Florida Keys Brewing Co (Islamorada FL) Spearfish American Amber 5.5%

fksaaLa cote OO : B

Bien visé.

Votre ambrée américaine commune: beaucoup de malt et beaucoup de houblon.  Gustativement, du houblon très intense (on ne serait pas surpris de la voir au nord des 50 IBUs) et du malt qui s’assemble bien, si on aime le style on est rassasié.  La finale est certes plus tranquille, crémeuse et s’attend beaucoup plus pacifiquement.  Livrant ce qu’elle promet, un ambrée amère qui vous ne laissera pas ainsi.

Hollywood Brewing Co (Hollywood FL) Roadhead IPA 6.3%

hollyroadLa cote OO : C+

Beaucoup de succursales des mêmes commerces sur la route 66.

Quand on parle d’IPA généraliste, on est pas mal dans le mire avec la Roadhead d’Hollywood.  Le mélange, avant de l’avoir lu, semble hyper conservateur à la west coast (« hopped 3 times with Citra, sans surprise donc) et si l’on sent autre chose que le floral et l’agrume du Citra, c’est un peu de vanille qui arrive un peu du champs gauche.  L’amertume est assez tranchante sans l’être trop, mais le développement gustatif est assez limité merci.  Les hopheads fanatiques de Citra aimeront bien, mais pas un grand détour à faire sinon on peut risquer autre chose.

Hollywood Brewing Co (Hollywood FL) Mango IPA India Pale Ale 6.2%

hollymangoLa cote OO : B

Quand fruit se mêle à houblon.

Pas de surprise à la couleur, tandis que l’olfactive est plus arrondie que votre IPA normale on croirait facilement à une blanche de blé hyper ronde.  Les houblons (les suspects habituels, Amarillo, Centennial et Citra) font bon ménage trop tranquille pour une IPA, malgré qu’en bouche la vague d’amertume est très bonne et la mangue plus discrète, et poivrée un tantinet.  Pour la finale, on oublie presque totalement la mangue – qui pourtant vient directement du fruit mis en purée à la brasserie – pour retrouver une IPA assez normale, où le fruit vient davantage joué sur la texture que le goût.  Une surprise qui saura certainement trouver son beaucoup pour qui les fruits ne sont pas obligatoires.

Joub’s Brewing (Saratoga FL) Cerveza de Trigo Con Parchita Y Mango 4.2%

bpp

Pas la plus grosse bière de ma carrière.

La Cote OO : B-

Petite passion pas très chaude mais très franche.

Ça y est bien, de la mangue et principalement du fruit de la passion dans un format « sentir (et probablement goûter) la bière est optionnel ».  La bouche est bien pétillante et le fruit à noyau se démène encore passablement, dans un ensemble assez sec, spécialement pour une bière fruitée de la sorte.  On concluera avec un élan sur le blé, toujours dans la même sécheresse qui détonne; on se demande quelle recette de bière se cache sous les fruits, et spécialement les levures qui n’ont pas la rondeur des berliner weisse ou la simplicité des bières de blé orange-coriandre.  Au final, est-ce qu’elle est bonne?  Correcte, mais surtout différente.

Islamorada Beer Company (Fort Pierce FL) Keylime Hibiscus Ale 5%

iklLa cote OO : B

Avant l’exécution, le génie réside dans la bonne hypothèse.

À sa teinte à peine plus foncée que leur coconut keylime, on peut s’attendre à l’astringence de l’hibiscus mais en version modérée; le nez assez neutralisée de cette bière semble être en accord, tout comme le dedans des joues qui laisse découvrir un judicieux mélange fleur-fruit hibiscus-lime.  Encore mieux définie en finale, c’est le genre à faire dire « pourquoi on ne voit pas plus cette agencement en cuisine? »  quand celui-ci donne une bière certes moins bière (allez y trouver de l’orge pour voir) mais certes mieux fignolée que leur bière au coconut.

Islamorada Beer Company (Fort Pierce FL) Coconut Keylime Ale Pale Ale 5%

iklLa cote OO : C+

La crème sur le dessus avant le dessous… pas le fort de tous.

Belle couleur régulière mais la main forte sur le coconut!  Ça ne fleure que la noix de coco, pas même la lime des keys ne parvient à la tache olfactive.  Pourtant elle commence de manière un tantinet amer, avant de retourner derrière la noix de coco et la lime en version totalement non sucrée (heureusement).  Toujours la noix, en version plus végétale et fibreuse, tandis que la lime disparait.  Définition d’une bière plus qu’emporté, elle fait du bien dans une journée froide de printemps en isolation, mais qui trop pousse tombe.

Cycle Brewing (St.Pete’s FL) Unicycle Mandarin Single Hop Pale Ale

cbcB-  Les medicaments pour enfants sont souvent à saveur de fruit.

Au nez, la mandarine lève la main, mais plus qu’une IPA houblonné à crû avec un peu trop de citra?  Plus ou moins sûr.  En bouche oui par contre, la mandarine a une belle présence, mais elle passe rapidement avant la finale d’amertume accélérée sans être trop intense.  Estivale, c’est une belle alternative à la bière blanche ou encore mieux comme intro au monde d’agrumes des IPAs.

JDubs (Sarasota FL) Bell Cow Milk Chocolate Porter 5.7%

jdbcC+  Une vache, ça avance habituellement pas très rapidement.

Très standard dans le rayon milk stout, l’odeur m’inspire rien de très fancy.  En bouche presqu’absente, je suis déçu car j’ai l’impression d’avoir une Guinness diluée.  Heureusement, explosion de cacao très retentissante, la bouche cachait très bien la finale malgré un aftertaste plus ou moins présent.  Somme toute, on est en terrain trop connu où l’ennui règne.

Florida Beer Company (Melbourne FL) Hurricane Reef Pale Ale (circa 2006)

hrpaC+  Bonne mais pas cher.

Hurricane reef ou hurricane red?  Pas tant pâle.  L’abondance de caramel est donc pas très surprenant, dans un mélange terreux peu amer.  Pesante, très pesante pour les papilles (pensez Wee Bit Heavy) le caramel est dominé par des houblons à tendance de pin.  La finale voit le malt sucré reprendre le dessus en gardant un aftertaste juste assez amer.  Pour une bière à 1.56$ en dépanneur, ça fait le travail mais pour à peine 50 sous de plus, on trouve beaucoup mieux (la Florida Key Lime par exemple).

Darwin Brewing Co (Bradenton FL) Pirata Pils 4.9%

dbppC+  Du côté peu profond de la piscine.

Intriguant et/ou bizarre ce mélange de vieux grain et de cosses d’oranges défraîchies (qui n’est pas repoussant, juste différent).  Les papilles retrouvent du grain plus réglo dans une amertume assez prononcée pour une pilsener.  L’aftertaste rebalance l’expérience avec une finale conservatrice et de longueur moyenne.  Une petite pils de bord de piscine bonne pour un après-midi un peu trop chaud, quoique de côté profondeur, on repassera.