Brasserie Générale / 8e Péché Déliquéscence Stout à Tartiner Noisettes Cacao Vanille Lactose Stout Pâtissier 9.5%

bgdLa cote OO : B-

BG n’ont pas le défaut d’être trompeurs; preuve ici par l’appellation stout à tartiner tellement ça goûte ce qui pourrait tenir sur un couteau.

Mousse fugace pour débuter cette stout qui n’aura probablement rien de léger.  Bien que porté sur la noisette et une bonne ration de sucre, ça semble, semble un stout pâtissier un peu sur la retenue, mais dès qu’il touche les lèvres, le crémeux est lourd et le duo cacao/vanille très intense.  On commence à comprendre l’expression Stout à tartiner.  Pas grand-chose de neuf en finale, on conclut donc a un stout lourd mais annoncé, qu’on réserve principalement pour l’amateur du style.  À remarquer que le 9.5% ne se goûte pas vraiment, donc peut-être une bonne approche pour ceux qui redoutent les bières au nord du 6%… mais qui les aime très sucrées aussi.

Corsaire Hop by faith L’aveuglee (collab Blinded by Faith) 6.2%

cbbfLa cote OO : B

L’orge peut prendre des teintes de rouge.

Bien qu’IPA, autant à la couleur qu’au nez elle ressemble a une belle rousse cuivrée.  Lointain ou fatigues sont les houblons, et du bon grain sucre sort des effluves.  La surprise – ou plutôt l’inattendu – c’est l’amertume qui survient en bouche mais comme une grosse vague de bière d’octobre la rousse revient avec insistance.  Une Red IPA  faut donc t’il convenir, et surtout bien maltée en bonus.

À la Fût (collab Bench Brewery) Dégaine Assemblage Fermentations sauvages Maple Trail Oakgrove 6.4%

alfdLa cote OO : B

Qui dégaine fort tire fort.

Même s’il s’agit d’une collab, le nez indétrônablement funky des cowboys de St-Tite est sans contredit ce qui domine malgré un fond de jus d’orange, sans contredit très funky et pas loin de la selle.  La bouche est encore plus sûre et fait picoter, voire choque la langue d’une ferveur sauvage qui même pour À la Fût semble élevé.  Peu surprenant donc que les lèvres rentrent par en-dedans alors qu’on avale ce qui s’approche d’une oud bruin sur les stéroïdes, et qui laissent des notes boisés et à peine sucré en finale.  Quelle a été la contribution de Bench Brewery difficile à dire mais en matière d’assemblage il se fait pire.

Brasserie Générale (collab Brasserie EXP) Deli-18 IPA Rakau et Citra 6.3%

bg_dec2019_1La cote OO : B+

Pour les détracteurs d’houblons québécois.

Ça crie ce houblon-là!  Presqu’autant que la couleur hyper laiteuse orge en crème.  Fruit tropicaux verts (melon, kiwi, un peu de tangerine) pour ce qui est du nez.  En bouche la texture est soyeuse (on pouvait s’y attendre) et le houblon prend un pas de recul – lire ici c’est aucunement amer.  La finale est juteuse de bon goût et remplie de bon fruit.  Franchement, je m’attendais injustement à un NEIPA un peu passagère mais non, c’est une recette qui pourrait remplacer leur IZI n’importe quand.

Tête d’Allumette (Collab à l’Abri de la Tempête) Palabre à Mélan bière forte au riz levure à Saké 9%

ta_2019_2La cote OO : A-

Pas parce que le riz fait partie de la Bud que ça rend une bière sans saveur.

Est-ce que c’est le vent de Kamouraska ou les îles de la Madeleine qui souffle tellement qu’on y sent pas grand-chose?  Un peu de melon et de gingembre, mais quelque chose de plus funky qu’à l’habitude – on est pas en territoire saké mais pas loin.  La bouche est étrangement lourde (ou pas tant que ça, on parle d’une bière titrant à 9%) et la finale encore plus bizarre : du riz poussiéreux.  Évidemment une bière qui demande une seconde gorgée, où l’on trouverait encore plus de riz, pas loin du riz à sushi fraîchement sorti du cuiseur.  Oui une expérience intense en saveurs et en particularité, mais légère à la fois.  Le curieux aimera sinon adorera mais peut-être pas pour tout monde.  Certes pour l’auteur de ces lignes.

Tête d’Allumettes (collab Dunham) Bye Tab Assemblage collaboratif 4.4%

ta_2019_1La cote OO : B+

Bien entourée.

Bien qu’on a pas indiqué il s’agit d’un assemblage de quoi au juste, le nez crie BRETTS!  Légèrement pale ale herbacée aussi.  Le genre d’olfactive qui fait dire au tripeux de bretts « fait soif! ».  La bouche est en effet assez amère et très rafraîchissante mais ne jouit pas d’un développement énormément long.  La finale est joyeusement funky, surtout après la bouche amère… une belle surprise que pourtant le nez annonçait.  Et en retournant en bouche pour une seconde gorgée, c’est toujours l’amertume qui surprend.  Une collab qui assemble le funk de Dunham et les champs autour de Tête d’Allumettes.

Emporium (Collab Le Prospecteur) 50 nuances de fudge Stout orange 5%

emp_sept19_1

Celle du milieu.  Qui sentait tellement qu’on devait l’éloigner des autres pour les évaluations.

La cote OO : B-

Parce que les desserts, c’est délicieux mais c’est lourd.

Creamsicle à l’orange qui trempe dans une stout à peine chocolatée; dénaturée vous dites?  La bouche frappe par sa mollesse, et son élan d’orange sur-sucré.  Rien qui agresse en bouche mais pas nécessairement un coup de cœur avant de l’avoir avalé.  La finale est très chocolatée, et le cacao sucré en fait une bière dessert qui n’a pas la moindre des nuances de subtilité.  Est-ce que ça en fait un mauvais drink?  Limite.  Mais je la verrais très bien en beer floater (tel que celui de Big Slide Brewery de Lake Placid).

Brasserie Générale À Vol d’Oiseau (collab La Souche) Robust Porter américain 6.1%

bg_juin2019La cote OO : B-

Parce que trop « niche market » pour les amateurs de torréfaction et de porter sec pas trop épicé.

Crémeuse au visuel, et semblablement riche au nez avec de la prune et de la nectarine, soutenues par du grain vanillé.  Toutefois, en bouche c’est presqu’uniquement que de l’amertume, heureusement compensé par le retour du fruit sur le derrière de la langue.  Super intense en orge bien torréfiée, les concepts « marquée » et « appuyée » par le grain sont ceux que je retiens principalement.

Two Roads (Stratford CT) (collab Eviltwin Brewing) Two Evil Geyser Gose (brewed with icelandic moss, herbs, kelp and sea salt) 5.5%

teggLa cote OO : B+

Parce que c’est une gose avec une bonne liste d’ingrédients mais surtout ça reste une gose, tout court.

Quand on parle de mélange olfactif réussi, cette geyser gose est un superbe exemple à quelque part pas très loin du 7up salé, avec un je-ne-sais-quoi de fines herbes.  En bouche c’est le citron et la lime, mais les algues jouent une belle contrebalance et prépare bien au sel, qui est plutôt aggressif en bouche.  Une gose simple mais fancy, goûteuse mais pas trop intense.  Une belle démonstration du style, si Hofn et Goslar avait un enfant illégitime il serait un futur érudit.

Ölvisholt (Selfoss Islande) Skyr Framboise collabo TBB Raspberry Sour 5.5%

olvi3Skyr : yogourt islandais qui dans les faits est un fromage grâce à ses levures, malgré une texture à l’instar du yogourt grec (si vous voulez, il est disponible en épicerie québécoise).  Donc, si ce Skyr se faisait en forme liquide, on aurait ici la bonne couleur et le bon olfactif, malgré une légère odeur d’eau de ferme. Le petit côté skyr est plutôt subtil en bouche et fait davantage penser à une bière de fruits, spécialement avec la finale de liqueur aux fraises un peu trop poussé.

La cote : B-

Parce que le concept est bon, mais un peu trop poussé.  C’est comme de la lingerie, la subtilité est souvent le meilleur truc.

olvi_card