Farnham Ça brasse contre le cancer Blonde collaborative 4.6%

fcbclcAvec son orge bien sentie deux tiers grain un tier miel et ses effluves d’houblons herbeux, c’est une blonde ultra ordinaire mais ultra présente.  L’arrivée en bouche est goûteuse malgré sa texture qui tombe un peu à plat, avec juste ce qu’il faut de sucre.  L’ardeur est de mise pour la finale qui se veut rectiligne mais qui fait bien grand marché, mais très bien faite.

La cote OO : C+

Parce que si on ajoute l’œuvre de bienséance, c’est une bière que l’on ne peut pas vraiment refuser.

Farnham Nord-Est IPA Citra & Mosaic 6.2% 62 IBUs

fneipaBien orangée et super opaque (on croirait une milkshake), on ne peut pas dire que le visuel est déplaisant.  Derechef au nez avec la personnification d’une bière « ode à l’orangesicle des sapins » avec un mélange de couleurs un tiers vert 2 tiers orange. En bouche, l’amertume se maintient mais fait craindre pour une finale débridée, et côté grain on reste dans les règles de l’art stipulant qu’il ne doit pas interférer avec le profil des flaveurs.  La finale est assez amère, probablement à mi-chemin entre West Coast et New England IPA, mais au fil des gorgées et de l’accoutumance des papilles on trouve une NEIPA légèrement dénaturée mais qui saura plaire aux amateurs d’IPA en général.

La cote OO : B-

Parce que cette NEIPA fait un peu trop midwest, et bien qu’elle est bonne une fois de plus ce n’est pas encore celle qui va me faire un fan invétérée de Farnham.

Farnham Ale & Lager Série Noire Belge d’hiver à la canneberge 7% 26 IBUs

falsnB  Il y a sûrement des fruits qui poussent en Écosse.

Pour une noire ça emprunte beaucoup du visuel et de l’olfactive d’une scotch ale avec son intense caramel; heureusement une bonne pointe de rouge à la couleur annonce autre chose qu’une scotch ale mal catégorisée.  Au goût la couleur est peu importante car c’est le fruit qui retient les papilles;  canneberges oui mais peut-être du raisin rouge et même une pointe de pêche étrange (probablement les écorces d’orange qui figurent à la recette.  ON conclut le tout par le retour de la scotch ale… puis de la canneberge.  Ultimement une bière en deux vagues qui se succèdent naturellement et dont l’acidité de l’une sait bien complimenter le sucre de l’autre.

Farnham 19 Porter La Catalane 2016 5%

fplc

… mais les gorgées se succèdent et se succèdent, elle doit être bonne non?

B  Qui trop nettoie enlève l’éclat, mais c’est mieux propre que sale..

Porter hyper standard, au nez on ne peut pas dire que ça ne vise pas juste.  Café plus brun que noir, muscade, un peu de sucre aussi. L’arrivée en bouche est puissante, un beau solo d’épices et de grain brulé profondément plutôt que carbonisé.  Avec un aftertaste plus ou moins long, elle est tout ce à quoi je m’attends d’un porter… mais elle est tout JUSTE ce à quoi je m’attends d’un porter, mais les gorgées se succèdent et se succèdent, elle doit être bonne non?  Donc une bonne bière, juste simple, mais aussi une des meilleures de la très souvent conservatrice Farnham.

Farnham Bitter 5%

fbB-  Vive l’amertume de l’autre bord de l’océan.

De sa couleur assez foncée (ou bien cuivrée) difficile à croire que ça va bitter, du nez au moins.  Remplie de petits fruits et de lourde orange, c’est très efficace mais ça reste doux… avant la finale pleinement amère.  Toutefois, autant amère qu’elle puisse être, ça reste une bière balancée.  Si tous les bitter anglaises sont de ce style, sans contredit je les préfère aux american pale ales.

Farnham Hefeweizen 5.2%

fhB  À l’instar du look de la cannette;  un peu passe-partout mais assez anonyme.

Légèrement agrume sans être amère, le blé prend le contrôle assez rapidement.  Bien qu’il soit accompagné d’orange et de grain de coriandre en bouche, le blé garde le contrôle tout au long de la gorgée.  Enfin la finale me fait découvrir un petit goût de légume bizarre mais passable aussi.  Une bière trop passagère mais agréable.

Farnham B Brown Ale brune 4.5%

fbabB+ Une bonne B, avec un petit plus.

À mi-chemin de beaucoup de style, du grain, du houblon, du caramel, un peu brune, un petit peu rousse aussi. Doux et suave, le caramel s’éternise sur les papilles et fini par s’y coller. En finale… est-ce que le pot de beurre de peanut à côté de moi? Noix, noix, noix et noix, je ne serais pas surpris d’apprendre qu’il y en avait dans la cavue de fermentation. Très très typée, elle surprend, agréablement.

Farnham Ale and Lager Scotch Ale 8.4%

farnhamC  À Farnham on doit aimer à la bonne franquette.  Pas noire mais loin d’être une lager, l’orge est lointain mais certain.  Peu d’intêret à la présentation avec les papilles, mais après un moment une surprise de cuivre me fait appréhender une amertume qui se révèle très contrôlée.  La finale est longuement torréfiée, mais il en reste que son point fort est la transition entre la bouche et l’aftertaste.  Une bière qui se boit à grosse gorgée, sans trop réfléchir.