La Chouape Cerise Sour 5%

ccsLa cote OO : C

Qui trop mince n’éteint pas suffisamment.

Cerise, probablement marasquin, bien parfumé mais à la limite de l’artificiel; difficile d’attendre quelque chose de posé.  Qu’en est-il du goût?  Sec oui, pas trop sucré oui mais le goût fait un peu trop sirop et moins le fruit qui pousse dans les champs.  Le houblonnage semble de la partie pour l’aftertaste mais c’est un peu trop tard : on a l’impression d’avoir une sour hyper-sèche mais hyper courte, et surtout contenant du fruit qui ne fait pas très naturel.

Saint-Houblon Série Berliner Weisse Sour Cassis, Cerise et Groseille 4.7% 0 IBUs

shsccgLa cote OO : C+

Beau mélange, mais pas les bonnes proportions.

Une bière à trois fruits, c’est souvent davantage du jus que de la bière.  Le nez donnera certainement cet impression avec le cassis d’abord, puis la cerise.  Pour la groseille, il faut se forcer davantage.  Tout comme on trime beaucoup en bouche pour y trouver de la bière, on pourrait d’ailleurs facilement imaginer une berliner weisse avec sirop qui goûte moins le fruit, celui-ci ne laissant absolument aucune place au blé, mais peut-être à la groseille après quelques gorgées.  Pas mieux balancée en finale et encore plus portée sur la cerise, c’est un jus de fruits qui plaira sûrement aux amateurs de drinks d’été, mais choquerait peut-être l’Allemande du Nord-Est.

L’Annexe Nano Brasserie Surette à la cerise 4.8% 5 IBUs

absLa cote OO : C+

Enlevez lui 4.8 et je la donne à mes enfants.

Un peu biaisé : en voyant « concentré de cerise » sur l’étiquette, on peut s’attendre à une bière sans vergogne sur la cerise, mais non au nez le fruit est assez vivant et pas très sucré, et on pourrait même croire y détecter du houblon vert.  On célébrait peut-être trop vite par contre, car en bouche c’est le fruit, le cerise, encore le fruit et presqu’uniquement la cerise.  On passe donc en gorge où c’est même sentiment, celui du sirop dont la seule qualité reste de ne pas être trop sucré.  Ça en fait une mauvaise boisson?  Je la préfère à de la liqueur à la fraise.  Ça en fait une mauvaise bière?  Si vous préférez que votre bière goûte la fraise, devinez.

Brasserie Générale Eis Kirschen Brett Brett & Cerises 8.8%

bgekbLa cote OO : A-

Parce que c’est une bière d’anniversaire (ou au très gros minimum, une fête pour les papilles).

Par un dimanche de fin d’hiver où il neige alors qu’on devrait faire bouillir, ça prend un petit réconfortant; quoi de mieux qu’un style chaleureux comme la stout et des cerises?  Elle commence très rapidement à charmer avec du grain tout juste torréfié et de la cerise assez sucrée, et ce bien arrondi par le baril de finition.  On voudra alors évidemment goûter immédiatement, et c’est ainsi qu’on y découvrira un liquide pas très sucré, où la torréfaction est très présence et où la cerise donne un aspect de gâteau forêt noir à l’ensemble.  La finale est dans la même veine et s’il y avait un gâteau au chocolat et à la cerise qui pouvait être passé au moulin et matûrer, cette Eis Kirschen en serait le résultat.  Une belle stout fruitée, pas très brett (mais pas grave aussi) comme il ne s’en fait pas assez, il n’y a pas à dire que Brasserie Générale est facilement l’une des plus talentueuses de la région de Québec avec cette bière.  Et s’il s’agit d’une descendante de leur ancienne Glace Noire, il n’y a pas à dire qu’elle s’est grandement amélioré avec les générations.

Le Castor Farmhouse Cerise 6.5%

cfcEn avouant un faible pour les krieks, comment résister à cette version fermière?  On commence donc à être charmés avec la cerise assez marasquin (sucrée) oui mais aussi des levures qui sans être bretts sont bien présentes.  Toujours aussi sucrée en bouche, la très bonne gazéification vient contrebalancer l’intensité des saveurs, qui emprunte tantôt de la kriek, puis de la brett et même un peu de la rousse caramélisée.  Belge mais avec l’acidité en bonus, l’ensemble est rafraîchissant, fermier, et pas trop épicé.

La cote OO : B+

Parce qu’elle est profonde, longue à décortiquer, contemplative; une bière qui demande et commande le silence entre les gorgées.

Le Castor Cerise Assemblage de bières sauvages refermentées sur griottes biologiques 6.8%

cceriseSuper odoriférante, à quel point il y aura de la bière proprement dite sous cette avalanche de  cerises rouges, difficile à dire.  Pour ce qui est de la bouche, on pourrait s’attendre à plus sec mais non, le fruit en est presque pâtissier, se concentrant et s’éternisant sur la langue.  Triomphant en aftertaste, c’est de la bière sauvage (très sauvage) qui ne démontre pas le funky des bières bretts mais quelque chose de loin d’être propre aussi, dans ce que ça a de mieux.  Il faut savoir savourer le moment car cette Cerise a beaucoup plus à livrer que sa griotte, en autant que l’on veut se prêter au jeu de la patience.

La cote : A

Parce que c’est une belle preuve que même après des milliers de bières, on peut toujours être surpris même par une bière autant axée – jusqu’à sa couleur – sur la cerise.

L’Arsenal Major Beaulieu Imperial Stout Cerise Série l’Arsenal du maitre 2017 9.5%

ambisc

Autant au niveau du contenant que du contenu, L’Arsenal se révèle comme l’une des meilleures nouvelles micros québécoises en 2017.

A  Commencer par la base.

Sous son couvert crémeux et invitant, l’odeur de cerise semble sucrée, spécialement pour un type de bière plutôt torréfié mais qui ne semble pas l’être beaucoup dans le verre.  Très crémeuse, le goût de cerise est très fortement amorti; on se retrouve donc avec une stout plus que douce où la vanille est probablement la saveur la plus facilement perceptible.  Lorsqu’on l’avale on penserait avoir droit à la même chose mais non, après 2-3 secondes la cerise revient, pour se conclure dans un aftertaste où le cacao est langoureux.

Une fois de plus, c’est une stout toute en douceur où le fruit supporte plutôt que mène, à un tel point qu’après plusieurs gorgées on en oublie totalement le fruit pour se replier sur une merveilleuse, merveilleuse stout.

HopEra Saison Bretton Cerise Griotte maturée en fût de chêne 6%

hsbB-  C’est toujours mieux que la plupart des politiciens.

Autant au niveau de la teinte que de l’odeur, les bretts sont évidentes avec un fond plus agricole (équin) que saison.  Pour ce qui est de la cerise, l’absence olfactive se poursuit en bouche alors on revient sur les bretts qui me font penser aux bières sauvages du Castor.  La finale est peut-être un peu plus présente au niveau de la cerise mais peut-être plus au niveau cerisier – un arbre fruité quelconque en tous les cas.  Bien que maturée en fût de chêne, la vanille est aussi un peu absente mais ça livre au moins le tiers de ses promesses; insérez ici le taux de succès de votre politicien préféré.  HopEra est toutefois capable de mieux.

Lindemans Kriek Lambic Belgian Cheery Beer

klA-  De la tarte liquide, sans les grumeaux passés au blender.

Un peu plus foncée que la Lindemans Framboise, veut, veut pas, je dois comparer.  Super cerise, c’est le petit fruit avec de la grosse écorce, mais comme sa sœur Framboise on oublie un peu que c’est une bière.  Pas beaucoup de développement en bouche alors qu’on continue sur la cerise dans une belle longueur ou l’amertume est totalement absente.  Toujours en comparer à sa sœur, ça devient un jeu de préférence de fruits, où j’y préfère la cerise, mais par son éloignement au moindre feeling de bière, je ne peux lui donner plus haut qu’un A-.

Dunham Kekriek (aux cerises du verger Tougas) 6%

dkC+  À force d’être sur les freins à chaque courbe, on manque presque la ligne d’arrivée.

Pas super évidentes au nez, les cerises sont plus présentes que l’orge qui semble absente de cette liqueur aux fraises et qui manque aussi de carbonation.  Mieux balancée en bouche, le blé et la cerise font bon ménage, même si le fruit s’impose en finale, sans être trop acide ou trop sucrée.  Beaucoup plus subtile et retenue que je ne l’aurais pensé, côté asaissonnée, il se fait beaucoup mieux, mais pire aussi.