Harricana 91 Coconut Stout 4.5%

Cote OO :  B-

On peut faire compliqué pour faire simple.

Est-ce que le coconut a la capacité à absorber toute odeur?  On a certainement droit à un stout peu présent aux narines mis à part de la noix de coco chocolatée et un minimum d’orge gentiment grillée.   Peu de la noix en bouche par contre, il s’agit d’un stout tout en simplicité et intensité, noire d’orge à la limite du brulé et de bonne texture, parfaitement moyenne.  Définitivement une bière où le coconut agit davantage pour la texture que pour le goût, assez sec d’ailleurs.   Aurait-on pû y arriver sans la noix?  Peut-être, mais bonne malgré tout.

Islamorada Beer Company (Fort Pierce FL) Coconut Keylime Ale Pale Ale 5%

iklLa cote OO : C+

La crème sur le dessus avant le dessous… pas le fort de tous.

Belle couleur régulière mais la main forte sur le coconut!  Ça ne fleure que la noix de coco, pas même la lime des keys ne parvient à la tache olfactive.  Pourtant elle commence de manière un tantinet amer, avant de retourner derrière la noix de coco et la lime en version totalement non sucrée (heureusement).  Toujours la noix, en version plus végétale et fibreuse, tandis que la lime disparait.  Définition d’une bière plus qu’emporté, elle fait du bien dans une journée froide de printemps en isolation, mais qui trop pousse tombe.

Brasserie Générale Diantre Stout Pâtissier Pacane Coconut, vanille et lactose 10%

bg_dec2019_1La cote OO : B

Elle ne fait pas sacrer.

Un peu mystérieuse : le mélange tient la route et l’on sent bien le coconut, mais le pacane et le lactose ne viennent qu’ajouter confusion à l’olfactive.  On passe donc en bouche pour y trouver le raisin de l’impériale russe en version légèrement plus sèche.  Le pacane est toutefois éhontément puissant en finale et apporte un caractère plus austère.  Un peu difficile à statuer, mais j’aime… sans savoir pourquoi.  Suffit de les aimer sucrée et sèche à la fois.

Pohjala Cocobanger Imperial Stout with coffee and coconut 12.5%

pcocoC’est moi où le mélange café et noix de coco ne semble pas naturel?

La cote OO : B-
Parce que les russes sont un peu plus brefs que la moyenne des ours.  Ou sinon, Zangief n’est pas celui qui parle le plus dans ses combats.

Très noire tout autant de la couleur que du nez de grain très rôti, mais pas de grain de café, et encore moins de noix de coco. Le tout est très bien compensé par un élan de raisin sec comme n’importe quel stout impériale… russe… se devrait de l’être.  Si à l’extérieur elle semblait russe d’ailleurs, à l’intérieur aussi et c’est plus creux en gorge qu’on goûte finalement à la noix de coco, bien fibreuse et non pas l’eau de celle-ci.  Au recul, c’est l’alcool (avec sa proportion de 1 partie pour 8 de liquide qui domine pour se terminer sur le coco qui ne gagnera jamais – à tout le moins définitivement pas dans cette bière – sur le café qui n’est qu’une après-pensée.  Donc ça ressemble à quoi si on oublie les ingrédients?  Une stout impériale, pas toute à fait russe, pour ceux qui les aiment plus sèche.

Malstrom !Coconut! Lager 5.2%

maltstrom1La cote OO : B

Parce que l’orge peut aussi pousser sous les tropiques québécois de Joliette.

Du coconut oui, mais la balance est bien respectée car on y trouve de l’orge bien tassée au travers de l’écorce de la noix de coco.  Pas très large et lente, on semble opter pour une lager méthodique, ce qui est pas mal mieux que celle de la mode de l’an dernier où l’excès était trop souvent de mise.  La finale est quant à elle « écorcée », puis boom! la noix de coco et enfin de l’orge.  Rien d’extraordinaire mais très bien faite.

Definitive Brewing (Portland ME) Forever Heavy Barleywine with Coconut & Vanilla 10%

db4Un bière qui s’affiche comme lourde/intense à jamais, mais qui au niveau de ses ingrédients elle semble assez neutre.  Toutefois, au côté orge, le travail est très bien fait et cache déjà bien son 10% d’alcool.  La bouche est tout autre avec l’amertume très américaine et trop excessive, même si elle doit faire face à de l’alcool très chaud.  Suite des montagnes russes en finale alors qu’on redescend dans un léger aftertaste qui conclut une bière où le coconut et la vanille ne figure qu’au nom et non au goût.

La cote OO : C+

Parce que si le but visé est la chaleur, ça manque en finale et que si c’est d’apporter du coconut et de la vanille ça manque en totale.

Ölvisholt (Selfoss Islande) Bríet Saison with coconut and lime 7%

olvi1Contrairement à sa soeur vieillie 2 mois en fût de vin blanc, ici le nez est très dénaturé par le coconut qui fait saliver les papilles juste à la sentir.  On a donc le nez d’une bonne bière mais peut-être pas celui d’une saison.  En bouche ce sont les copeaux de coco d’abord puis l’amertume très modérée qui précede une finale de lime d’abord puis d’écorce de cacao, avec les levures qui ne se détectent qu’en aftertaste.  Certainement, c’est un peu plus brouillon qui certaines brasseries plus austères d’Islande, masi ça paye ce coup-ci avant une bonne profondeur et ce malgré un coco un peu trop fort.

La cote : B

Parce qu’il se fait pas mal moins subtil en frais de bière de coco, la grosse mode fin 2018; vive la dualité lime/coco qui sert très bien à cette saison.  C’est vrai, c’était une saison… coudonc!

olvicracks

Vox Populi Aloha Session NEIPA Coconut 3.9% 35 IBUs

aloha

Comment faire plus summer? La nostalgie du Farmer’s Market d’Hanalei (le paradis sur terre d’Hawai’i) me revient.

Directement au sud pour les narines en humant les fruits tropicaux du houblonnage (la pêche et la nectarine) le tout flatté par ce qu’on suppose facilement être la noix de coco.  En bouche l’amertume vient rapidement pour faire craindre à une NEIPA du midwest, mais le coconut de la finale vient contrebalancer les houblons ce qui n’est pas de trop pour une bière trop amère pour le style.  On sent toutefois la force du coconut au fil des gorgées subséquentes où l’amertume est toujours tenue par les cordons de la noix.  De là à savoir s’il se fait mieux dans la bière au coconut il faudra voir avec une prochaine…

La cote OO : B-

Parce qu’on sent le pourquoi, mais que la réalisation, non sans intérêt, pourrait peut-être être mieux.

Miami Beach Brewing Big Red Coconut 5.5%

mbbbrc

Bière

D+  Fait parfois trop chaud dans le sud.

Coconut vous dites?  Peut-être du blé là-dessous mais l’épaisseur des copeaux blancs est trop important pour le voir.  Plus fraîche sous la langue, on avance pas vraiment en voguant entre l’amertume et la noix de coco mais une fois avalé, c’est la noix qui gagne, dans un long aftertaste que j’aurais souhaité beaucoup moins long.  Trop forte, on peut se poser des questions sur le but d’une telle bière qui ne vaut pas un bon pina colada.