Les Grands Bois La Partie Parfaite Bitter fumée barriquée avec brettanomyces 7.3%

gbppLa cote OO : B

Parce que c’est bon du pain multigrain bien fait.

Avec une bière autant multigenre, le nez pourrait être plus varié et surtout plus fumé; peu de trace de fumée ou de bitter à l’olfactive.  Le goût est entre lichtenhainer (un peu sûre mais peu fumée) et bitter (assez houblonnée).  La finale s’approche passablement de la Boson de Higgs mais avec un peu moins de magie et beaucoup de chêne sur le bout de la langue.  Au finale, même si les éléments sont assez disparates l’ensemble tient la route, pas au point d’une partie parfaite mais un bon score au finale.  Si c’était moi je crinquerais un peu plus la dose de grain fumé au bois de noyer.

Les Grands Bois La Réserve à Mario Assemblage de bières de seigle avec brettanomyces 6.9%

gbrmLa cote OO : B+

Parce qu’on oublie la céréale – une bière c’est plus que l’ensemble de ses ingrédients après tout!

Full brettée mais avec du seigle qui ne fournit que du poivre noir, on est du côté épicé de l’étable et non dans le champs de grain.  La bouche est presque sucrée – le côté bonbon du seigle – et la finale est encore plus prononcée au niveau des levures.  Un peu à l’image de leur Partie Parfaite, une bière complexe bien exploitée qui fait pas mal plus sérieux qu’une allée de quilles.

Les Grands Bois Préparation Hache Pale ale à l’hibiscus 6% (revisite)

gbphY a-t-il moyen d’être plus « turn-off » que le nom préparation H?

La cote OO : C+

Parce que pour une rare fois, on a trop laissé parler la bière.

L’hibiscus est une plante tempéramentale qu’il convient peut-être mieux de servir en parcimonie – suffit de goûter à de l’eau d’hibiscus mexicaine – mais dans cette pale ale, le floral acerbe semble bien maitrisé par l’orge.  Le goût est d’ailleurs davantage celui d’une bière forte en houblon – pas vraiment à crû – et l’amertume attaque les papilles, spécialement en finale où elle triomphe de l’hibiscus bien présent mais domestiquée.  Certes moins bonne que leur Gros Tigre, c’est une pale ale trop maîtrisée qui mérite la même note qu’il y a 2 ans, un peu pour les mêmes raisons.

Les Grands Bois Hully Gully Sour Pale Ale 3.8%

gbhgLa cote OO : B

Parce que pas toujours besoin de brille rpour être remarqué.

Pour ceux qui dont leur préférence de sour se situe davantage du côté de la pale ale que de la berliner weisse, cette Hully Gully  a doit quoi attirer l’attention avec cette odeur de lime et de fougère.  Gustativement elle est bien acide, me fait penser à de la poudre en bonbon qu’on achetait au dépanneur et brin de la rhubarbe trempé dans le sucre chez grand-papa Paré.  Pas très  variée, on conclut avec les même élément qui à défaut d’être très originaux sont certes bien balancés.  Si les lactos se tiennent tranquilles, c’est pour mieux laisser parler le houblon.  Et pourquoi pas, se limiter à un style, c’est se limiter.

Les Grands Bois Imperial Gros Tigre Session IPA féline 4%

gbigtBizarre un peu une impériale à 4%.

La cote OO : B+

Parce que c’est pas un petit minou.

Herbeuse mais pas trop cannabis, accompagnée d’un bout de miel, l’orange de la couleur fonctionne avec le nez.  Ronde en bouche pour une session avec beaucoup de corps, la finale est mielleuse et beaucoup plus profonde que leur Superpause – j’aimerais d’ailleurs goûter cette IPA féline en version double (impériale justement).  De plus en plus ronde et se rapprochant de la blanche de blé (sur l’étiquette on parle de champ de cette céréale et on ne serait pas surpris de savoir qu’il y en a à la recette), c’est une IPA très solide et la meilleure du genre à St-Casimir.

Les Grands Bois La Superpause IPA louvaine 5%

gbspUne IPA en l’honneur de Michel Louvain… mais qui est cette belle inconnue à qui je dois aller parler?

La cote OO : B-

Parce que pas de discussion métaphysique pendant une superpause.

Pleinement agrumée, c’est le nez d’une IPA qu’on aimera beaucoup si l’on est hophead et que l’on craindra en se disant « pas une autre IPA houblons américains pas subtile et sans profondeur outre que l’amertume.  En bouche donc sans surprise dans les deux cas l’on trouve abondance d’amertume, mais les fruits tropicaux sont passés aux herbes nouvellement légales au Canada.  La finale est entre les deux, un peu plus facile – on est d’accord avec l’appelation Superpause – assez longue mais pas très intense.  C’est donc oui une IPA assez prévisible mais confortable comme il se doit.

Les Grands Bois Saison de Minuit Saison noire 5%

Pour une saison, c’est toute sauf votre petite Saison Dupont avec l’apparence d’une stout crémeuse, du café au lait et des grains très bien rôtis au nez, dénué de toute trace de levures saison.  En bouche c’est un peu plus vinaigré mais surtout beaucoup plus aqueux qu’une bière noire, mais rien pour ne conclure à une saison versus un stout qui serait belge.  Si on oublie le style, c’est une bonne bière noire bien amère mais qui outre la bouteille pourrait tomber dans l’oubli assez facilement.

La cote OO : B-

Parce que c’est un peu trop loin du style pour livrer ce qu’elle affiche.

gbsm

Les Grands Bois La 4e Dimension HopfenRoggen

gb4dMême au grand vent du bord de fleuve, le seigle marque l’olfactive encore plus que le houblon qui ne tente pas de voler la vedette.  Pour le goût, on reste bien appuyé sur la colonne vertébrale de grain jusqu’à la finale douce mais soutenue, qui vire presque sur le bonbon.  Si l’eau, le houblon et les levures sont les trois premières, la quatrième dimension du grain est remplie de couleurs.

La cote : B+

Parce que c’est un beau trip dans la quatrième dimension.  On pourrait se croire dans un film de science-fiction des années 80.

Microbrasserie Les Grands Bois Ariane Brown Ale Américaine

gbaba

Comme première, elle gagne facilement le pari de ne pas être la dernière.

B  Du nouveau monde pour tout le monde.

Enfin une première « vraie » concoction de cette microbrasserie qui jasait longtemps avant le berçeau, pas nécessairement mon style mais que voulez-vous, l’aspect de la nouveauté.  Mince mais crémeuse, la mousse bien brune est invitante, tout comme le nez mi-noisette mi-agrume où le grain a raison sur le houblon.  En bouche, onctueuse au point où je croirais qu’ils y ont mis du gruau et goûteuse d’un orge très fortement malté.  La finale pour sa part trouve son chemin dans une amertume plus que persistante, fidèle au style américain qui ferait probablement fronçir des sourcils anglais.  Mais on est en amérique après tout.

HopEra Série Vintage Saison Oklahoma Collabo Microbrasserie Les Grands Bois Fût de Chardonnay #7 6.5%

hoperaC+  Une petite gothique j’aime bien, mais pas au point d’avoir la figure au fond de teint blanc.

Belle teinte orange mais pour le nez, l’orange confite est puissante et intimidante avec sa petite touche de vin blanc.  Au goût les levures sont terreuses, acides et avec un petit caractère de rancio, de paprika et de papina.  La finale est dans le même ton poussiéreux avec un peu de raisin ce qui contribue à donner une bière un peu trop poussée, bonne pour flasher mais avec une colonne vertébrale trop malléable.