La Fosse Nocturnité #3 Stout au caramel salé et cacao 7.5%

Cote OO : B-

Un jour de ligne offensive qui ne se fie pas seulement à son poids.

Pour certains c’est le café et pour d’autre le cacao.  Ici le caramel en plus du cacao pourrait faire peur pourtant le nez est assez neutre outre le fait que la torréfaction semble plus lointaine qu’à l’habitude.  C’est certes une bière lourde d’abord mais en la gardant plusieurs secondes en bouche le côté de grain très bien grillé l’allège, le tout avec le cacao salé sur le bout de la langue.  Le caramel se gardait pour l’arrivée en gorge mais ne pèsera pas trop, il ne s’agit pas du genre de stout qui pèse trop lourd sur le cœur (ou le fait trop monter) pour n’en boire qu’une seule.  L’amateur de bière au café n’y sera peut-être pas rassasié (surtout face à la Nocturnité #1 qui avait un peu plus de punch) mais à tout le moins il ne sera pas écoeuré.  

Brasserie Générale / 8e Péché Déliquéscence Stout à Tartiner Noisettes Cacao Vanille Lactose Stout Pâtissier 9.5%

bgdLa cote OO : B-

BG n’ont pas le défaut d’être trompeurs; preuve ici par l’appellation stout à tartiner tellement ça goûte ce qui pourrait tenir sur un couteau.

Mousse fugace pour débuter cette stout qui n’aura probablement rien de léger.  Bien que porté sur la noisette et une bonne ration de sucre, ça semble, semble un stout pâtissier un peu sur la retenue, mais dès qu’il touche les lèvres, le crémeux est lourd et le duo cacao/vanille très intense.  On commence à comprendre l’expression Stout à tartiner.  Pas grand-chose de neuf en finale, on conclut donc a un stout lourd mais annoncé, qu’on réserve principalement pour l’amateur du style.  À remarquer que le 9.5% ne se goûte pas vraiment, donc peut-être une bonne approche pour ceux qui redoutent les bières au nord du 6%… mais qui les aime très sucrées aussi.

Hermite Microbrasserie Stout Dessert Cacao – Noix de coco – Vanille – Lactose 8.5%

hsdLa cote OO : B-

Avec les enfants il est facile de faire de la bonne pâtisserie, pas autant avec les adultes.

Jouant d’une bonne réputation au Québec, l’Hermite n’est pas accoutumé à l’erreur et dans le cas d’un stout dessert, par les excès d’autres microbrasseries on peut être curieux de voir leur interprétation.  Sans mousse, heureusement qu’on l’a servi dans un verre qui ne concentre que partiellement les odeurs, car déjà le malt toasté est fort, ce qui soit cache les autres ingrédients, soit qui marque qu’on a eû la main légère sur le cacao la noix de coco et la vanille (ce qui n’est pas un mal en soit).  Le liquide est toutefois hyper pesant sur la langue (principalement grâce au cacao) tandis que la noix de coco et le lactose lui confère un goût végétal et très doucement texturé.  La finale voit enfin la fibre de la noix de coco ressortir particulièrement, tandis que la vanille assouplit la fin.  On en pense quoi alors de ce stout dessert?  Assez poussé mais pas trop, ce n’est pas nécessairement avec celle-ci que l’on tomberait en amour avec la microbrasserie mais on ne la descendrait pas en bas de la moyenne non plus.

Ramuri Cerveceria (Tijuana Mexico) Lagrimas Negras Imperial Cacao Stout 10%

ramuri_lagrimasPour ce stout au cacao, le couvert de mousse compact et tenace semble tout à fait indiqué.  L’olfactive de profond grain d’orge aussi et bien que le cacao semble absent, on se doute qu’il viendra un peu calmer le grain.  Puis on avale pour découvrir un liquide rempli de cacao; c’est somme toute un stout vraiment honnêté et bien balancé, où l’addition de cacao complète bien l’orge sans aucunement le dénaturer.  Pour ce qui est de l’alcool toutefois, il faudra l’inscrire dans la catégorie « à se méfier » car on lui donnerait probablement davantage 5% que le double.

La cote OO : A-

Parce que le Mexique semble faire très bien honneur aux stouts (normal, la température étant pas mal plus clémente pour les ales que les lagers).  Ici aucune larme de verser en buvant ce très bon bouillon qu’on pourrait résumer par « naturel ».

Pit Caribou La Huit Imperial Porter 8%

pc8B+  L’ensemble avant la déconstruction.

Immédiatement, on sent que c’est une porter trafiquée avec du cacao pas trop intrusif mais surtout des petits fruits et un côté boisé de la finition en baril de pinot noir.  Très éclatée, elle tient plus de la sour  ou de la stout aux fruits que de la porter, spécialement avec les dattes et les figues qui s’éclatent sur la langue.  Enfin , la porter remonte avec du vin et de la vanille en aftertaste, ce qui me fait conclure à une bière qui prise séparément est un peu trop bizarre, mais considérée dans son ensemble, jouit d’une belle cohésion éclatée.  Une belle alternative à la sour ale mais on la garde pour plus tard si on se sent d’attaque pour une porter plus standard.

Bravo pour la bière, mais pour l’étiquette, c’est peu festif pour l’occaz et un peu trop homemade/coin de table.