Dogfish Head (Milton DE) Sea-Quench Ale Session Sour

dfhsqaLa cote OO : B-

Une margarita avec un peu trop de vodka.

Tel qu’attendu, de la key lime pie avec du poivre noir (la lime noire?).  C’est aussi compact et mi-sucré, tandis qu’en bouche c’est à la limite du amer – disons alors très acide, sur les bords du pamplemousse.  La finale est plus simple, dominée par la lime très verte cette fois-ci, et dans une finale totalement sûre.  Certainement, trop sèche pour une gose, c’est toutefois une belle sour avec une petite pointe de coriandre attendu, mais surtout de la lime, beaucoup de lime.

Dogfish Head (Milton DE) Wood-aged Bitches Brew stout brewed with honey 9%

dhbb

On aurait pû au moins expliquer un titre qui peut paraître aussi choquant.  Pour ceux moins amateur de jazz fusion (le cas de l’auteur de ces lignes) il s’agit d’une bière en l’honneur du 40e anniversaire de la sortie de l’album Bitches Brew de Miles Davis.

La cote OO : B

Parce que c’est loin d’être une chienne de bière.

Malgré le miel, c’est une stout assez standard pleine de beau cacao qui monte aux narines et qui ouvre très bien les hostilités. C’est la torréfaction qui prend ensuite le contrôle des papilles et l’orge devient très intense; très certainement jusqu’à date pas de trace perceptible du miel.  La finale est plus forale mais il est à se demander si le tout ne viendrait pas davantage du choix de houblons que de l’ajout du miel.  Outre l’ingrédient manquant au goût c’est une stout confortable non sans rappeler la Grand Duc de l’Esprit de Clocher, que l’on boit très aisément en fin de journée.

König Pilsener (König Brauerei Duisburg-Beeck DE) 4.9%

konigAvec sa mousse limité et sa couleur paille bien transparente, elle a tout de l’image qu’on peut se faire d’une pilsener allemande.  Le nez surprend donc en livrant une importante quantité de grain poussiéreux et de petit citron, accompagné de houblon bien présent mais tout juste amérisant, parfait pour le style.  Le goût est pas mal plus subtil que le nez, alors que l’on retrouve le même grain en version plus calme, dans un développement de saveur limité.  La finale est plus amère mais aussi ô combien plus standard, à l’image des pilseners tout malt, du japon par exemple.  Est-ce que cette bière royale est un incontournable en SAQ?  Pas vraiment mais vaut mieux que bien des bières mieux connues moins gouteuses (certaines bières scandinaves peuvent venir en tête).

La cote OO : B-

Parce qu’on ne la boit pas pour être décontenancé mais plutôt réconforté, dans les limités par le style imposées.

Dogfish Head (Milton DE) Flesh and Blood IPA 7.5%

dhfbipaPour bien préparer au nez, la belle couleur rougée pas trop poussée précède bien l’IPA mi-fruit mi-houblon où l’on sent autant les fruits que la plante amérisante.  En arrivée, l’orange sanguine amène une belle lourdeur au travers d’une amertume controllée, qui le devient moins en finale où le pamplemousse est assez présent et où le citron est plus discret.  Somme toute une IPA qui manque de grain mais pas d’originalité pour une rafraîchissante bière agrémentée de fruits et d’amertume.

La cote OO : B-

Parce qu’on oublie la subtilité et la douceur, mais on présente un bel alternatif à la bière blanche d’été.

Paulaner (München DE) Oktoberfest Bier 6%

20180709_170443Peut-être pas en draft comme lors du célèbre festival de septembre, mais est-ce que cette offrande disponible à la SAQ permet d’avoir un peu de l’atmosphère du festival bavarois à la maison?  Le nez est assez typique au style, comme si la pilsener tchèque avait eu un enfant illégitime avec la vienna lager.  On y retrouve donc une bonne (et belle) part de malt mielleux au nez, le tout soutenu par un houblonnage mais alors là tout à fait au milieu de la renheitsgebot.  La bouche n’est peut-être pas des plus animés mais présente bien son malt malgré tout, quant à la finale c’est le retour du houblon à peine cuivré.  Gustativement, on est loin des stouts impériaux russes et des bretts belges, mais ça ne veut pas dire que c’est désagréable pour autant.  Est-ce qu’on se croirait à Munich en septembre alors?  Me reste à y aller pour le savoir.

La cote : B

Parce qu’à un oktoberfest, la quantité est aussi important que la qualité, ce qui est démontré dans sa buvabilité.

Dr Fritz Briem (Munich DE) Historic Signature Series 1809 Berliner Weisse 5%

dfbwA  Prophète en son pays.

Sans le moindre collet, cette belle bière dorée présente un nez tout juste sûr où le blé réussit à s’en sortir.  Franche et vive, son petit goût modérément acide me fait penser à la Surnaturelle de l’Esprit de Clocher, même chose pour la finale bien calcaire et assez sèche.  Peu de finale (ce qui peut être assez propre au style), c’est une démonstration très efficace de la Berliner Weisse (malgré que celle-ci vient de Munich) où les lactobaciles travaillent admirablement bien.