Le Naufrageur München Hefeweizen 4.6%

nmLa cote OO : B

Munich en Gaspésie.

C’est moi où elle est un peu foncée pour une hefeweizen?  Le nez est toutefois parfaitement réglementaire avec un peu d’esters de banane et de clou de girofle , certes très allemand.  En pouche, c’est la levure à son plus fort auquel on a droit dans une bière « bananifiée » au maximum, où à tout le moins dans le maximum auquel on peut sans y mettre directement de banane.  Enfin,  elle se veut à peine fleurie et mielleuse, mais très certainement weizen dans tout ce qu’elle peut avoir de plus weizen.  Simple et fidèle, dès fois il ne faut pas chercher de minuit à 14h pour trouver une bière satisfaisante.  « Une bière qui plaira aux connaisseurs autant qu’aux explorateurs de nouvelles contrées de saveurs » : parfois sur le contenant on y trouve exactement ce que l’on veut.

Brugghús Steđja (Islande) Steđji Summer beer Hefeweizen 5.2%

stedji2Si l’hefeweizen n’est pas le premier style qui vient en tête quand on parle de bière d’été, le liquide orangé plus fonçé qu’à l’habitude est invitant, plus que le nez qui est beaucoup trop discret (même si on peut distinguer un peu de la banane des levures allemandes).  Elle se veut aussi un peu lente en bouche mais une fois qu’elle se déchaîne, la banane verte fait rage et se lie aux houblons pour faire monter l’amertume probablement plus que le style en demande.  La finale est sèche et rendu à ce point, c’est le jeu des houblons et de l’eau islandaise minérale qu’on remarque.  Fusion intéressante Islande-Allemagne-Californie, mais pas la meilleure de la brasserie.

La cote OO : C+

Parce que Steđji est en dehors de la fameuse Ring Road de l’Islande, mais qu’on ne quitte pas celle-ci pour aller boire leur hefeweizen.

stedji_package

Oshlag Miettes Bière au pain Hefeweizen 5.2%

omiettes

Si l’on se rapproche de la boulangerie, c’est pour avec l’odeur de ce qu’il y a sous la canette.

La bière aux levures de pain ou au goût de pain est peut-être un marché mal exploité; Lagabière le faisait bien avec son ordre de toast et Oshlag l’a déjà réussi par le passé mais qu’en est-il des miettes?  Olfactivement on est plus dans le coté hefe (levure en allemand) que dans le côté boulangerie.  On migre vers le houblon vert et le blé de cette même couleur pour la bouche, où le style allemand est pas mal plus présent que la moindre trace de pain.  On passe donc en gorge où l’on cherche encore le pain, qui ne vit que sous le dessus de la langue.  Pour ce qui est du côté pain donc, on y verra plus de subtilité que de goût, ce qui augmentera la surprise quand l’on verra que de vraies miettes de pain font partie de la recette.

La cote OO : B

Parce qu’il faut la prendre pour une hefeweizen tout simplement et qu’à ce niveau c’est juste assez léger et juste lourde.

Korrigane Amaruk Hefeweizen Thé du labrador 5.3%

korrig1On commence par l’œil, sûrement pas une kristallweizen ça!  Pour le nez, bien que distant le thé contrôle l’olfactive en dissimulant le blé, pour se poursuivre de manière bien fruité (et pas seulement de la banane, de la fraise aussi).  Pour la finale, c’est tout aussi fruité mais plus sèche, le thé faisant encore son œuvre.  Une bonne idée de s’être servi du thé pour contrôler le blé plutôt que d’apporter un goût de thé proprement.

La cote OO : B

Parce que c’est une bière à goûter et regoûter, ou ce qui brise la renheitsgebot ne dénature pas trop cette bière allemande.

RAM (Indianapolis IN) Big Horn Hefeweizen 5.2% 15 IBUs

ramQuand cette microbrasserie décide de mettre la pédale dans le fond de la poche de grain, ils savent s’y faire : super blé croquant qui détonne beaucoup.  L’onctuosité qu’on retrouve en bouche est alors inattendu, et en perdant un peu de grain on y gagne en confort.  Toute blé, la finale voit la céréale s’accompagner de petite épice avec de la délaisser pour garder un bout de grain nu en aftertaste.  Une bière qu’on aime d’une manière très pure, et qui lorsque bue en constrate avec quelque chose de salé, le feeling est encore meilleur.

La cote : A

Parce que cette hefeweizen a sorti un très beau décolleté.  She is dressed for success.

À la Fût Ländliches Weisse Hefeweizen sûre 4.5%

alflwsB-  Fusionner pour apprivoiser.

Loin de la banane, avec des levures qui semblent assez vertes cette hefeweizen ne démarre pas comme votre le ferait votre alllemande moyenne malgré son blé bien présente.  En continuant de s’éloigner de la mère patrie en bouche, la bouche est sûrette mais pas trop citron pour se contenter de déstabiliser ceux qui souhaitent s’ouvrir aux nouvelles saveurs, sans toutefois les désarçonner.  Un bon choix si vous cherchez une petite sour lente et facile, malgré qu’on ne sent pas nécessairement la même magie qu’au premier brassin de weizen sûre d’À la Fût, c’est une bière qu’on achète facilement en plusieurs exemplaires.

Berkshire Brewing Company Long Daze Hefeweizen 4.7%

bbcld

Péjoratif un peu, mais oui, comme une bonne paire de vieux bas confortable.

B  Une belle balade, mais on connait déjà le parcours et les paysages.

Certains styles de bières commandent certaines odeurs standard; pour la hefeweizen, je veux du blé à profusion et un peu de banane, ce qui est livré en abondance ici.  Pour le goût on est dans la même veine, le tout accompagné d’un clou de girofle qui disparait en finale pour le retour de la banane et l’arrivée de la muscade.  D’accord, même pour les styles moins élastiques comme la hefeweizen, on pourrait avoir droit à une plus grande surprise.  Ceci dit, on conclut donc sur une bière de confort plutôt que de découvertes.

Brasseurs du Monde Résiliente Hefeweizen 5.2%

bdmr

Moi aussi je cherchais le rapport entre le phénix et la weizen.  Résiliente car le style a bien faillit disparaître au milieu du 20e siècle.

B-  Pas celle qu’on veut goûter en visite en Allemagne, même si elle peut facilement nous y faire penser une fois revenus ici.

Quoique plus que la moyenne gênée, la banane et le blé sont bien à l’olfactive d’une manière à ce que je m’attends à une hefeweizen tout à fait dans les règles de l’art.  Le goût, plus sucré, vient ensuite confirmer le tout  dans une suite des plus prévisible et à défaut d’être enlevante, c’est une suite qui ne peut difficilement déplaire aux amateurs du genre.  La finale est donc sans sucre cette fois-ci avec la banane qui s’éternise dans un aftertaste qui, pour la première fois de l’expérience, sort de la normale par sa longueur.  Brasseurs du Monde sont rarement les plus originaux (excluant entre autres la plus que merveilleux Lichtenhainen) mais pas les plus gaffeurs non plus.

Aufsesser (Aufsess, DE) Hefeweizen 4.9%

aufsesserA  Au-delà des règles,  le Renheitsgebot ça peut être un état d’esprit.  Que l’on peut si bien embrasser.

Opaque comme il se doit et peut-être même plus, on croirait au visuel que c’est un jus de pommes non filtré.  Au nez, c’est totalement blé, confortable comme une blanche orange/coriandre sans fruit ou fines herbes, et la bouche est celle d’une belge sans le sucre candi.  Aucune surprise en finale car ce n’est que la suite normale et délicieuse des choses, avec un aftertaste tranquille où le grain s’élonge bien.  Quand je prend une hefeweizen, c’est exactement ce genre que je recherche.

Schofferhofer hefeweizen 5%

shB  La normalité peut satisfaire aussi.

Crémeuse même au nez, le houblon est plus présent dans cette bière bien vanillée.  D’abord la meringue frappe les papilles, puis le grain et la vanille.  Hop on avale et enfin la banane se montre avec le clou de girofle qu’on détectait depuis le début sans pouvoir le nommer.  Une belle weizen qui garde la banane pour plus tard, clôturée d’un long aftertaste mais directement au milieu de la norme.  On boit donc sans trop réfléchir et on aura pas de déception