Harricana 79 Helles 4.8%

h79La cote OO : B

Si vous avez toujours trouvé que l’helles s’apparentait à la petite fleur blanche, ici ce n’est pas seulement le goût mais la délicatesse.

S’il y a une bière facilement reconnaissable par ses houblons fleuris, c’est immanquablement la helles avec son lys blanc bien placé.  Chez cette version d’Harricana on va droit au mille en gardant le malt et le houblon très docile, et en poursuivant en bouche par une aisance légère allemande qu’on aimerait facilement.  Pour celui qui ne connait pas Harricana – c’était la pensée de l’auteur avant d’avoir franchi ses portes – il pourrait s’attendre à des bières de hipsters un peu trop « tweakée » sur le houblon.  C’est totalement pas le cas et ici Harricana le démontre avec brio.  Un helles facile, régulière, voire trop tranquille, mais très bien réussie.

Harricana 1984 Gose Lime et poivre long 4.5%

h1984La cote OO : B-

Tout léger, tout léger… un air d’été.

Plus poivrée que lime, cette gose semble assez sèche merci, du côté nez au minimum.  On a par ailleurs droit à un festival digne des Key West avec toute cette lime en arrivée gustative, tandis que la finale voit le sel montrer en grade.  Le poivre s’eclipsera même au cours des gorgées suivantes dans ce qui se révèle une inspiration Goslar à l’opposé de celles davantage boostées aux lactobaciles.  Un bel exercice mais probablement davantage voué aux amateurs de bières de fruits estivales.

Harricana 44 Session IPL 4.3%

h44Est-ce que l’IPL sera une nouvelle mode en cet été 2020-COVID19?  On en voit certainement plus qu’avant, en dehors de la pionnière Maltstrom dans ce domaine.

La cote OO : B

L’IPA autrement : pas juste l’abréviation qui change.

L ou A, peu de différence dans ce nez très teinté par le houblon qui fait très californien-hippie si vous voyez ce que je veux dire (strata, ekuanot, mosaïc et Amarillo sont au rendez-vous).  C’est certainement un liquide plus concentré que votre IPA de tous les genres, et l’amertume semble attendre la fin de la bouche pour déclarer la guerre.  Pourtant à ce point le houblon s’intensifie bien évidemment, en se gardant bien d’être éhontément amère.  Une belle IPA… IPL d’introduction, pour montrer que l’APA est plus que les agrumes.  À 4.4% c’est un bon standard d’étalonnage pour les autres IPLs qui viendront sûrement…

Harricana # Munich Lager 4.6%

hhashLa cote OO : C+

Bon, c’est pour une bonne cause.

De grosses notes de malt bien sonnantes ouvre le nez de cette bière entre la dunkel allemande et la Super dry nippone.  Ensuite boulangère, le malt s’assèche légèrement et ça reste tout en légèreté, pour être conclue par un peu de papina et de fraise pas mûre.  En « petites cannettes » de 355ml, c’est une lager qui passera trop rapidement, en laissant plus ou moins de souvenir, mais à tout le moins pas de mauvais.

Harricana Série 7205 7205.015 Assemblage 4.7%

h7205015La cote OO : A

Assemblage sauvage.  Et savant.

Funky à souhait, sans dire trop je dirais 1. Jamais à des étrangers au brett et 2. Jamais sans s’y préparer!  C’est donc hyper, hyper funk et bien boisé, et à l’image d’autres bières qui perdent leur céréale, il est à se demander ce qui subsistera de celles-ci.   Un tantinet houblonné, les levures sauvages ne tardent pas à revenir dans une liquide hautement effervescent, qui se conclut dans un retour à l’étable dans un chemin de poivre et de nectarine.  Si Harricana s’est équipé d’un chai, ce n’est pas pour le laisser se reposer et ici l’exploitation est très réussie.  Encore du génie d’Harricana!

Harricana 27 Rye Pale Ale 5%

h27La cote OO : B

Rustrement cultivée, finement.

Quel parfum!  Les bières de seigle tombent souvent dans le seigle poivré mais cette 27 est d’une finesse vanillée rarement rencontrée pour une céréale aussi exubérante.  Plus sèche, la bouche présente le houblon Azazca qui monte en amertume de manière méthodique.  Une fois avalée, on revient sur la finesse olfactive (par exemple, on y trouvera de la violette africaine).  Plus facilement approchable, mais pas une bière grand marché; je dirais plus marché fancy, qui plaira aussi hopheads.

Avant-Garde Harricana 30 Rousse (brassée chez Oshlag) 3.9%

h30B+  Pourquoi rapidement faire compliqué quand on peut intelligemment faire simple?

Simple mais puissamment maltée, en restant à la limite du vanillée, c’est une ambrée ultra-standard ce qui est assez rare pour Avant-Garde.    On perce donc le couvert de mousse tenace pour découvrir une orgie de malt, léger et intense à la fois avec que le caramel s’ajoute au tout en finale.  Démontrant les qualités d’une mild ale (un style peut-être trop peu exploré au Québec), c’est une bière de pub par excellence.

Harricana 69 Inspiration no 3 6.3%

h69no3A  A-ricana.  De plaisirs.

Il y a des bières de dimanche matin, et c’est peut-être l’étiquette simple, ou alors le fait que la microbrasserie est ouverte pour les déjeuner, mais elle m’appelle comme préparation au dimanche pm d’automne, bien meublé par la pluie et le football télévisé.  L’odeur de belge bien brett sans toutefois tomber dans l’excès me laisse dans le sentiment; j’ai alors l’impression que ça va être une bière très, voire trop « easy-going ».  C’est justement ça en bouche avec le mordant des levures contrebalancé par l’orge sucrée d’un bord et la bonne effervescence du CO2.  La finale, toujours dans la même veine, me rappelle d’autres bières de ce style, où parfois on laisse les bretts s’expriment un peu trop.  Ici, c’est sobre (dans la mesure du style) et très, très, très bien fignolé avec l’apport du fût de vin rouge qui amène astringence en aftertaste. À la base il s’agirait une saison de seigle; pour ceux qui pourrait avoir peur du côté épicé ou asséchant de cette céréale, c’est une raison supplémentaire d’essayer cet exercice qui plaira évidemment aux déjà convaincus.

Brasserie Harricana 17 Brune Céleste Baril Unique 11/180 Barrique de Chardonnay 5.7%

bh17

On a l’impression de participer au grand lab d’Harricana non?

B+  La sagesse et l’âge ne vont pas nécessairement de paire.

Dès le nez, on sent qu’il y a bien des pommes, celles-ci accompagnées de caramel sûr et une fois sur les papilles, de mûres.  En finale assez sûre et astringente, le style oud bruin est bien réalisé à un point tel qu’elle me fait penser à la Rodenbach.  Pour la jeune Harricana, même en ajoutant du moût de pommes et des petits fruits, on a sû rester assez typique à un vieux style, donc à servir à l’aveugle aux puristes.  Et bien que le baril de Chardonnay est plus ou moins présent, on a une très belle bière pour toutes les occasions.

Harricana 100 Chenin Blanc 7%

h100A-  Ce n’est pas parce qu’il fait froid au Québec qu’on ne peut pas faire de musique funky.

Bonjour les levures!  Ça sent la ferme dans son côté le plus propre mais aussi un brin de vanille et de raisin : l’équilibre (une fois qu’elle a suffisamment respiré) est exceptionnel.  On saute donc à papilles levées pour être atteindre un palier un peu plus sûrette, mais où le funk demeure et où le fût prend un pas de recul.  Le tout revient en finale après un très, très long aftertaste.  Ma seconde bière avec une partie de fermentation provenant de la nature québécoise et à bien y gouter, le Québec n’a peut-être pas tant à envier de Bruxelles.  Et pour ce qui est du moût de chenin blanc, pas difficile à trouver mais pas tonitruant non plus.

C’est donc une bière d’inspiration belge mais très québécoise, comment ne pas en vouloir plus de ce type apparaître sur le marché.