La Fosse Poplawski Milkshake IPA fraise et goyave 7%

Cote OO : B

Sur une base solide et mobile.

Assez tropicale merci, surtout à cause de la goyave mais aussi des houblons qui semblent errer à quelque part en Amérique..  La bouche est d’abords assez neutre, donnant un peu plus l’impression d’une bière de texture (la milkshake quoi) mais l’impressionnante gazéification vient changer cette donne.  La finale se montre ensuite la fraise qui sert de colonne vertébrale assez habile pour une milkshake qui sait conserver une bonne couche de houblon, dans juste assez d’étrange pour savoir qu’il y a plus que la fraise, sans nécessairement mettre le doigt sur la goyave.  Elle plairait donc davantage aux hopheads qu’aux amateurs de smoothie sours.

Boldwin (New Deal) Loop Berliner Weisse Fraise 3.5%

lbwLa cote OO : B

Parce que la fraise peut exister en dehors de la confiture hyper sucrée.

Mince mais appétissante, on ouvre cette sûre de fruit avec la dualité d’une bière sèche agrémentée du velouté de la fraise.  La fraise s’assèche mais pas tant que ça en bouche; c’est d’ailleurs la minceur détectée au nez qui finit par la rattraper.  La finale est dans la même voie, et bien qu’on parle d’une bière rectiligne, il faut se rappeler que c’est avant tout une berliner weisse et prise comme telle, on saura être satisfait.

La Barberie Cinquième Blanche sûre Fraise Framboise (bue au Griendel) 6.5%

g_dec2018r1Quoi?  Encore?

Bien oui, une autre bière aux fruits de la Barberie où l’on a envoyé la subtilité par-dessus le viaduc.  C’est donc une alliance fraise-framboise en version sirop épais et pas beaucoup de bière sur lauqelle s’appuyer.  On y goute tout de même, presque par défi, et c’est du fruit zéro retenu dans un liquide à la limite du visqueux.  La finale n’est qu’une suite de l’expérience et n’amène rien de neuf.

La cote OO : D+

Parce que c’est une belle démonstration : quand une bière amène la même chose au nez qu’en bouche qu’en finale il s’agit d’une bière pour caler et non pour déguster.

A la fut QV10 aux petits fruits vieillie en fut de chêne fermentation sauvage (framboises, griottes, bleuets et fraises) 5.5%

alfqv10Avec sa couleur hyper opaque et sa recette de 4 fruits on peut se poser « une bière trop fruitée c’est comment? » sans même l’avoir sentie. Au nez ce n’est pas de la liqueur aux fraises mais du jus heureusement arrondie par la vanille du fût et le funk des levures.  Pour le goût on a un mélange excessif de fraises, de framboises et de griottes (exit le bleuet) qui dissimule la fermentation mais la finale est beaucoup, beaucoup mieux dosée avec l’acidité du fruit et de la fermentation qui s’unissent pour laisser passer juste ce qu’il faut de fruit.  Un peu courte (ce n’est pas le but probablement) mais un peu dans le même style je préfère de beaucoup la simplicité de la Rouge de Mékinac.  S’il y a quelque chose de négatif je l’aurai préférée en version plus âgé (en barrique) alors je devrai l’essayer en version plus âgée (,en bouteille en cellier).

La cote OO : B+

Parce que la finale,la finale et encore la finale.  Et parce qu’il faut évidemment les aimer fruitée, mais parce que ceux-ci sont très bien contrôles en sortie.

Une bataille de fruits : Unibroue VS Simple Malt

Dernières belles journées d’été pour la terrasse en bord de Fleuve en belle compagnie.  On regarde la carte, et on se laisse inspirer par le soleil en prenant deux bières à base de fruits.  Comment se mesurent-elles l’un et l’autre?  Voyons…

fruitsUnibroue Éphémère Fraise-rhubarbe 5.5%

À l’images des autres Éphémères de la mythique Unibroue, c’est une base de bière assez sèche démontrant peu de blé qui présente une fraise beaucoup plus volubile que sa sœur rhubarbe.  Encore plus sèche en bouche la rhubarbe ajoute son grain d’acidité sans mettre trop de saveur, avant une finale plus ronde, en restant loin de la tarte aux deux fruits.  Pas la meilleure des Éphémères, mais une bière correcte d’été.

La côte OO : B-

Simple Malt Sorbet Berliner aux framboises 3.5%

Précédée par un nez gêné de crème glacée à la fraise des plus sexy, la bouche est encore plus parfumée et ronde, avec un grain qui semble assez loin.  Pour la finale, c’est de la super framboise qui ne fait ni sirop ni trop sucrée, mais c’est un peu trop rectiligne dans la mesure où le liquide s’apparente à un jus de fruit où l’on pourrait s’attendre à croquer des pépins de framboises.  Trop loin comme berliner weisse ou ne subsite que le fruit, ce n’est pas une mauvaise boisson en autant qu’on ne recherche pas une bière mais bien un jeu.

La cote OO : B-

Donc qui gagne entre les deux?  Ni l’une ni l’autre, Unibroue manquant de fruit tandis que Simple Malt en présente trop.    On concluera donc que le gagnant est le buveur à la recherche d’un éclat d’été dans le verre.

HopEra Puptarts Fraise-Rhubarbe 5%

hopera1Accroché par le nez, quel parfum!  Super fruitée peut-être mais super sexy aussi, de l’olfactif envoutant on migre facilement à la bouche où le goût du fruit prime sur le sucre.  On en vient ensuite à la gorge où la fraise domine même si la rhubarbe garde les rennes du pH à un bon niveau.  D’accord, la Berliner Weisse est plus en retrait – on ne saurait détecter des lactobaciles ici – mais l’aspect plus sec est très bien démontré.  Facilement une des meilleures bières aux fruits du Québec.

La cote OO : A-

Parce que de la tête aux pieds, tout est magnifiquement proportionné, autant pour l’œil que les papilles.

HopEra Pup Tarts Fraise Rhubarbe Saison acidulée aux fruits 5% 9 IBUs

hptfr

On aurait mieux fait de mettre une branche de rhubarbe, mais, bon.

B  Pas obligé d’être en première ligne pour gagner le combat.

Saison ou brett?  Ça respire les levures très sauvages, acide certes mais ça prend tout un pif pour y trouver fraise ou rhubarbe; rébarbative?  Pas du tout.  Évidemment on plonge pour que la rhubarbe explose en bouche dans une gazéification toute aussi cachée par le manque de mousse que le fruit par l’abondance de funk.  Puis c’est la fraise et finale et enfin, la tarte fraise rhubarbe promise, toutefois toujours assaisonnée de levures qui me font beaucoup plus penser aux bretts qu’aux saisons.  Simple et droite au but (comme ses autres congénères de la gamme Pup Tarts), une bière à bonne base où les fruits sont complimentaires plutôt que dominants, qui se prend bien à l’aveugle pour le défi de tomber sur le bon fruit aussi.

Riverbend Cask Fraise Kiwi Session IPA 3.1%

rcfkC+  Pas chaude, très froide.

Autant par sa couleur très opaque que son intense parfum de fraise, on sait qu’on est en territoire aromatisé, qui semble bien balancé mais qui risque aussi de demander à être servie très froide.  Gustativement, le houblon est perceptible, et côté texture c’est visqueux sans être pesant.  L’expérience se termine de manière plus IPA ou le kiwi arrive pour remplacer la fraise.  On la garde vraiment pour l’été et en effet pour la glacière, car servie chaude ou en grande quantité, j’ai l’impression qu’elle finirait assez rapidement par tomber sur le cœur.