Ruisseau Noir Milkshake IPA Sûre aux framboises 7% 30 IBUs

rnmiUne pornbeer aux fruits?  La couleur se dirige trop facilement vers la liqueur aux fraises…

La cote OO : C-

Le gout sans la texture.

L’avantage de la Milkshake IPA sur la Berliner Weisse quand elle contient des fruits, c’est d’avoir des houblons pour contrebalancer le fruit.  Ici, la framboise se voit rencontrer l’orange sanguine et le trèfle.  C’est par contre la fin (ou la pause) du houblon en bouche : un peu amer mais surtout acide par son fruit vraiment pas sucré.  L’aftertaste est calme mais il manque le côté rond de la Milkshake, ce qui brise un peu le but de l’exercice.  D’accord, le houblon y est ce qui n’en fait pas une bière totalement trop fruitée, simplement une déception pour l’amateur de la milkshake IPA dans ce qu’elle a de plus rond.

Cap Gaspé Rose Bridge Bière de Blé aux framboises 4.9%

cgrbBon, une autre bière de blé aux framboises.  On va se fier sur le talent de Cap Gaspé pour l’élever au-delà de la trop facile recette.

La cote OO : C+

Une randonnée connue et ordinaire, mais sympa.

On ne peut pas dire que c’est à sa couleur qu’on espère une bière autre que trop fruité; le nez va exactement dans la même veine avec une forte odeur de framboise trop franche, déjà sentie maints et maints fois.  En bouche l’amertume surprend, on sent que le houblon veut avoir son mot à dire mais le fruit – heureusement pas trop sucré – prend son envol, spécialement en finale où non, il n’est absolument pas fruité, mais poussé au-dessus d’autre de son genre.  Est-ce que ça en fait une bière à absolument essayer?  Pas vraiment mais il se fait pire.  En bonus on sent encore le côté plus calcaire de la micro.

Mikkeller Série Limbo Primitive Flamande avec Framboises Sans Alcool (0.3%)

mikfraLa cote OO : D+

Pas dans le bon rayon.

Très portée sur le fruit, mais celui-ci est indéterminé entre la framboise et la cerise.  Ouch en bouche, pas une surprise de voir qu’elle est 4 fois plus haute en calorie versus leur bière sûre normale.  Fruitus maximus, trop en fait, et c’est peut-être le manque d’alcool mais à l’aveugle mais on serai facilement convaincu qu’il s’agit d’une liqueur au fraise.  La bière sans alcool flirte parfois de ce côté lorsqu’elles contiennent du fruit et c’est sans contredit le cas ici.

La Korrigane Saison aux framboises (Citra) 5.5%

korrigane_juillet2019La cote OO : C+

Parce que je dois relire le nom de la bière pour me rappeler qu’il s’agit d’une saison (et presque pour me rappeler que c’est une bière tout court).

Le grain versus la framboise.  David contre Goliath.  De la framboise surpuissante donc mais rien d’autre que ce qui semble être de la framboise en sirop (même si connaissant La Korrigane, j’ai plus tendance à croire que ç’en est de la vraie).  Ronde et collante, elle n’offre que peu de développement et une finale où l’amertume sort, presque trop peu, trop tard.  Pas trop sucrée au moins, mais pour rester poli ce n’est pas la bière la plus naturelle de la Korrigane.

La Shed Blanche aux Framboises 5.4% 12 IBUs

shed1La cote OO : B

Parce que l’ouverture de la Shed s’est fait une journée humide d’été, et c’est le bon remède à la canicule.

Toute efficace au nez, si elle ne semble pas compliquée, elle semble sûrement très punchée, surtout au niveau du fruit qui couvre le blé, asséchant le tout.  L’attaque est sans surprise menée par la framboise et le blé tarde un peu à s’amener.  La finale est son point fort, alors que le fruit est naturel et bien dosé.  Il faut bien lire, c’est une blanche d’entrée, mais entre recette trop risquée et l’assurance, vaut mieux (surtout lors de l’ouverture) rester conservateur un peu.

L’Espace Public Brasseurs de Quartier Bière de Balcon Sûre aux framboises 3%

epsfPeut-être que c’est le contenant, la couleur ou peu importe, mais je m’attends à une bière sans profondeur, où la framboise surpasse tout le reste.  Voyons donc : la framboise est en effet tous azimuts pour masquer cette « bière » mais à tout le moins n’est pas trop sucrée.  En bouche, c’est d’abord la tarte rhubarbe-framboise, puis une berliner weisse qui passe rapidement pour laisser la framboise peser fort sur le bord et le dessous de la langue.  Coiffée par une astringente framboise, elle est assez sèche pour les joues, mais surtout après un pareil nez sait comment corriger le tir.  Un peu prévisible mais considérant le contenant à l’air si ordinaire, c’est plus que correct.

La cote OO : B

Parce qu’il y a des bières de micro 4 fois plus chères dans des bouteilles 10 fois plus belles qui ne sont pas meilleures que celle-ci.

Frontibus Dubbel aux framboises 7.5%

fdafVive les mélanges en dehors de la « fusion facile » : ici oui une X-ième bière à la framboise mais non pas une bière sûre ou une blanche mais plutôt une double belge.  Foncée, sous lumière intense elle laisse voir des reflets rougés qui préparent au nez moins subtil de framboise, qui semble toutefois atténué par la belge.  En bouche, le fruit est d’abord calme – on sent beaucoup le sucre candi – mais il finit aussi par s’emporter jusqu’en aftertaste où la cassonade s’ajoute pour assécher un peu le tout.  Et difficile d’y croire, mais au court des prochaines gorgées, la framboise détonne encore plus.  Une bière pour les soirées d’été plus froides donc.

La cote : B

Parce que ça fait changement, c’est bon mais ça reste dans les (bonnes) curiosités à essayer.

Brasseurs de Montreal Collection Héritage Frambozen Saison aux framboises 6%

bdmfC  Parfois vaut mieux se fier aux apparences.

Avec sa belle couleur rouge parfaitement limpide et son nez entièrement teinté par la framboise, facile de craindre un exercice de jus de fruits qui cache toute trace de bière.  En bouche, le fruit est encore plus mordant et à la limite de l’artificiel, où au moins la gazéification est rafraîchissante.  La finale l’est moins et fait penser à une stout d’amertume tranchante et à peine chocolatée.  Loin des lambics ou de toute autre bière belge, difficile de savoir quel public on visait, et quand on parle (sur l’étiquette) de « caractère épicé » il ne faudrait pas charier.  Et à défaut d’être trop critique je qualifierais le tout d’exercice un peu stérile.

La Confrérie Vio aux framboises Kölsch aux framboises 5.8% 17 IBUs

ccB  Comme un cidre.

Probablement trop fruitée,malgré que c’estune kölsch on pourrait croire qu’il y a du blé à la recette.  La bouche vient néanmoins resserrer le style en étant beaucoup plus sèche, et très très rafraîchissante.  Enfin, la framboise triomphe dans une finale noblement tranquille (et un peu courte) après un passage assez pesant sur les papilles.  Dichotomiquement opposée entre son sucre et sa fraÎcheur c’est autant une bonne bière à expérimenter qu’à boire comme un cidre de pomme sucré mais pétillant.

La Barberie Brassin Limité Sûre aux framboises 6%

bsafC+  Passe ton tour.

Belle couleur qui ne fait pas bière tout comme le nez qui fait hyper sorbet à la framboise.  Bière?  Faudrait pas halluciner.  La bouche vient toutefois corriger partiellement le tir en donnant un aspect moelleux grâce aux lactobaciles facilement détectable.  Toujours pas de grain par contre.  La finale se révèle que de la framboise, de la framboise et de la framboise.  Bière d’été encore une fois, qui fait douter des qualités de la Barberie outre le fait d’avoir été dans les premières bières distribuées dans les épicéries.  Pour un marché très grand public peut-être mais pour les beer geeks, on passe rapidement à une autre.  Ou par dessus.