Les Trois Mousquetaires Maibock 6.8%

Cote OO : B-

Très petites fleurs.

Deux raisons pour aimer les bocks : le malt et les levures.  L’olfactive de cette bock de printemps semble juteux et affublé de jeunes fleurs de lys blanc, malgré un liquide fonçée qui laisse présager une allemande gouteuse.  En bouche, non pas l’imitation des cafés d’octobre mais de la vraie citrouille qui se mêle au côté hyper céréalier de la bock, et un duo houblon/levure des plus tranquilles.  Collante, presque crasseuse sous la langue et à la limite de la belge sucre candi en frais de poids, somme toute c’est une maiBOCK.

Les Trois Mousquetaires Hors Série Saison Brett Pêche 7%

ltmsbpLorsqu’on a une bonne bière comme la Saison Brett des Trois Mousquetaires, pourquoi l’affublé de fruits?  D’accord, d’accord, pour aller chercher un plus grand public – féminin particulièrement (et c’est souvent le cas des Berliner Weisse).

La cote OO : B

Comment ne pas scrapper.

Ça donne quoi une tarte bien fruité sur le bord d’une fenêtre dans une mansarde campagnarde belge?  Ça ou bien une fusion Georgia-Bruxelles.  De la pêche donc, assez épaisse (venant probablement d’un sirop) et de la belle brett bien franche.  La bouche est presque cheval, tandis que le fruit vivote, virevolte et finit par se poser sur la langue.   Une fois avalée, c’est la ferme à grosse gorgée mais encore là, la pêche, toujours sirupeuse mais avec plus de noyau (les pêches y sont mises au complet), compense bien jusqu’à l’aftertaste où la langue picote d’excitation – et peut-être du poivre de la levure saison qui arrive enfin à se faire goûter.  Posée à la suite de plusieurs gorgées, elle souffre peut-être finalement de l’ajout de la pêche qui enlève une certaine magie à la recette originale.  Less is More, but more can be good too.

Les Trois Mousquetaires Porter Baltique vieillie 6 mois en fûts de brandy et de bourbon 10.5%

ltmpb2018Faisait partie des grands classiques brassicoles québécois, cette offrande des Trois Mousquetaires est très loin d’une bière à outrepasser si on se sent festif (et à 10.5%, à condition d’avoir un conducteur désigné).  Bien qu’éphémère au niveau de sa mousse, l’odeur hyper liquoreuse de l’orge saura charmer l’amateur de porter, avec juste la bonne note d’épices (noix de muscade et une pincée de cumin) pour tenir tête à l’imposant baril de finition (spécialement le brandy).  En bouche le cacao précédemment est plus évident mais le tout reste hyper doux, ne s’animant que par les notes de brandy et de raisin.  La finale quant à elle est très chocolaté, mais les épices sont encore assez vivante pour rappeler qu’il s’agit d’un porter et non d’un stout, et d’un vraiment porter en effet.

La cote OO : A-

Parce qu’encore une fois c’est une féérique bière qui « fitte » à merveille pour une soirée relax entre 2 party de noël.

Les Trois Mousquetaires Ceci n’est pas une Gueuze 2016 5.5% (vieillie 28 mois en cellier)

ltmg2016Bière sûre oui mais bière funky d’abord : un peu de pêche sucrée et juste la bonne balance entre le funk des levures et de l’acidité du moût.  En bouche, elle se veut plus acide d’abord, plus fruitée ensuite, mais pas vraiment « étable » avant la finale rance et astringente où le jus de pêche vire à l’acide.  Comme aftertaste, on a droit à une pointe de houblon qui démontre qu’avoir celui-ci en version suranné amène une dimension supplémentaire.  Confort et challenge à la fois, elle ne vaut probablement pas la peine d’attendre mais on garde l’œil ouvert pour pousser l’audace jusqu’à l’attente de 5 ans.

La cote OO :  A-

Parce que c’est un beau trip d’analyse et de différenciation, mais à la base c’est une excellente bière qui est restée excellente.

Les Trois Mousquetaires Hors Série Sour Citra Ale acidulée houblonnée 5.2%

ltmscSimple et efficace avec son nez de houblons à tendance d’agrume et un petit côté bonbon sûr, on ne sait pas nécessairement à quoi s’attendre pour la suite.  En bouche justement c’est le côté sûr de la bière (et du bonbon) qui ressort mais ça s’en tient pas mal là avec un développement peu étoffé.  La finale est encore plus houblonnée mais pas plus amère (on est à peine à 12 IBUs après tout), toujours teinté du bonbon sûr, la saveur la plus évidente du verre.  LTM suggère l’accord avec une salade de papaye et ça semble être très judicieux,  l’acide faisant surement une belle paire avec l’épicé.

La cote : B

Parce qu’elle livre ce qu’elle affiche, dans une fraîcheur presque déconcertante, comme si on rentre dans une pièce presque trop froidement refroidie par l’air climatisée.

Les Trois Mousquetaires Hors Série Oud Bruin Ale brune acidulée 7% (brassée le 24 novembre 2016)

ltmobCe qui est bien avec les plus petit magasin de bières de microbrasserie, c’est que l’inventaire tourne moins vite; quand le magasin respecte de bonne température (par exemple s’il est dans une boucherie, pas trop au soleil) ça permet de faire des trouvailles peut-être pas vieillie à la qualité d’un cellier mais tout de même.  Dans ce cas cas-ci, LTM recommanderait 3 à 5 ans.  Évidemment, ça tient du dommage du presqu’impossible d’attendre aussi longtemps , voici donc une bouteille brassée il y a tout de même plus qu’un an et demi dans le passé.

À l’apparence de cola, le liquide est dans le bon ton (ou la bonne teinte) et le nez acidulée fait très vinaigre balsamique (celui à la figue de Saratoga Olive OIl Company).  Encore plus vinaigré en bouche – on a lâché les figues – c’est une oud bruin 100% franche qui marque autant les joues que la langue, et qui s’étire de tout son long, pas seulement en gorge mais en bouche où les papilles et le palais se révolte, non d’indignation mais d’intensité.  Et en y replongeant les narines, c’est au-dela du vinaigre le sucre de cassonade qui apporte un aspect encore plus cola… pour le nez seulement, le vinaigre faisant toujours rage dans la meilleure manière qu’il soit au travers du chêne qui perce l’acidité.  Bien qu’elle ne dispose pas de la largeur de palette de ses consoeurs belges (peut-être qu’on y a été de main légère sur les bretts) ce qu’on en retient principalement c’est la grande franchise et le grand comfort.

La cote OO : A-

Parce que n’est pas Rodenbach qui veut (ou pour parler de ce côté-ci de l’Atlantique, Urban Farm Fermentory de Portland Maine) mais à l’image de la plupart des produits des 3 mousquetaires, quand on s’y penche on s’y plonge.  Dans les meilleurs sûr que le Québec a à offrir donc.

 

Les Trois Mousquetaires Porter Baltique Grande Cuvée 2017 (élevée en fûts de bourbon & Brandy de plus de 12 ans d’âge) 10.5%

ltmpb2017

À la suite d’un conseil d’un des grands de la bière en Amérique, définitivement la porter s’apprécie vraiment bien dans ce type de pinte.  Spécialement quand il s’agit d’une bière de ce calibre.

B+  Les Trois Mousquetaire rencontre la flèche de Guillaume Tell.

Deux ans après l’Édition 2015 un peu semblable au niveau de la finition, à quoi s’attendre cette fois-ci?  Peu de surprise à tout le moins derrière sa mousse fuyante, où l’on peut trouver du grain bien torréfié et une brève effluve de pommes; à l’instar de la 2015, le fût de brandy devait être passablement mouillé.  La bouche aussi est douce, les papilles étant visés droit au cœur par la flèche de la pomme et le souffle rapide du bois, beaucoup plus timide que le fruit.  C’est autre chose en finale où la vanille ne laisse la place qu’au grain mais ce à la suite de plusieurs (plusieurs dizaines même) de secondes.  Très facile à boire pour l’amateur du style, malgré un aftertaste un peu plus amer (ou alors pourrait-on dire plus justement « plus torréfié ») 2 ans plus tard elle est toujours semblable que confortable, ce qui est particulièrement traître pour une bière à plus de 10% d’alcool.  Une chance que le prix à quelque sous du 20$ en fait l’abus plutôt difficile.

Les Trois Mousquetaires Ceci n’est Pas Une Gueuze (produite le 2016/06/07) 5.5%

ltmcpug2016

LA bière (enfin, l’une des bières) à servir pour montrer la diversité brassicole québécoise.

A  La suite d’un succès est un succès.

Trouble et peu effervescente, ce a quoi je m’attends d’une gueuze qui devient plus sûre que funky, dans un parfum des plus agréable.  De l’orange (mais pas celle d’un houblon à tendance américaine) sort de manière convaincante en bouche avec du sirop de pêche chaud et non sucré.  La finale est toujours sur cette même pêche, puis le funk monte et monte et monte pour mourir dans un aftertaste plus tranquille mais aussi plus sûrette.  Une bière que je vais acheter pour faire vieillir (on pourrait la faire vieillir plus de 5 ans!) mais qui va prendre beaucoup de volonté à ne pas ouvrir avant une certaine maturité.  Autour de la barre des 10$, c’est pas mal mieux que celles de la Réserve du Picoleur que j’ai goûtées et à mon humble avis la meilleure des Trois Mousquetaires.

LTM Série signature Hopfenweisse bière de blé 6%

ltmh

On me vend le houblonnage à tendance américain mais je ne mord pas trop.

C+  Il n’y a pas de moule pour les plus belles statues.

Douce que cette bière de blé, conservatrice quoi, avec un houblonnage de vanille et de violette africaine tout aussi prévisible.  Précédente d’une pointe de poussière finie, en bouche il y a du citron bien pétillant, lui aussi trop confortablement assis au volant d’une automobile sur le régulateur de vitesse.  En gorge, le citron est rejoint avec une pincée de sucre et un aftertaste de blé.  C’est bien, c’est bon mais rien en dehors de la norme ça ne mérite pas une grosse note.

Les Trois Mousquetaires Grande Cuvée Porter Baltique Élevée en fûts de bourbon & brandy de 12 à 25 ans

ltmgcpbB+  Faire changement sans trop changer.

Super mais alors super douce au nez, c’est tendrement boisé, timidement brûlé et partiellement vanillé.  Moelleuse comme son bouchon de liège, il n’y a pas vraiment de développement autre que le café vanille française, vanille qui s’accompagne de bois avant que survienne une vague fruitée comme s’il avait resté beaucoup de brandy de pomme dans le fond du baril.  En maîtrisant très facilement le grain qui donne plus en couleur noir qu’en goût de café, c’est une porter baltique hyper standard mais avec le petit plus plus qui vaut la peine de se payer l’édition spéciale.