Le Presbytère La Double à Bob Double IPA DDH 8.2%

pdabLa cote OO : B

Du houblon qui rentre dans le corps.

Houblon frais en juin?  Peut-être pas à la recette, mais au nez c’est totalement ce que ça sent, pleinement vert et un peu rance; un territoire où le Presbytère se rend peu souvent.  Et si on pouvait penser que le double dry hop mettrait l’accent sur l’aromatique davantage que l’amertume…non : l’amertume est indéniable et la finale s’annonce des plus débridées, car le bout de la langue picote fortement.  Forte oui, la tête de houblon sera comblée par cette double très fraîche et où le grain ne sert de support qu’à la plante verte, qui s’étire comme la vigne de houblon autour du fil pour la faire pousser.  On peut se douter que Bob n’est pas des plus subtils… pis c’est bien correct de même.

L’Octant Double Flamant Double IPA 8%

odfLa cote OO : B-

Une grosse claque de douceur.

Double IPA ou double vanille? Gentille comme des flamants?  Certes  pas du tout aggressive, mais lourde, surtout en bouche ou le liquide tombe sur la langue, tout en gardant un houblonnage honnête et modéré.  La finale voit le bout de vanille revenir, tandis que la fin s’étiole toute doucement mais tout de même assez rapidement.  L’Octant joue de prudence avec cette double IPA plus coloré de contenant que de goût, mais repréesente une belle intro au monde des doubles.

Pit Caribou Double IPA 2020 8%

pcdi2020La cote OO : B

Plaisir simple pour amertume double.

Orange, pêche, tangerine, pin et trèfle en version concentrée, déjà juste à la renifler on se doute que ça va être intense.  L’orange s’intensifie en bouche, comme l’amertume qui est juste sous la surface, mais non en finale elle reste sous l’eau sans mordre.  Moins intense et plus savoureuse, pour ceux qui pensent que les double ne seront que bombe d’amertume, vous avez tort.  Belle longueur et tout le reste que ça prend pour une IPA autant d’été que d’automne.

Le Naufrageur EL Jefe Double Stout Café 7%

ndsejLa cote OO : B

Pas toujours obligé d’organiser un coup d’état pour créer une révolution.

Sans être automatiquement café, ce stout semble pleinement végétal – on croirait presqu’à un côté piment fort – mais pas si café que cela.  En bouche, elle se veut syrupeuse mais on a toujours le même sentiment de piment fort (je dirais ancho), mais en l’avalant il y a énormément de belle vanille et de grain de café tranquille.  Et malgré ce côté épice (on avait flairer l’astuce, il y a véritablement du piment fort), au fil des gorgées elle se sucre et se caramélise tranqullement.  Au final on a droit à un stout (qui ne parait pas très « double ») au doux café, mais très nuancé.

D’ailleurs, la Brûlerie du Quai est tout autant un must à Carleton-Sur-Mer que sa microbrasserie.  Un véritable artisan torréfacteur, et l’un des meilleurs cafés filtre bu à ce jour.

Le Castor Lutine Double New England IPA 8%

castorlutinePas tranquille à 8% d’alcool.  Hâte de voir le concept en action…

La cote OO : A

Populaire, pas parce que la première ni la plus légère.

Sans dire neutre, le nez est très retenu et va vers l’ananas, en aromatique probablement.  Elle est de bon répit pour les papilles et semble assez lourde merci, a l’arrivée en bouche du moins.  La finale est exactement dans le même ton et jamais, jamais elle ne fait son taux d’alcool.  Il s’agit donc d’une NEIPA toute à fait normale mais toute à fait bonne aussi.  Peu d’amertume donc, fidèle à son style il s’agit sans contredit d’une NEIPA qui en vaut bien des plus populaires, même plus.

À la Fût Double Kapi Double IPA sûre Prunes jaunes 6.8%

alfdkpjLa cote OO :  A-

À moins de ne pas aimer les fruits, comme dirait le beauceron en moi… « garrochez-vous ».

La prune jaune c’est le bout d’arbres à fruits chez mon père et À la Fût c’est leur levure passablement funky – cowboy pourrait-on dire – servie à toutes les sauces comme dans cette IPA bien ronde bien ronde, surement par le houblon.  Ce qu’on remarquera de la bouche, c’est la transition entre les levures pas très loin de la vanille du fût, ainsi que des prunes jaunes qui sont près du chêne bien mouillé, mais encore plus du verger.  IPA plus ou moins, mais bière de fruit barriqué très bien placée… l’une des meilleures aux fruits des titois, pas au point d’accoter leur Rouge de Mékinac, mais dans la même veine de « déliciosité ».  À ne pas manquer, ce qui désole le plus sur l’étiquette est les mots « Quantité limitée ».

Hex and Hops (Bloomingdale NY) Honey d’IPA Double IPA 8.9%

hh1La cote OO : B

Doubler l’IPA ne veut pas dire choquer le buveur à chaque fois. 

La double IPA est assez tempéramentale par moment; dans cette offrande d’Hex and Hops, c’est le calme, possiblement apporté par le miel qui n’est pas évident à l’olfactive.  Même chose en bouche d’abord, puis le miel monte tranquillement mais semble attendre pour la finale.  Celle-là est bien ronde – le 9% parait passablement – et la finale poursuit l’aspect assez calme de cette double IPA qui se fie sur la finesse des abeilles pour être très approchable.  Les gorgées subséquentes sont bien ciblées et le houblon est bien choisit, ce qui fait conclure à une IPA pour débutant ou plutôt intermédiaires à la recherche d’une bière très confortable.

Brasserie Morin (brassée à la Brasserie Générale) 23 degrés Redux ale sauvage acidulée doublement houblonnée à froid 3.8%

m23La cote OO : A

Les enfants ont presque toujours torts à noël : pas besoin du plus extravagant des emballages pour cacher les meilleurs cadeaux.

Wow!  La balance entre le côté sauvage et le houblon fleuri est parfaitement maîtrisé, ce qui me fait demander à quoi elle goutait il y a 2 ans quand je l’ai mise au cellier.  De toute manière, un nez sec et sexy… sexe?  La bouche non plus n’est pas en reste avec une attaque de lactos suivi de joyeuse levure sauvage acide.  Avalanche de houblons à tendance nectarine, prune mauve et melon de miel en finale.  Si cette dernière a traîné plus de 2 ans dans ma cave, il est assuré qu’il n’en sert pas de même pour la prochaine… me reste à explorer les tablettes reculées de mes débits de bière de micro préféré pour retomber sur cette batch.  Dans les contenants les plus anondins souvent les meilleurs cadeaux.

Idletyme Brewing Company (Stowe VT) Idletyme American double IPA 8%

it1La cote OO : B+

La plus forte par la force des choses.

Coudonc, ils aiment bien le houblon qui fait West Coast chez Idletyme!  Herbes mouillés et agrumes doux, mais où l’on a aussi du grain mis en avantage.  La tenue est solide en bouche : le côté double ne fait doute, mais est bien compensé par l’amertume forestière en sortie.  Peut-être la meilleure chez Idletyme, une double IPA rondelette et bien faite.

Mast Landing (Portland ME) Johnas Double IPA

ml2On a beau être aux USA, mais pour ce qui est d’une IPA toute américaine les houblons sont sur le côté sylvestre du pin, en étant tout sauf citronné.  Gustativement tranquille pour une double, le liquide est ample et consistant, approchant même le terreux et à l’avis de certains s’approche des boulettes suédoises.  Bien équilibrée (spécialement pour le style) c’est une IPA où la main légère sur le houblon ne résulte pas en une bière insipide.

La cote OO : B

Parce que c’est une IPA où le terme double prend tout son sens.