Oshlag Série Kluyveri Pacific Gem 2017 IPA 5% 15 IBUs

opg

Même si la lambic de Schoune est toujours la reine québécoise du cassis, cette Oshlag fruitée est à voir.  Ou à boire.

Moins couverte de mousse que la Rakau, cette Pacific Gem laisse de la place au fruit (cassis).  Le tout est aussi bien arrondi par les levures et l’amertume qui me semble vraiment pas à craindre.  En bouche pourtant celle-ci semble appréciable mais tout comme sa consoeur, le développement gustatif laisse la place aux conforts du fruit et de l’avoine.  Derechef en finale où l’on semble plus s’aligner avec les NEIPAs de ce monde plutôt que des IPAs où l’IBU est tout ce qui compte.  C’est peut-être une question de fruit davantage que de houblon mais je préfère le duo rakau-abricot à ce pacific gem-cassis.

La cote : B

Parce que même si ce n’est pas la meilleure du trio, ça reste une joueuse d’impact.

kluyveri

Oshlag Serie Kluyveri Rakau 2017 IPA 5%

oskr

Parce qu’avec Oshlag, même une IPA se doit d’être compliquée.

Au nez, outre une certaine rondeur de pain parvenant probablement des levures, c’est une IPA standard et remplie d’orange à peine amères et d’un peu de pamplemousse.  Rien de très nouveau donc, mais ça semble tenir la route.  En bouche encore plus ronde, on goûte dans l’abricot de la recette du gros sucre (même si bon, est-ce que ça se peut de l’abricot non sucrée?) même si le développement est limité outre le blé et l’avoine au niveau de la sensation du liquide.  Avec sa finale autant amère que présente par son mélange de céréale, c’est une IPA limitée sur l’amertume mais pas sur le goût.

La cote : B+

Parce qu’on sent dans cette bière toute la recherche et le développement qu’Oshlag peut y faire, en gardant le confort d’une IPA à la bonne franquette.

kluyveri