Cap Gaspé Sandy Beach IPA Brut 6.5%

cpsbsLa cote OO : B

Michèle Richard et Michel Louvain en prendrait.

À ne pas prendre au littéral, mais le nez tient un peu du Palmolive : le côté vert des houblons west coast et de la lime donne un drôle de parfum, avec un côté plus sucré de key lime pie.  En bouche on retrouve immédiatement le côté sec et fraîcheur de l’IPA brut, on en oublie presque le goût pour y retrouver de la limonade pas trop sucrée en finale.  Une véritable IPA de plage, « amertumement » docile, celle qui se boit le plus comme un mimosa dans les premiers dimanches les plus chauds d’été.

Cap Gaspé Rose Bridge Bière de Blé aux framboises 4.9%

cgrbBon, une autre bière de blé aux framboises.  On va se fier sur le talent de Cap Gaspé pour l’élever au-delà de la trop facile recette.

La cote OO : C+

Une randonnée connue et ordinaire, mais sympa.

On ne peut pas dire que c’est à sa couleur qu’on espère une bière autre que trop fruité; le nez va exactement dans la même veine avec une forte odeur de framboise trop franche, déjà sentie maints et maints fois.  En bouche l’amertume surprend, on sent que le houblon veut avoir son mot à dire mais le fruit – heureusement pas trop sucré – prend son envol, spécialement en finale où non, il n’est absolument pas fruité, mais poussé au-dessus d’autre de son genre.  Est-ce que ça en fait une bière à absolument essayer?  Pas vraiment mais il se fait pire.  En bonus on sent encore le côté plus calcaire de la micro.

Cap Gaspé La Haldimand Beach IPA Bière Blonde Forte 5.8%

cghbLa cote OO : B

On ne sait pas pour le forte, mais une blonde très certainement douce.

Quel bouquet d’herbe bien verte, de pamplemousse et de feuille de quenouille!  Pas besoin de le cacher avec une appellation « blonde forte » c’est un nez d’IPA que l’on reconnaît immédiatement.  Plus tempérée, la bouche s’amadoue et sembler garder l’amertume pour plus tard, le tout dans un liquide épars qui cache bien son aspect double.  Mais non, on croirait vraiment à une IPA où le houblonnage est arrivé assez tard.  Une ballade très tranquille, paisible sur la Haldimand Beach.

Cap Gaspé La Gamache Stout 6%

cpgsLa cote OO : B-

Sans niaiserie?

Très opaque et à la mousse très ferme, au visuel on ne sait que faire de cette stout qui semble, par sa description sur la bouteille, assez simple.  Le nez es ttout autant torréfié que vanillé avec une pointe de cola un peu anormale mais pas désagréable.  Gustativement simple, chocolaté et finalement bien « mokaifié », avec un aftertaste où l’amertume semble autant provenir de la torréfaction que du houblon – d’inspiration côte ouest supposément..  Simple et directe au but, la traduction brassicole de « no nonsense ».

Cap Gaspé Sunny Bank Gose aux oranges 3.8%

cpsbLa cote OO : B+

Des bikinis, même en Gaspésie.

À quoi ça sert les levures dans une bière?  À arrondir ce qui autrement serait un jus de fruit pas très subtil.  EN bouche, l’orange se transforme en clémentine et la gazéification l’assèche juste suffisamment pour que le kick de sel de la finale se goûte bien : de l’orange séché trempée dans le sucre.  Une plage très minérale donc qu’est ce sunny bank, très estival et malgré toute la légèreté, on ne perd pas le fil qu’est la gose.  Ça fait donc sourire énormément sans être totalement gratuit.

Cap Gaspé Le Vauréal Altbier 5.2%

cgvLa cote OO : B-

De base, bonnes bases.

Tout ce qu’il y a de plus cuivré, et un peu cassonade pour arrondir le tout.  Au goût c’est du malt bien épicé, à la frontière de la bière de noël, qui prend beuacoup d’expansion en bouche.  On conclue le tout avec du caramel bien posé, juste assez tempéramental pour s’appeler altbier, avec un minimum de houblon pour le style.  Rien d’étoffé, juste du beau gros goût qui fait du sens.

Cap Gaspé La Première Bordée Weizen 4.8%

cppbLa cote OO : B

La première bordée n’est généralement pas la plus grande, mais elle n’est pas la première qu’on oublie.

Parfois au-delà de la banane de la weizen, s’élève un peu de pamplemousse et c’est le cas dans cette Première Bordée.  On oublie totalement l’agrume en bouche car c’est la banane plus que verte qui frappe les papilles de plein fouet et qui est crasseuse jusqu’en finale, un peu houblonnée et qui tire vers l’orange.  Elle complémenterait bien un mimosa d’ailleurs.  On sent vraiment que c’est une weizen tweakée pour ressortir du lot, mais en même temps elle sait coller au style de manière sans équivoque.

Cap Gaspé Masgwi Scotch Ale au chaga 7%

cpmsaCurieusement, il n’y a pas beaucoup de scotch ale gaspésienne.  Pourtant il y a un je-ne-sais-quoi d’assez écossais dans le tempérament de la population.  Affublé de chaga, il sera intéressant de voir comment la générosité du sucre d’orge vivra avec l’astringence du chaga.

La cote OO : B

De l’Écosse au savoir amérindien, évidemment deux mondes mais l’Atlantique n’est pas une raison pourquoi les deux ne devraient pas s’entendre.

Oubliez le champignon au nez, j’hésite souvent entre caramel et sucre d’orge pour décrire la scoch ale mais ici il s’agit très certainement du second choix.  C’est donc du grain hyper sucré qu’on a hâte de voir en bouche pour gouter s’il a gardé la moindre gêne.  Mais non, le tout a migré sur le caramel et on sent que le champignon y a mis de sa touche, tandis que la finale tombe au caramel sablonneux, juste ce qu’il faut de sucré et de goûteux.  D’accord, ça ne saura pas être ma meilleure scotch ale à vie mais une offrande honorable pour la petite nouvelle de Gaspé qui sait et saura se faire remarquer avec des bases aussi solide ainsi qu’un brin d’originalité.

Cap Gaspé Belle Baie Berliner aux fruits indigènes du Québec 4%

cpbbLa cote OO : B-

Ça en prend une.

On ne sait pas quel fruit donne cette couleur mais on parierait sur la camerise avec le nez un peu bleuet et un peu framboise.  Les lactos sont moyennement balancés mais l’ensemble est bien appétissant, et pour la bouche c’est le fruit, le fruit et le fruit.  Pour la finale, c’est toujours (en presque uniquement) le fruit d’abord, mais elle semble se complexifier en aftertaste – après tout elle contient baies d’aronia, framboises, fraises, bleuets et amélanches).  Simple, on estime qu’en 2020 ça prend une bière sûr par micro et ça pourrait l’être.  Pas celle qui nous fait faire le tour de la Péninsule, mais on ne rentre pas à la maison non plus.