La Korrigane Saison framboise et agrume (cask)

korrigane_juillet2019_2La cote OO : B+

Parce que plus de fruits peut vouloir dire moins de fruit.

Belle couleur : bien orangée, le visuel indique peut-être un bon apport au niveau des agrumes, ce que le nez confirme… est-ce qu’à ce point on pourrait la qualifier de bière, plus ou moins.  On l’attaque donc comme une boisson d’été pour y trouver une bière (si c’est le bon terme) beaucoup plus variée et un peu mieux balancée : l’agrume sort d’abord puis la framboise, un peu de sapin et enfin les fruits s’annulent et laisse le blé sortir.  D’accord, ça reste avant tout un trip de fruits, le genre à boire en groupe pour y découvrir toutes les saveurs.  Addictive.

La Korrigane White Kraken NEIPA 6.1%

korrigane_juillet2019La cote OO : B

Parce que c’est la grande bête qui fait un volte-face vers la normalité.

Une bonne NEIPA olfactive qui fait côte ouest avec tous ces agrumes qui laisse croire à de l’amertume davantage proche de la Californie que du Maine.  Mais non, en bouche elle est totalement abordable par son amertume modérée, plus herbeuse et plus crémeuse et ainsi beaucoup plus près du style.  Pour ce qui est de l’aftertaste, il est moyen mais cela fait un peu partout de ce que le style dicte à mon humble opinion.  Une belle NEIPA qui surprend en finale par sa normalité.

La Korrigane Saison aux framboises (Citra) 5.5%

korrigane_juillet2019La cote OO : C+

Parce que je dois relire le nom de la bière pour me rappeler qu’il s’agit d’une saison (et presque pour me rappeler que c’est une bière tout court).

Le grain versus la framboise.  David contre Goliath.  De la framboise surpuissante donc mais rien d’autre que ce qui semble être de la framboise en sirop (même si connaissant La Korrigane, j’ai plus tendance à croire que ç’en est de la vraie).  Ronde et collante, elle n’offre que peu de développement et une finale où l’amertume sort, presque trop peu, trop tard.  Pas trop sucrée au moins, mais pour rester poli ce n’est pas la bière la plus naturelle de la Korrigane.

La Korrigane Ruby Banshee Irish Red Ale 5.8%

korrigane_juillet2019La cote OO : B-

Parce 10 cc de lupuline stat!

« Brunisation » : entre sucre et torréfaction du grain, donc assez neutre et légèrement maltée.  En bouche par contre le malt colle vraiment mais s’arrête aux dents, alors que la finale est trop tranquille et portée par un sentiment de bière correcte mais pas suffisamment présente.  Peut-être que l’amertume aurait être plus pousser pour la ravigoter?

La Korrigane Klorofyl Session concombre et menthe bio 3.5%

korrigane_juillet2019La cote OO : B

Parce que c’est comme aller chercher des concombres au printemps chez Caron (ou votre serre locale de légumes à vous).

Lointaine comme menthe, tout comme le concombre qui a le pied ferme sur les freins (tant mieux – la bière au concombre jusqu’à preuve du contraire doit être légère).  Le plaisir est ensuite en bouche où le concombre et bien sucré et agréablement accompagné de gomme à la menthe en finale.  Une très bonne pale ale bien dosé, avec un mélange cucurbitacée/fine herbe très judicieuse.

La Korrigane Microbrasserie

Un beau dimanche midi.  Avec toutes les microbrasseries disponibles dans la « basse-ville », où aller?  Pourquoi pas essayer l’une des originales?

korrigmmOn entre donc à la Korrigane.  Immédiatement le coup d’œil plait : cozy avec l’équipement de brasserie bien visible et une ardoise bien rempli.  Dans l’endroit, des étudiantes en ergonomie qui planche sur un travail entre 2 verres, de vieux habitués et des festifs.  On prend donc place au divan question de relaxer dans un atmosphère qui n’a pas l’air forcé et plutôt organique.

korrig2

Évidemment, on prendra les verres de dégustation, et les 10 bières en lignes, où l’on remarque aucune IPA.  Pas vraiment une déception mais une surprise.  Ceux-ci arrivent donc, généreusement rempli pour un bon début d’après-midi…

Alors, à quoi s’attendre à la Korrigane?  Si l’on en juge par cette sortie, de la belle variété aux niveaux des styles, certaines explorées avec sobriété, d’autres un peu.  Quelques moins bonnes bières aussi, mais vaut mieux essayer beaucoup pour réussir souvent.  Ce qui fait aussi penser que même si la Korrigane est l’une des microbrasseries de Québec qui parle le moins fort, elle n’en reste pas moins qu’avec un super bon vocabulaire.  Un endroit où il est grand temps de pousser la porte pour découvrir les élixirs de la brasseuse.

Korrigane La Korrigane Pale Ale Rousse 5.3%

korrig2Assez transparente malgré sa teinte foncée, elle fait peut-être trop peaufinée au regard.  Le nez donne la même impression de « trop nette » avec tout juste un peu d’orge.  La neutralité se poursuit ensuite au goût où l’on pourrait espérer plus… heureusement un beau crescendo de grain en finale où finalement celui-ci démontre qu’il est bien là.  Féminine certainement que cette rousse mais il faudrait qu’elle s’exprime un peu plus.

La cote OO : B-

Parce qu’elle demande plusieurs gorgées pour habituer les papilles, mais qu’une fois installée on apprend à bien l’apprécier.