Rock Bottom (Indianapolis IN) ’96 Lager Mexican Amber Ale 5.6%

Presque pimentée pour une lager, ça fait changement et beaucoup de personnalité pour « juste une lager » mexicaine.  C’est donc décevant de trouver un goût ni sucré ni poivré, à la manière de nopales (cactus) que l’on sert non assaisonnés.  Retour du poivre et d’une meilleure présence du houblon en aftertaste, ce qui fait conclure à une ambrée mexicaine qui est loin d’être la plus goûteuse des bières, mais qui est aussi loin d’être la moins goûteuse des ambrées d’Amérique Centrale et du Sud.

La cote : B-

Parce que c’est intéressant de goûter à une rare interprétation des vienna lager des pays chauds mais qui ne goûte pas la bière à l’eau des resorts pas trop chers.

rb1

Rock Bottom (Indianapolis IN) Cask conditioned ESB

À l’image d’un rye whiskey, le bitter est pour moi un style particulier et similaire à la fois.  Ici c’est en version plus épicée que l’épine dorsale souvent rencontré, avec un baril qui se goûte en vanille et de la gazéification généreuse qui appuie bien le grain.  Même chose en finale : j’ai l’impression de goûter à du jus de grain intense, qui se conclue (presqu’heureusement) de manière plus douce.

La cote : B

Parce qu’elle mérite chaque mot dans son nom Extra Special Bitter.

rb2

Rock Bottom (Indianapolis IN) Broke Vessel Saison 7.7%

rb1Entre les esters fruités et les levures belge, si elle me fait penser à la Saison Dupont c’est dans une version très peu excessive.  La Belgique est encore plus près avec un goût de gueuze funky plutôt que de saison, même si la longueur de l’aftertaste laisse à désirer.  Bonne approximation du côté sauvage de la saison.

La cote : B-

Parce que trouver une bière si européenne au milieu de l’Amérique fait pardonner une bière qui ne vise pas le milieu de la cible des saisons.

Rock Bottom (Indianapolis IN) Jer-Bean’s Brown Ale 4.8%

Une Boucle d’Or brunette: pas trop crémeuse, pas trop chocolatée, une belle petite stout ou porter ou brune épicée mais pas trop.  Plus effervescente qu’escomptée en bouche, le côté de la nut brown ale vient bien contrebalancer l’expérience, mais peut-être un peu trop alors que la noix explose.  Un peu hétéroclite, j’aimerais connaître la recette exacte pour la recommander à certains microbrasseurs québécois, le style de la bière brune n’étant pas celui le mieux représenté dans la province.

La cote : A-

rb1

Parce que des fois c’est bien être un « king of nothing but almost everything ».

Rock Bottom (Indianapolis IN) 10 West IPA 6.7%

6.7% pour une simple IPA? Préparez-vous les papilles!  M’enfin, le nez est en effet zéro subtilité avec des oranges super sucrée, des oranges très sucrées et des oranges bien sucrées.  Avec l’amertume qui monte et qui monte, le mouvement est rectiligne et le développement des saveurs plus que limité.  La finale est toutefois moins amère que prévue mais aussi moins longue.  C’est donc une démonstration de l’utilisation des houblons qui manque de profondeur et de grain.  Pour hopheads seulement.

La cote : C+

Parce que c’est une IPA mince à fuir pour ceux qui pense qu’une India Pale Ale ne doit pas être qu’amertume et odeur d’agrumes, d’herbe ou de forêt.

rb2

Rock Bottom (Indianapolis IN) Wheat Ale At Wits’ End 5.3%

rb2Vraiment belge avec des levures qui ne sont pas sauvages mais encore loin d’être domestiquées, pour le côté d’orange on peut dire dès l’olfactive qu’ils y ont été doucement sur les pelures.  Pas le cas au goût par contre alors que l’orange reste sucré tout juste comme il le faut, en étant aussi contrebalancée par la coriandre.  Pour conclure, on amplifie le tout en débutant par l’orange et en finissant par la coriandre plus verte et fraîche qu’à l’habitude.

La côte : B+

Parce que je la commanderais en growler même si c’est une formule trop connu.

Rock Bottom (Indianapolis IN) Circle City Light (Kolsch) 5%

rb1En s’attaquant à une kölsch, ce n’est pas le nez d’une brett bien étable auquel on aura droit évidemment, or il y a gênée et GÊNÉE, celle-ci tombant dans la seconde catégorie avec seulement un peu de houblon de bois mou.  Sèche et crémeuse à la fois, les légers agrumes amènent un bon rafraîchissement (spécialement grâce au citron).  Sans arrière-goût mais un peu calcaire pour le style, c’est une bière d’intro « for all ages ».  B+ pour la satisfaction donc mais C comme kölsch.

La cote : B-

Parce que c’est le genre de bière dont la critique ne fera pas 2000 mots, mais dont peu de ceux qui sont écrits seront négatifs.

Triton Brewing (Indianapolis IN) DeadEye Stout 5.3%

tbdsÀ mon humble avis, encore plus que le houblon le grain se doit d’être présent dans toute bonne bière.  Ici, il y figure très bien au nez dans toute sa torréfaction et son café bien vanillé.  Légèrement fruitée en bouche, c’est une bière qui vire presqu’au cola au raisin lorsqu’on la garde longuement à l’intérieur.  Amère, la finale est ensuite plus boisée, puis crasseuse et enfin tombe dans de la poussière de grain qui s’étire longuement.  Son défaut?  Rien de désagréable, mais rien de mémorable.

La cote : C+

Parce que c’est une bière que les conservateurs apprécieront, mais moins les autres.

RAM (Indianapolis IN) Big Horn Hefeweizen 5.2% 15 IBUs

ramQuand cette microbrasserie décide de mettre la pédale dans le fond de la poche de grain, ils savent s’y faire : super blé croquant qui détonne beaucoup.  L’onctuosité qu’on retrouve en bouche est alors inattendu, et en perdant un peu de grain on y gagne en confort.  Toute blé, la finale voit la céréale s’accompagner de petite épice avec de la délaisser pour garder un bout de grain nu en aftertaste.  Une bière qu’on aime d’une manière très pure, et qui lorsque bue en constrate avec quelque chose de salé, le feeling est encore meilleur.

La cote : A

Parce que cette hefeweizen a sorti un très beau décolleté.  She is dressed for success.

RAM Brewery (Indianapolis IN) Indy Blonde Ale 4.5% 20 IBUs

ramEn espérant que ce n’est pas à l’image des indianapolisoises, cette petite blonde est un peu puérile en étant légèrement vêtue de grain outre qu’un vieux t-shirt de Sugar Crisp.  Douce autant au niveau du goût que de la gazéification, même une bières de grand marché désinvolte y paraîtrait plus mouvementée.  Enfin, une fois avalée elle se veut plus crémeuse mais pas plus goûteuse, c’est donc beaucoup trop léger et dépourvu de grain, de houblon et de plaisir.

La cote : D

Parce que je ne suis pas un arrière-grand-père en convalescence.