Hex and Hops (Bloomingdale NY)

hh2

J’aime la mention « Tap Lines Last Cleaned »

Bloomingdale n’est certain pas reconnu pour son magnifique panorama, son centre-ville vivant ou quoi ce soit; à 10 minutes de Saranac Lake, ce n’est qu’un passage en direction de Lake Placid si l’on veut éviter l’autoroute à partir de Plattsburg.  Au « centre-ville » donc de ce petit hameau, dans ce qui pourrait ressembler à un vendeur de véhicules tout-terrain trône la relativement nouvelle Hex and Hops.  Elle, elle s’occupe d’abeilles.  Lui, a décidé de brasser.

Certe humble, l’intérieur fait brasserie d’abord, salon de dégustation ensuite.  Derrière le long bar, de l’équipement de microbrasserie – dans le vrai sens de micro, avec des cuves qui ne dépassent pas vraiment hauteur d’hommes.  Devant le bar, attablés ce qui semble être des habitués (pour un samedi après-midi) et derrière eux des tables de picnic ainsi qu’une longueur table et des chaises, qui semblent provenir d’une vente d’un ancien bureau d’avocats.  Ça fait petit village et assemblé à la hauteur de moyens limités, mais dans le royaume de la microbrasseries, les apparences sont souvent trompeuses.

hh1Alors qu’on a Pour Some Sugar on Me de Def Leppard dans les haut-parleurs, on consulte la carte d’une dizaine de bières où sont explorés IPAs, sûres, belge et strong ale (un style que je n’ai eu la chance de rencontrer que dans le nord de l’état de New York).  On commande donc 2 palettes servis par le brasseurs, vraiment sympathique et vraiment occupé – franchement, je ne m’attendais pas à autant de clients en plein après-midi si loin des pentes.

Ça dit quoi dans les verres?  More hits than misses, la dizaine d’années de brasserie maison du proprio ne fait pas de tort.  Pour la quantité c’est correct mais on aurait aimé de meilleur verre de dégustation.  Toutefois on sent que les moyens étaient limités et ce qui importe c’est ce qu’il y a dans le verre.

Alors, on y va?  Pour les mordus en ski à Whiteface, c’est un long 30 minutes.  Suffit de se découvrir une bonne curiosité brassicole.  Pour les assoiffés de passage surement.

On goute quoi?  Sans contredit, leur IPA au miel, qui a encore place à amélioration mais qui fait on-ne-peut-plus dans le thème.  Sinon, leur belges et leurs strong ales.

hh3

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Plummed it Up Kettle Sour 6.7%

hh1La cote OO : B-

Le fruit sans artifice, de la musique un peu trop 2 ou 3 accords.

Malgré les pruneaux à la recette et au nez, on a vraiment l’air d’avoir à faire avec une sour ronde est pas très sèche.  Le goût va dans la même veine, et la faible acidité est rapidement remplacée par le pruneau assez sucré, puis une pointe de sel.  Les houblons ne sont pas de reste et sont assez persistents, tandis que l’aftertaste est un tantinet porté par l’orge.  Un peu all over the place et assez pruneau bleu, une sour assez égale mais qui manque de particularité.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Honey d’IPA Double IPA 8.9%

hh1La cote OO : B

Doubler l’IPA ne veut pas dire choquer le buveur à chaque fois. 

La double IPA est assez tempéramentale par moment; dans cette offrande d’Hex and Hops, c’est le calme, possiblement apporté par le miel qui n’est pas évident à l’olfactive.  Même chose en bouche d’abord, puis le miel monte tranquillement mais semble attendre pour la finale.  Celle-là est bien ronde – le 9% parait passablement – et la finale poursuit l’aspect assez calme de cette double IPA qui se fie sur la finesse des abeilles pour être très approchable.  Les gorgées subséquentes sont bien ciblées et le houblon est bien choisit, ce qui fait conclure à une IPA pour débutant ou plutôt intermédiaires à la recherche d’une bière très confortable.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) The Grendel Strong Ale 11%

hh1La cote OO : B+

Intense comme la manche un certain mois d’été 44.

Belle couleur mais surtout belle odeur entre la belge foncée et l’english strong ale; du malt à profusion et une pointe de pain assez sucré.  À la gustative on traverse définitivement la manche pour se retrouve en Belgique ou à Cooperstown (Ommegang), avec un malt qui colle sous la langue.  La suite voit le malt s’intensifier sans dépasser les bornes, et malgré une bière à 11% on la placerait plus facilement autour du 8%.  Me fait d’ailleurs penser à certaines offrandes de Woodland Farm Brewery.  On regoute donc le raisin sec e la figue, un bon mélange mais surtout une strong ale qui se tient très, très droit.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Change of Pace IPA 7%

hh1La cote OO : B-

On reste dans le prévisible pour changer.

Un seul court respire, et c’est sûr qu’on a droit à une IPA prévisible  du coté américain agrumé.  Sans grande surprise donc alors on s’y trempe pour y retrouver toujours la même bière prévisible qui semble réserver ses houblons pour la fin.  Parlant de finale, c’est du pamplemousse et de l’orange – toujours aucune surprise – avant une finale de longueur limité et très peu surprenante.  Peut-être un change of Pace pour Hex and Hops, mais pour l’explorateur brassicole penchant du côté de l’Inde, rien à écrire à sa mère.  Sauf bien du confort.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Bob Ross Pale Ale 5.3%

hh3La cote OO : B-

Pas dans les musées mais très approprié pour le sous-sol.

Un peu comme les tableaux du mythiques – et vraiment vraiment calmant – Bob Ross, tranquille à l’excès et on mets les espoirs du côté Pale Ale et non IPA.  Peu à sentir donc hormis de l’orge mielleux et du houblon un peu indéterminé mais probablement de tendance anglaise.  La bouche est mi-orge, mi-houblon et le houblon fait plus anglais, tandis que la finale est ronde et mielleuse, avec finalement un hopbill du côté tchèque.  Pas vraiment chef-d’œuvre mais une toile passe-partout.  Difficile de trouver un meilleur nom quoi.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) No BH (Boil Hops) IPA 6.%

hh3La cote OO : B

No BH is no no BS.

No boil hops… pas loin d’une NEIPA ou pleinement dry hop alors?  Le nez est vraiment… in your face (ou nose)?  C’est pleinement olfactif et assez vert.  L’orge est ensuite très veloutée pour les papilles alors que l’amertume n’est totalement pas au rendez-vous, ce qui n’est pas un défaut, certainement.  Une fois avalée, on a droit au houblon dans toute son expression… olfactive.  Presqu’aucun goût amer, maid du melon, du melon d’eau et de la mandarine.  Un bon mélange de houblons alors judicieusement choisi pour ceux n’aimant pas nécessairement d’avoir le sens gustatif retourné à chaque fois.

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Moose Jam Kettle Sour 6%

hh3

Sur le menu, on parle de « boundary pushing beer ».  J’irai plutôt avec « boundary pushing drink ».

La cote OO : B

Effrontée.  Peu intelligence.  Mais diablement bien roulée.

“C’est fruité là!”.  Malgré les verres plus ou moins approprié à la dégustation, le fruit (canneberge et clémentine) sort de cette bière de manière non retenue.  La bouche est encore plus profonde en ce qui touche aux eshers fruités, tandis que la finale monte le tout d’un cran supplémentaire.  Est-ce qu’on est davantage bière que jus alors?  Un peu ardu comme choix, on ventera alors le côté fruité qui vient de la framboise (qui heureusement n’est pas trop évidente) et de la mûre.  Avec un fruit qui ne fait autant peu subtilité au verre, on pourrait s’attendre à trop de sucre mais non, la balance est très bien réalisé.  Des elixirs sûres d’Hex and Hops, la meilleure sans contredit.