MonsRegius Medusa Fermentation Mixte Assemblage old ale et mild 7.3%

medusaLa cote OO : B-

Parce que la recette en disant plus long que la description.  Et venant de MonsRegius, un manque d’originalité à comparer au reste de la gamme.

Comme la old ale est un style qui manque critiquement de popularité au Québec, une incursion en territoire d’assemblage est peut-être un bon moyen d’amadouer les palais de la vieille province.  Olfactivement on la retrouve avec une minuscule pointe de houblon surannée et d’un bizarre sous-nez fromager qui semble sortir de nulle part; pas nécessairement attirant mais rien de rebutant non plus.  La bouche est malheureusement un peu trop neutre et prend une éternité à sortir; vinaigre balsamique ultra faible et orge terne… il faudra attendre la finale pour être conquis.  Celle-ci est juste ô combien plus sauvage et de l’autre côté, ancrée dans un style old ale qui aurait vieilli.  Pour ce qui est de la mild, on la retrouvera peut-être à l’attaque des gorgées subséquentes mais en version discrète, tout comme l’ensemble de cette bière dont la mélodie est bonne mais le volume trop faible pour bien en profiter.

Corsaire Edition limitée Jelly Kiss Ale sûre de fermentation mixte 5% 5.4 IBUs

cjk

L’ancien graphisme du Corsaire était bien, mais même en ajoutant de la classe on a pas perdu de la beauté.

Un profil alliant bière sûre et fermentation mixte attirera sûrement une bonne quantité de bières belges ou allemandes.  Est-ce que cette édition du Corsaire à joli nom saura le faire?

La cerise est bien là à l’olfactive, mais on ressent bien l’effet des levures qui arrondissent le tout sans trop donner de pep à la cerise.  Pour la bouche c’est plat et lent, très lent, à la hauteur de la garder environ 25 secondes en bouche avant de goûter le fruit qui retournera derrière les levures et une pointe d’amertume en finale.  L’aftertaste est encore très calme et pas très long, mais saura rassasier les amateurs de bières éclatées et sage à la fois, remplies de nuances, ce qui n’est pas toujours le cas des bières sauvages.

La cote OO : B

Parce que trop d’équilibre c’est peut-être trop, mais que trop de bon goût ça ne peut pas l’être.

Brasserie Générale Ténébris Stout à l’avoine de Fermentation Mixte 8.5%

bgt

Trop buvable, un chef d’oeuvre pour tous.

A  Ténébris pour la couleur, paradis pour le goût.

Ayant d’abord un assez sauvage (au niveau de la fermentation) avec un peu de mousse assez compacte, l’odeur en devient presque civilisée, et laisse une stout à tendance russe s’exprimer davantage. Crémeuse, les levures prennent un autre pas de recul laissant le raisin bleu pour la langue, à peine altéré par un côté sauvage (mais pensez davantage oud bruin que brett/selle de cheval).  Parlant d’oud bruin, la finale s’en rapproche encore plus, mais une fois de plus c’est la stout qui finit par avoir le dernier mot, dans une finale digne de certaines grandes belges avec le noble grain de la stout anglaise.  Du haut de Charlesbourg, dès ses premiers essais Brasserie Générale vise pas mal dans le milieu avec la fermentation et le vieillissement en baril, et quand on voit ce qu’ils sont devenus à comparer à la Barberie qui semble à peine se tenir la tête hors de l’eau, on voit le talent est où dans la ville de Québec avec cette Ténébris qui est peut-être la meilleure des deux établissements combinés.