Robin Bière Naturelle Léa Canneberge 5.5%

Cote OO : B

La petite cachotière.

L’appelation « Bière naturelle » dans l’appelation de la compagnie semble un peu moins appropriée pour une bière aussi rouge et à mousse si éphémère.  Peu de surprise, mais pas totalement sans surprise non plus par l’apport de levures qui ressemblent drôlement à des lactobaciles.  Bien que bière au fruit, elle est lente à s’installer et entre deux eaux gustatives; un côté assez aqueux et léger derrière la langue tandis que le devant goûte la canneberge pas du tout sucrée.  Or, on avale et enfin on est récompenser par une fermentation sauvage à la frontière brettanomycienne; satisfaisante, cette Léa livre enfin son secret, car au-delà de ses apparats rouge pimpant, son charme s’appuie davantage sur ses valeurs et fondements.

Sebago (Gorham ME) Black Metal Dark farmhouse with cranberries 6.2%

sebago6La farmhouse noire est parfois une bière dont le rayon d’action est assez étroit pour demeurer le moindrement fidèle.  Dans cette métalleuse, on commence bien avec du poivre noir et pas trop de canneberges;  « accueillante fermière » est d’ailleurs un euphémisme pour la décrire.  En bouche, la même canneberge pousse et pousse en se mélangeant à l’orge et aux houblons pour former un ensemble des plus cohérents, doté d’un aftertaste à la longueur de son développement de saveurs.

La cote OO : B+

Parce que c’est à la même hauteur que les meilleurs stouts aux cerises.  Ce n’est pas parce qu’elle est foncée qu’elle cache son jeu.

Frontibus Blanche de Fox (canneberges & baies d’églantier) 4.8%

fbB+  Breakthrough artist / recrue musicale de l’année.

Malgré une couleur hors norme orangée, le blé conserve une belle place dans l’ensemble et de manière plus importante que la canneberge, c’est assurément l’églantier qui vient doucement parfumer ce liquide sûrement féminin.  Toujours bien démontré et assez piquant, le blé ouvre le spectacle des goûts mais déjà la canneberge s’élève au-delà de la foule.  Puis dès les premières notes de la finale, c’est l’églantier qui échange avec le vocal du blé, la canneberge était reléguée au rôle important mais moins remarquable de la basse.

Avec un feeling général de la Rosée des Dunes de l’Esprit de Clocher, comme première bière pour cette nouvelle microbrasserie c’est réussi; il faudra donc écouter le reste de la gamme.

Farnham Ale & Lager Série Noire Belge d’hiver à la canneberge 7% 26 IBUs

falsnB  Il y a sûrement des fruits qui poussent en Écosse.

Pour une noire ça emprunte beaucoup du visuel et de l’olfactive d’une scotch ale avec son intense caramel; heureusement une bonne pointe de rouge à la couleur annonce autre chose qu’une scotch ale mal catégorisée.  Au goût la couleur est peu importante car c’est le fruit qui retient les papilles;  canneberges oui mais peut-être du raisin rouge et même une pointe de pêche étrange (probablement les écorces d’orange qui figurent à la recette.  ON conclut le tout par le retour de la scotch ale… puis de la canneberge.  Ultimement une bière en deux vagues qui se succèdent naturellement et dont l’acidité de l’une sait bien complimenter le sucre de l’autre.

Coaticook La Ptite Batince Blonde de Style Belge rehaussée de canneberge 4.5% 20 IBU

cpb

Batince ou batinsse?

B-  Bière sympa de bord de 20 un peu dépassé Lotbinière.

De sa belle couleur rosée/saumon, le nez présente un bel équilibre grain/canneberge.  Côté bouche, l’amertume est douce et se bataille avec le sucre candy belge et le sucre du fruit.  Un peu sûrette, le sucre naturel de la canneberge ne tarde pas à revenir juste avant la finale courte ou le grain semble plus éloigné.  Un peu comme le reste des bières Coaticook que j’ai goûté à ce jour, c’est bien rien de nécessairement remarquable.