L’Oxymore Stout 4.3%

oxsLa cote OO : B

Un bon film prévisible satisfait parfois.

Dès quatre premières brassins publics de l’Oxymore, cette stout a indubitablement le nez le plus présent, de moka à peine sucré à la limite du crémeux.  L’orge est pour sa part très lourde à son arrivée, assez sèche même, à la manière du chocolat très haut en cacao… et ce malgré qu’elle ne goûte pas le chocolat outre mesure.  Belle finale, l’aftertaste n’est pas même arrivé qu’on conclut déjà à la meilleure offrande de la gamme initiale, une stout hyper régulière, bien goûteuse et avec juste la bonne longueur.

L’Oxymore Rousse Irlandaise 5.1%

oxriLa cote OO : B

Comme disait Fidèle Lachance, Fidélité!

Au visuel belle et bien rousse, mais assez transparente, ce qui était un peu annonciateur d’un nez un peu malté, un peu cuivré, à peine teintée de caramel mais qui en respirant prend de la force pour finir par bien plaire.  Même chose en bouche : d’abord trop douce, en attendant au-delà des 20 secondes le caractère bien malté de cette rousse se présente enfin, accompagné de caramel léger qui colle sous la langue.  Plutôt monocorde, mais très correcte dans le rayon « grand classique exploité avec sobriété », puisqu’une rousse est souvent de mise dans l’arsenal de base d’une micro de région.

L’Oxymore Microbrasserie Blanche de Type Belge 4%

oxblLa cote OO : B-

Un coupe-pizza : l’orange n’est pas seulement ronde, elle tranche parfois.

Orangus maximus, la coriandre n’est pas au rendez-vous mais pour le reste, ça semble une blanche tout à fait correcte.  Elle piquera ensuite la bouche, mais le curacao (l’orange) vivote bien malgré une bière assez sèche merci.  Pour ce qui est de la finale, la fine herbe se pointe et se prolonge à travers l’aftertaste, lui aussi sec pour une blanche d’été plus rafraîchissante que réconfortante, avec une petite pointe de houblon bien placée en bonus.

L’Oxymore Microbrasserie Blonde 4.6%

oxbNouvelle micro (ouverte à peine un jour après les mesures restrictives de la COVID19), disons qu’avec la seule description de « bière blonde », à quoi s’attendre? 

La cote OO : C

Niveler par le bas.

Si le but était de viser une bière un peu insipide mais totalement inoffensive, c’est réussi : du malt édulcoré, encore plus que les super dry nippones.  Même chose pour le houblon, alors on passera rapidement à la bouche pour y trouver finalement un liquide plus gouteux, à tendance certainement tchèque mais il y a peu de variations sur la langue.  Toujours étayé en finale, c’est une recette facile définitivement destinée aux buveurs de Molson Dry.  On peut pas les blâmer d’en mettre une au menu, mais on ne peut pas les encenser non plus.