Two Rivers (Easton PA) Six Fingers Sam Saison (chardonnay barrels with brett yeasts) 6%

tri2La cote OO : B

Parce que le poivre noir n’est peut-être pas un absolu dans le style saison.

Pour une saison d’une microbrasserie à apparence autant traditionnnel, on s’attend à quelque chose d’un peu trop abasourdi.  Vivement d’être positivement impressionné.

Avec un nez aussi houblonné, le petit côté fruité a de quoi surprendre si ce n’est de décevoir; où est le poivre noir des levures?  Il faudra donc se rendre au goût pour dénicher une blonde fraîche, à la frontière de l’orange mais généralement assez éloignée de la saison traditionnelle.  Toutefois, outre le style le goût est plus qu’agréable et mérite peut-être à lui seul le détour de la grande Weyerhaser pour le centre-ville d’Easton, Pennsylvania.  La finale donne quant à elle l’impression d’être arrondie par des lactobacilles, tout en gardant le côté presque sec du style.

Sans tenir le style, on garde l’esprit de bière d’été.

La Chouape Saison Fût de chêne Chardonnay 6.5%

csfccÀ peine poivrée mais surtout citronnée, déjà à ce point on peut espérer que le mélange des levures saison fassent bon ménage avec le chardonnay.  Tranquille mais bien vivant donc, on passe au rafraîchissement de la bouche avec anticipation, pour y retrouver un peu de pain, des houblons qui font très belge et la chaleur de la vanille du baril.  On avale ensuite pour cette fois-ci faire passer à une petite pointe d’amertume qui vient se perdre dans le grain de la finale.  Il faudrait enfin quelques gorgées supplémentaires pour regoûter aux levures qui sont finalement un peu trop subtiles derrière l’amertume.

La cote : B-

Parce qu’un nez superbe et un bon concept ne pardonne pas tout d’une bière qui en théorie aurait pû être tellement mieux.

Brouhaha Sergent Ripin Chardonnay Saison vieillie en fût de chardonnay 6.5% (brassée chez Mabrasserie)

bsrcB  Les ordres de velours dans une bouteille de cran.

Je ne sais pas par quelle alchimie, mais il y a vraiment une signature olfactive particulière d’une bière vieillie en fût de chardonnay, et celle-ci n’échappe pas à la règle : un peu citronné, à tendances quasi-bretts, tantôt s’approchant de la gose aussi, le poivre de la levure saison est peut-être enseveli mais néanmoins bien compensé.  Assez amère sur les papilles, le fût apporte toutefois une touche mieilleuse qui parvient à conserver le caractère de saison, et l’aftertaste, un retour aux éléments détectés par le nez empreint la gorge d’un sentiment de complétion.  Probablement plus lourde et plus amère que votre saison favorite (on pourrait facilement suggérer la Dupont), elle se rapproche tout autant de la blonde de caractère que de la légère brett.

Oshlag Série Vinicole Chardonnay 2016 6%

osvcB-  Dans le top 3, mais dernière aussi.

Fin de la trilogie… à quoi je pourrais m’attendre outre un côté beurré & arrondi provenant du fût de chardonnay?  Au nez on est en terrain connu, sans surprise bonne ou mauvais, donc sûrette tranquille avec une pointe d’orage à l’asperge disons.  D’abord tranquille, la carbonation est toujours bonne pour rehausser le mélange de jus de fruits, de berliner weisse et d’orange.  Le jus de ce fruit domine la finale et l’aftertaste, assez long pour une bière de la sorte.  C’est par contre le jeu de la comparaison qui lui fait mal et c’est vraiment le pinot noir qui va me rester à l’esprit.

Brasserie Harricana 17 Brune Céleste Baril Unique 11/180 Barrique de Chardonnay 5.7%

bh17

On a l’impression de participer au grand lab d’Harricana non?

B+  La sagesse et l’âge ne vont pas nécessairement de paire.

Dès le nez, on sent qu’il y a bien des pommes, celles-ci accompagnées de caramel sûr et une fois sur les papilles, de mûres.  En finale assez sûre et astringente, le style oud bruin est bien réalisé à un point tel qu’elle me fait penser à la Rodenbach.  Pour la jeune Harricana, même en ajoutant du moût de pommes et des petits fruits, on a sû rester assez typique à un vieux style, donc à servir à l’aveugle aux puristes.  Et bien que le baril de Chardonnay est plus ou moins présent, on a une très belle bière pour toutes les occasions.

Broadway Blanche Chardonnay 9%

bwbc

Versatilité.

B  La gêne peut aussi faciliter l’adaptabilité.

Après leur saison en fût de chardonnay, leur blanche ça pourrait donner quoi?  Simplement au nez, c’est une bière démesurément emporté par le fût de vin blanc, arrondi par la vanille et du blé qui n’est plus que le fantôme de celui qu’il devait être avant d’entrer en barrique.  La bouche est moins liquoreuse que prévue, mais très bien carbonifiée, ce qui rend le liquide piquant et le goût moins perceptible.  On l’avale alors pour se retrouver à ce qu’on y retrouvait au nez, cette fois-ci accompagné non seulement de la vanille mais aussi un peu du bois de chêne du fût.  L’alcool est perceptible aussi mais assez tranquille, on a donc un aftertaste assez bien balancé.  Dans l’ensemble une très bonne bière où il faut simplement ne pas trop accorder d’importance au style (blanche) qu’elle était originalement.

 

La Barberie Blonde au Chardonnay 10%

bbacC-  Pas encore.

Blonde peut-être mais pas à la couleur, ni au nez qui ressemble à celui d’une ambrée presque sauvage.  Cuivrée (l’aspect ambrée est le thême?) elle est aussi vraiment amère et profond, mais profondément pas de mon goût.  Je recommande donc de boire la lie qui l’arrondit sans toutefois sauver cette pauvre bière.  J’ai hâte d’avoir le coup de foudre pour La Barberie mais ça ne sera pas celle-ci non plus.

Lac St-Jean Tante tricotante Triple belge vieillie en fût de chardonnay 10%

lsjtt

Un peu chère à 11$ mais j’en reprendrais une vieillie en fût de chardonnay avant d’en prendre 4 de l’édition normale.

B  Le voyage en Californie a bien bronzé la madame.

Petite note visuelle : mal plus limpide que sa sœur, elle a dû être filtrée pour enlever le bois du baril.  Derrière un fond de bière belge le fruit est toujours présent mais pas celui des houblons à tendance d’agrumes usuels; davantage du litchi et du melon vert.  Plus acerbe que sa sœur, en bouche on oublie la Belgique, c’est une blonde toujours très fruitée (de melon) qui finit en rondeur, de manière beaucoup plus peaufinée dans un aftertaste un peu amer qui me surprend sans me choquer.  Légère – pour une bière à 10% – un peu fleurie aussi, on a à faire à une belle dame bien revampée.

Brasseurs du Monde Cuvées du chai no IV (Chardonnay) 9.3%

bdmcciv Qui se compare se console.

Assez neutre comme belge, le sucre d’orge blond se mêle au lointain raisin vert et de la pomme, le tout très approchable avec le frein sur le sucre.  En respirant, un fruit indéterminé s’en extirpe avant une arrivée acide mais toujours portée par le fruité bizarrement bon.  La finale est encore plus raisin à peine métallique, mais c’est somme tout beaucoup mieux formulé que le baril no 2 de cabernet sauvignon.  En troquant les fraises sûries pour le vinaigre de malt, ce n’est pas ma favorite de la gamme mais ça donne une belge hors norme qui vaut le détour.

HopEra Série Vintage Saison Oklahoma Collabo Microbrasserie Les Grands Bois Fût de Chardonnay #7 6.5%

hoperaC+  Une petite gothique j’aime bien, mais pas au point d’avoir la figure au fond de teint blanc.

Belle teinte orange mais pour le nez, l’orange confite est puissante et intimidante avec sa petite touche de vin blanc.  Au goût les levures sont terreuses, acides et avec un petit caractère de rancio, de paprika et de papina.  La finale est dans le même ton poussiéreux avec un peu de raisin ce qui contribue à donner une bière un peu trop poussée, bonne pour flasher mais avec une colonne vertébrale trop malléable.