Boon Kriek Lambic 4%

Cote OO :  B-

Sans dire gratuite, allons-y avec très généreuse.

Moins d’alcool égal plus de fruits?  Probablement car ici, comparativement aux versions à 8 et 6.5% de Boon, la cerise est déchaînée et très dessert.  Voluptueuse mais excessif une fois au contact des papilles, plus aucune retenue et probablement trop gratuite, il faut donc les aimer sucrée.  Très sucrée.  Même en finale où l’on verra facilement pour y tremper un gâteau forêt noir trop amer.  Le public visé en serait donc un de bière trop fruitée pour leur propre bien, on la gardera donc pour les pâtisseries. 

Allagash Belfius (Assemblage saison et lambic) 6.7%

abelfiusLa cote OO : A-

Secouer sans remuer.

Servie à l’aveugle, 2 secondes sur le verre pour dire « c’est du Allagash ça » avec les levures sauvage du bord de la 95, un peu sûrie et assez sèche.  Elle viendra ensuite surprendre par son amertume assez marquée et peu commune à la signature de la maison, le tout accompagné de la pêche de la Lambic de Lindeman’s.  Il y a ensuite un je-ne-sais-quoi de difficile à décrire – la magie du poivre de la saison en version « coolshippée » peut-être, puis du beau fût de chêne très frais, très gouteux.

Dans les Allagash, c’est rarement une question de bon goût, et encore moins de qualité; dans cette Belfius tout y est et quoique moins bonne que leur stellaire Curieux, c’est une offrande que je consacrerais à plusieurs, plusieurs reprises.  Et à ceux pour qui les belges traditionnellement assez sucrée pourraient faire peur, une preuve que la grande petite (ou petite grande?) de Portland peut maîtriser les assemblages aussi.

Rock Art Brewery Sour Vermonster American Barleywine with lambic Yeasts 10% 100 IBUs

rasvLa cote OO : B-

Trip d’intensité et de dégustation, mais pas de balance.  Un peu trop Primus à mon goût.

Très profond dans le nez, le caramel du vin d’orge rencontre celui de la oud bruin pour une expérience en dehors des sentiers battus.  En bouche elle se révèle un peu « flat » mais après 4 ans en barrique on peut comprendre, et ça peut aussi expliquer le chêne qui est si lourd, et crasseusement boisé dans la finale des plus liquoreuses.  Bien sûr, elle goûte le 15% et l’amarula un peu, mais est surtout difficile à analyser.  Puis il faut se rappeler que c’est une sour… ce qui lui manque un peu.  Après la Vermonster et à ce prix, difficile de ne pas être déçu, mais tout un challenge de papilles malgré tout.

Lake Drum Brewery (Geneva NY) Kriek Lambic Sour 5.1%

ld6À l’opposé de leur Rouge des Flandres, la couleur de leur kriek est bien teinté mais au nez la cerise est en arrière-plan pour laisser une olfactive indéterminée.  En bouche, comme leur rouge on est davantage dans le territoire oud bruin et pour ce qui est de la cerise on passe la bouche pour ne la voir qu’en finale où le bois est léger mais bien dur.  Difficile de ne pas l’aimer malgré son manque de cerise.

La cote OO : B

Parce qu’avec son acidité bien contrôllé, c’est une très belle kriek d’intro un peu comme la mort subite.

Brouwerij Lindemans (Vlezenbeek Belgium) Pêche Lambic

lpl

Au moins c’est meilleur que du jus de pêche McDonald’s.

C  La nostalgie n’est pas toujours une bonne chose.

Tout comme leur Kriek, c’est très (ou plutôt uniquement) axé sur le fruit, celui du sirop de pêche que l’on obtient lorsque l’on prépare un peach melba.  Normal de ne retrouvait à peu près aucune carbonation donc.    En bouche le sirop est lourd et ne laisse pas passer suffisamment la bière qui n’est que lointaine arrière pensée derrière le goût de jus de fruits.  Même chose en bouche; pour les autres lambic de fruits de Lindemans j’ai toujours concédé mais cette fois-ci je suis catégorie, il ne s’agit pas d’une bière.

Brasseurs du Nord Réserve du Picoleur Gueuze 2014 (Série Funky) Assemblage type Lambic 5.7%

bnrpg2014

Bien ou mal?  À peine 330ml et 2 chansons de Living Sacrifice plus tard et on voit le fond 

B  Assemblage type Lambic.  Type, comme dans genre.  Genre.

Très gueuze en effet, c’est la limonade d’abord et avant tout, avec les levures qui restent en arrière-plan olfactif et bien peu de mousse, alors j’espère une bonne carbonation.  Toutefois, c’est la limonade, rose ou jaune, qui trône en bouche et j’ai plus l’impression d’une duchesse de Bourgogne que d’une Spontanée de Schoune.  Presque sucrée mais éternellement astringente, elle est très certainement rafraîchissante mais pas de là à dire que c’est ma meilleure gueuze à vie.

Schoune Lambic Kriek 5%

slk

On s’en fous-tu de la couleur?

A+  Venez pas me dire que le Québec n’a pas de profondeur brassicole.

Plus lambic que kriek, c’est funky à souhait, acide sans être acerbe, mais plus orange que rouge et moins fruitée que prévue.  Et à quelque part dans tout ça, quelque chose de leur Gueuze Spontanée (les levures?).  La finale est astringente avant que les cerises explosent et me rappellent du clafoutis et des poptarts  aux cerises, le tout accompagné de rhubarbe et de chêne.  Dans la trempe de la Rouge de Mékinac d’À la fût, une très grande bière de Schoune où ça goûte plus que le simple fruit ou du sirop.  J’avancerais même qu’il s’agit de ma meilleure kriek tout pays confondu.

Lindemans (Vlezenbeek BE) Oude Gueuze Lambic Ale Cuvée René

lcrA  L’alternative brassicole parfait du mimosa du dimanche matin.

Autant sour que j’espérais mais à la fois beaucoup plus brett, me fait penser à la vague des bières bretts québécoises de 2015.  Un peu citronnée, est-ce que le houblonnage se ferait finalement sentir dans une Lindemans?  Sèche, la limonade est carbonifiée à l’extrême (malgré l’absence de mousse) et la finale est encore plus sour & brett, extrême mais extrêmement bien équilibrée.  L’aftertase douce de pamplemousse dénote encore une fois la présence d’un certain houblon, alors ne reste qu’à dire : Vive la Belgique!

Lindemans Kriek Lambic Belgian Cheery Beer

klA-  De la tarte liquide, sans les grumeaux passés au blender.

Un peu plus foncée que la Lindemans Framboise, veut, veut pas, je dois comparer.  Super cerise, c’est le petit fruit avec de la grosse écorce, mais comme sa sœur Framboise on oublie un peu que c’est une bière.  Pas beaucoup de développement en bouche alors qu’on continue sur la cerise dans une belle longueur ou l’amertume est totalement absente.  Toujours en comparer à sa sœur, ça devient un jeu de préférence de fruits, où j’y préfère la cerise, mais par son éloignement au moindre feeling de bière, je ne peux lui donner plus haut qu’un A-.

Lindemans Faro Lambic

lfaroB+  Le penchant bière du groupe instrumental japonais Mono : une très bonne bière… quand on se sent bizarre.

Assez standard… pour une lambic, évidemment, l’aspect surette se bat contre la cassonade dans un étrange combat.  Assez neutre en bouche, le surette finit par gagner mais le punch aux fruits est réservé pour la finale encore plus étrange.  À se demander ce qui se cache dans le mélange, il y a peut-être du pruneau, des dattes, de la réglisse noire, mais une fois réunis ça vaut le détour.

Lu sur l’étiquette : « Malt beverage with brown sugar & natural sweetness » .  Natural Sweetness ça fait pas louche non?