplanie au niveau grain mais avec un beau profil d’agrumes (le côté Eldorado semble plus présent).  L’aftertaste, légèrement plus amer, est aussi poussiéreux et clotûre bien une bière nuancée où le pari de remplacer une partie de l’orge par au céréale plus « ronde » vaut le détour.

Esprit de Clocher Soif à mourir Blonde de maïs 4.5%

edc3B+  On est à Neuville après tout, où le bon maïs fait de la bonne bière.

Un whiskey de maïs en version bière, un peu dilué à l’eau, et où l’orge laisse une place au blé d’inde plus vinaigré que sucré.  En bouche plus aqueuse, c’est une IPA ou une lager au maïs, assez fraiche malgré son manque de carbonation.  La finale en montagnes russes est teintée de grain vinaigré et de houblons biens choisis.  Un beau genre qui devrait davantage être exploité par les brasseries québécois, où elle me semblerait très typique.  Douce et chaleureuse, ce n’est pas la bière qui saura charmer tous les palais mais qui en accrochera certainement plus d’un.