2 Crows (Halifax NS) Jamboree Bière sûre goyave et fraises 4.8%

Cote OO : B-

Pour ceux qui préférent leurs jus secs.

Une bière à 2 fruits : idéalement, on aimerait y trouver les fruits bien répartis, disons un tiers fruit 1, un tiers fruit 2 et un tiers mélange grain et levures.  Dans ce Jamboree, exit les céréales ou les levures, le mélange de fruits est bon mais c’est tout ce qu’on y trouve au nez.  En bouche la fraise semble prendre de l’avance, mais c’est la désopilante gazéification qui trône et qui pique beaucoup.  La langue est ensuite mieux préparée pour les prochaines gorgées, mais toute aussi sèche, alors que les fruits sont plus posés et demanderaient peut-être la rondeur des lactos qui manquent un peu.  

Brasserie Dépareillée Blanche du Magwa Blanche aux fraises, basilic et poivre noir 5.5%

bdbmLa cote OO : B

Autrement bonne.

Malgré les 3 ingrédients peu rencontrés dans une blanche, le nez est assez standard, bien porté par l’épice du blé.  Même chose en bouche où l’on doit attendre les secondes pour que la fraise sorte, mais toujours pas de basilic ni de poivre, qu’on ne sent en peine en finale.  Le basilic toutefois finit par coller pour donner une bière estivale, à ingrédients, mais qui parait toute aussi standard qu’une blanche orange-coriandre.  Ça fait du bien un peu de variété, et ici on l’a fait avec bon goût.

HopEra Wit aux fraises 5%

hopera2Le fruit dans une bière peut prendre plusieurs formes : l’arôme, le goût, transformer la bière en un jus, mais ici c’est la couleur qu’elle semble impacter, car le nez est davantage prononcé par sa coriandre.  Elle est toutefois prenante en bouche sans être sucrée, pour plus tard jouer un mélodieux concert dichotomique avec la fraîcheur de l’amertume en contrepartie à sa texture veloutée.  Depuis quelques mois les wits aux fruits se déclarent au Québec et c’est ici un des bons exemples où le fruit un peu plus sec est, selon Orge Overdose, la bonne manière d’exploiter le fruit.

La cote OO : B+

Parce qu’elle est bien dosée et démontre que le mélange fraise et coriandre fonctionne très bien parfois.

L’Arsenal Explosion saison aux fraises 7% 25 IBUs

aesafC+  On ne signe pas un chèque pas de fond.

Sans être totalement muette mis à part la fraise discrète, c’est très loin d’être une explosion.  Et de là à sentir les levures saisons ce n’est pas une prouesse qu’on peut facilement réaliser, à l’olfactive du moins.  L’amertume attaque rapidement mais retourne tout aussi rapidement d’où elle est venue, et laisse de la fraise totalement non sucrée sur les côtés de la langue.  Pour le reste, on finit par y détecter l’aspect un peu plus franc de la saison mais pour ce qui est de l’explosion de fruit, ça ne livre pas. Un peu décevant pour une bière qui propose une explosion, sans être une implosion sur elle-même si on la compare à leur somptueuse stout à la cerise, c’est une grosse, grosse marche plus basse.

Le Naufrageur Chantier Naval À la Bourdages Bière aux fraises 7.3%

ncnbafB-  À l’image de la couleur : pas trop ambitieuse mais pas super sexy non plus.

Ça commence bien car au nez, le grain et le houblon (sur l’agrume) ont tous deux survécu.  Des fraises pas très mûres de la bouche, on s’éloigne encore plus du fruit pour profiter d’une amertume très présente en finale.  Très fraîche et entre blanche & IPA, elle saura sûrement trouver sa clientèle mais bien personnellement ça fait plus ou moins mouche même si ça se sucre au fil des gorgées.  Point en plus pour l’exercice mais en moins pour le goût final.

Noctem Suricat Berliner Weisse aux fraises

nsafB-  L’analyse c’est une chose, le plaisir autre chose.

Plus ronde qu’une Berliner Weisse moyenne, au nez le fruit est subtil, non sucré et donne à l’ensemble un feeling de bière sûre plutôt que de Berliner.  Très acide en bouche, heureusement qu’il y a un peu de fraise pour donner une belle profondeur.  Me faisant penser à la bière aux fraises du Naufrageur, pour l’été c’est parfait mais malgré le nez qui laissait présager autre chose, ça manque de rondeur et peut-être de sucre un peu.  Est-ce que ça empêche de la commencer et de la terminer rapidement?  Sûrement pas.

Bilboquet Berliner Freisse bière aux fraises 4%

bbfB-  La maison est ordinaire; on garde les visites pour le chalet.

Et bien, ça fleur la fraise!  Pas à peu près.  Pas grand-chose d’autre par contre.  Du houblon?  Non.  De l’orge?  Non.  Autrement, du très faible malt caramélisé mais c’est peut-être le sucre de la fraise qui parle trop fort.  Pas vraiment plus neutre en bouce, sa plus grand qualité est aussi son plus grand défaut : la fidélité… trop fidèle… à la fraise.  Un peu plus traditionnelle à la Berliner Weisse avec du calcaire qui sauve la finale.  Autrement trop aromatisée, j’adore la fraise mais je la préfère en dessert plutôt qu’en boisson.

Le Naufrageur Chantier Naval Berliner Weisse aux fraises

nbwfB-  Une fois de plus la modération a bien meilleur goût.

Sous une mousse plus que persistante, c’est végétal mais les fraises sont subtiles… fleur de fraisier avec un peu de vanille.  Au travers de cette même vanille, la fraise est plus évidente mais pas trop sucrée et laisse assez de place à la Berliner Weisse pour rester bien perceptible.  Le moût de fraise est bien dosé et même si les bières aromatisées sont moins pour les puristes (comme moi), le rendu final est assez bien.