La Confrérie Mlle. Violette Blanche de blé, miel et lavande 5%

cmvLa cote : B

La paysanne en robe de pays – violette évidemment.

Lavande et miel avant blé, et encore moins de coriandre et d’orange qui ne figurent fort probablement pas à la recette. Le blé reprend toutefois du terrain en se battant avec la lavande, éclipsant le miel jusqu’à la toute finale où il y a une certaine rondeur.  À la clef, c’est la lavande qui mène les troupes pour en faire une bière florale où le houblon ne sert qu’à conserver la bière, ce qui n’est pas un défaut parfois.  Ça fait changement des blanches d’été et j’en servirais une à ma mère.

La Confrérie Roussette Cream Ale Ambrée au miel 5%

cramComme la cream ale est très populaire en Ontario – spécialement à Ottawa – et qu’elle est rarement emballante, on espère que le miel amènera une bonne dimension.

La cote OO : B

Avec du pain d’épices.

Un peu abasourdi par le miel, le malt semble plus que docile sous les narines.  La cream ale est certes très tranquille sur la langue, et pour ce qui est du miel on le goûte bien sans pour autant que la bière en devienne éhontément sucrée.  La seconde gorgée es toutefois plus normale et avec une amplitude de rousse plus traditionnelle; sans savoir pourquoi elle semblerait une bonne base de bière de noël avec de la canelle et de la muscade, mais en tant que tel elle tient très bien sa place.

La Confrérie Houblonette Petite IPA Mosaïc, Simcoe et El Dorado 4.2%

choLa cote OO : B

Petite grande.

J’aime l’appelation « Petite IPA », mais au nez c’est une grande agrumée proposant principalement le melon de miel et l’ananas, le tout dans une belle rondeur assez faible en amertume.  Pourtant les acides alpha des houblons sont bien présents en bouche, qui amène aussi de la pomme verte ce qui est symbolique avec les origines de la Confrérie.  Petite IPA de grande saveur, à servir aux hopheads sans appréhension.

La Memphrée (Collaboration La Confrérie) P.E.C.T.I.N.E. Milkshake NEIPA 5.5%

mcpectineB  Une fille plus mystérieuse que jolie.

Ni fruitée ni houblonnée, avec ce style assez à la mode pendant l’été 2017 on sent que ce n’est pas IPA, pas même une NEIPA dès qu’on peut la sentir.  Mais en revenant au nez, oui c’est fruité (d’agrume) mais c’est la rondeur des lactobaciles qui accueille les narines.  En bouche c’est doux et ça picote (malgré un léger manque de gazéification), avec l’orge et le houblon qui vient rappeler que c’est tout de même une bière.  La finale est quant à elle d’abord IPA pour migrer sur une crême d’orge (ça existe la crême brûlée à l’orge?).  Étrange d’un bout à l’autre, il faut croire que le mystère attire.

Boîte à Malt Sieur de Tilly saison américaine brett (collab La Confrérie) 5.5% 40 IBU

bamrangeB-  Un petit extra monsieur?

Assez neutre, on pourrait s’attendre à ce que les bretts, le poivre de la saison ou les houblons américaines détonnent, mais c’est le côté pomme qui retentit.  En bouche c’est d’abord le cidre, mais le côté funky des bretts restent pas loin et font craindre (d’anticipation joyeuse) pour la finale.  Celle-ci est d’abord amère, puis doucement brett, puis le côté rafraîchissant de la saison conclut le tout.  C’est donc d’abord une blanche au pomme, mais avec des petits extras qui sans en faire une bière grandiose amène de la profondeur.